retour article original

samedi 27 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (9ème partie) : De septembre 2004 à décembre (...)
AP, 8 septembre 2004

Proche Orient : Ahmed Qoreï menace de démissionner, Ariel Sharon approuve le nouveau tracé de la barrière de sécurité


Des victimes du raid israélien à Gaza, le 7 septembre 2004

RAMALLAH, Cisjordanie (AP) - Le Premier ministre palestinien Ahmed Qoreï a présenté sa lettre de démission, après un nouveau conflit avec le président de l’Autorité palestinienne Yasser Arafat, mais ce dernier l’a refusée.

Côté israélien, le Premier ministre Ariel Sharon a approuvé le nouveau tracé de la barrière de sécurité.

Une victime du raid israélien à Gaza, le 7 septembre 2004


Si le chef du gouvernement palestinien n’en est pas à sa première menace de démission, le président palestinien a toujours réussi à le convaincre de rester. Cette fois-ci, on ignorait s’il avait l’intention d’aller au bout de sa démarche. Son dernier motif de mécontentement ? Le fait que Yasser Arafat souhaite envoyer un émissaire à la Conférence des donateurs, alors que lui-même s’y est opposé. Il a brandi une lettre de démission, mardi 7 septembre 2004, lors d’un conseil des ministres, a rapporté un témoin.

Ahmed Qorei

Juste avant la réunion, les deux hommes s’étaient opposés sur une décision à prendre, selon des proches du Premier ministre. Ahmed Qoreï exclut toute participation de l’Autorité palestinienne à la conférence, qui doit aborder le plan de retrait israélien de la Bande de Gaza en 2005. Mais il pense que Yasser Arafat s’apprête à y envoyer un émissaire. Les deux hommes se sont disputés sur le sujet, mardi 7 septembre 2004, et M. Qoreï a répliqué au président de l’Autorité palestinienne de chercher un nouveau Premier ministre, a rapporté sous couvert d’anonymat un membre du cabinet. Yasser Arafat a refusé sa démission.

Yasser Arafat

Côté israélien, Ariel Sharon a approuvé, mercredi 8 septembre 2004, le nouveau tracé de la barrière de sécurité, de façon à ce qu’une portion de la future ligne de démarcation se rapproche de la frontière actuelle, a-t-on appris de sources officielles. Cette modification est conforme à un avis de la Cour suprême israélienne, qui avait demandé au gouvernement de revoir sa copie afin de réduire les conséquences négatives pour les Palestiniens.

Manifestation contre le mur israélien, près de Kalkilya, en Cisjordanie, le 7 septembre 2004

Sur le terrain, des chars israéliens sont entrés, dans la nuit de mardi 7 septembre à mercredi 8 septembre 2004, dans le nord de la Bande de Gaza, pour se poster autour de deux villes palestiniennes et d’un camp de réfugiés. Objectif de cette opération, mettre un terme aux tirs de roquette lancés sur des villes et colonies israéliennes. Plusieurs dizaines de collégiens ont lancé des pierres sur les chars. Les soldats ont ouvert le feu, blessant quatre adolescents de 13 à 18 ans, a-t-on appris de sources hospitalières.

Un bulldozer et un tank de l’armée israélienne, mercredi près du camp de réfugiés de Jabaliya, le 8 septembre 2004

Enfin, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a affirmé qu’une écolière palestinienne âgée de dix ans avait été blessée par balle, mardi 7 septembre, par l’armée israélienne, alors qu’elle était installée dans une classe onusienne du camp de réfugiés de Khan Younès, à Gaza. Des sources hospitalières ont précisé, mercredi 8 septembre 2004, que la fillette était dans un état critique. L’armée israélienne a démenti toute opération contre des établissements scolaires au moment de l’incident.

Associated Press

Une victime du raid israélien à Gaza, le 7 septembre 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source