retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
AFP, Reuters, 8 septembre 2004

Irak : Plus de 1000 Américains tués, enlèvement de deux Italiennes


WASHINGTON (AFP) - Le nombre de soldats américains tués en Irak depuis le début de la guerre a atteint, mardi 7 septembre, la barre des mille, un seuil symbolique qui a aussitôt fait irruption dans la campagne présidentielle.

Par ailleurs, le gouvernement italien doit rencontrer, mercredi 8 septembre, les représentants de l’opposition pour "répondre avec l’unité du pays" face au terrorisme, a annoncé, mardi 7 septembre 2004 au soir, la présidence du Conseil, après l’enlèvement en Irak de deux Italiennes travaillant pour une organisation non gouvernementale.


1001 hommes sont morts depuis le 19 mars 2003, ont annoncé des responsables du Pentagone. La grande majorité d’entre eux ont été tués après l’annonce officielle de la fin des principaux combats par le président George W. Bush le 1er mai 2003, qui avait atterri pour l’occasion, en tenue d’aviateur, sur un porte-avions américain. A la date de cette formidable opération de communication, seuls 138 soldats américains avaient été tués en Irak.

Le porte-parole de la Maison Blanche a salué, mardi 7 septembre 2004, la mémoire de ces soldats, soulignant que leur "sacrifice" montrait la nécessité de poursuivre la guerre contre le terrorisme. "La meilleure façon d’honorer tous ceux qui ont perdu la vie dans la guerre contre le terrorisme est de continuer à mener une guerre intensive et d’étendre la paix dans les régions dangereuses du monde", a déclaré Scott McClellan, en marge d’un déplacement du président Bush à Columbia (Missouri).

Le candidat démocrate John Kerry, en campagne dans l’Ohio, a affirmé qu’il s’agissait d’un jour "tragique", plus de 1000 "fils et filles de l’Amérique" ayant "donné désormais leur vie au nom de leur pays, au nom de la liberté, de la guerre contre le terrorisme".

Sur les mille militaires disparus à ce jour, les trois-quarts ont été tués au combat, les autres étant morts principalement dans des accidents mais aussi à la suite de suicides ou de maladies, selon le Pentagone.

Quarante Irakiens et 14 soldats américains ont péri, depuis lundi 6 septembre au matin, en Irak, alors que deux Italiennes et deux Irakiens travaillant pour des ONG ont été enlevés, mardi 7 septembre 2004, à Bagdad. Simona Torretta, Simona Pari et un Irakien, qui travaillent pour l’organisation humanitaire italienne Un Ponte Per Baghdad, ainsi qu’un Irakien employé de l’ONG Intersos ont été enlevés dans leur bureau par des hommes armés, a déclaré à la presse un coordonateur des ONG en Irak Jean-Dominique Bunel. "Vers 17h00 (13h00 GMT), deux hommes armés sont entrés dans les locaux de l’organisation humanitaire italienne Un Ponte Per Baghdad et ont mené, sous la contrainte, quatre membres du personnel vers le couloir", a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse.

Selon lui, "des démarches avaient déjà commencé pour libérer les otages et des contacts avaient été pris avec différentes figures religieuses". Ce rapt n’a pas été revendiqué dans l’immédiat.

Un journaliste italien Enzo Baldoni avait été assassiné, fin août 2004, par ses ravisseurs, l’Armée islamique en Irak, un groupe qui détient toujours deux journalistes français.

Dans le quartier chiite déshérité de Sadr City, à Bagdad, 40 Irakiens ont été tués et plus de 150 blessés dans des affrontements entre soldats américains et résistants chiites depuis lundi 6 septembre 2004 au matin, selon le ministère de la Santé. Selon cheikh Naim al-Qaabi, porte-parole de la résistance du chef chiite Moqtada Al-Sadr, cette dernière a perdu 18 combattants. Ce bilan est vraisemblablement inclus dans celui du ministère.

Ces accrochages viennent rompre un calme relatif de plusieurs jours qui était intervenu après que M. Al-Sadr eut appelé il y a une semaine ses partisans à cesser les combats partout en Irak. Selon des habitants et des combattants, les heurts ont commencé lorsque quatre chars et huit transports de troupes américains ont fait irruption à Sadr City, lundi 6 septembre 2004. Mais d’après un porte-parole américain, le lieutenant-colonel James Hutton, les forces américaines avaient été la cible d’attaques aux engins piégés et à l’arme légère.

Trois soldats américains ont été tués, mardi 7 septembre, dans des attaques à Bagdad, a annoncé l’armée, ce qui porte à 14 le nombre de soldats américains tués en Irak en 24 heures. Quatre soldats américains avaient été tués, lundi 6 septembre, dans la capitale ou ses environs, a annoncé, mardi 7 septembre, l’armée américaine. Sept Marines avaient aussi péri, lundi 6 septembre 2004, dans un attentat à l’explosif, à Falloujah, à 50 km à l’ouest de Bagdad. A Bagdad, le gouverneur de la province, Ali al-Haïdari, a échappé à un attentat à l’explosif qui a fait deux morts, selon le ministère de la Santé.

L’armée américaine a de nouveau bombardé, mardi 7 septembre 2004, en fin d’après-midi, des positions de la résistance à Falloujah, à l’ouest de Bagdad, faisant selon elle une centaine de morts dans les rangs de la guérilla.

Agence France Presse

Nouveau bombardement de Falloudja

FALLOUDJA, Irak (Reuters) - Des avions de guerre américains ont mené des frappes sur la ville irakienne de Falloudja, ont rapporté des témoins. D’importantes explosions se sont produites au sud-est de Falloudja, où l’armée américaine affirme avoir tué une centaine de résistants lors de combats mardi 7 septembre. Un porte-parole de l’armée américaine a dit ne disposer d’aucune information sur les frappes de mercredi 8 septembre 2004.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source