retour article original

jeudi 23 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Burkina Faso
AFP, 9 septembre 2004

Burkina Faso : Le sommet de Ouagadougou adopte un plan d’action pour lutter contre la pauvreté


Les falaises de Sindou, au Burkina Faso

Le sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) a adopté, jeudi 9 septembre 2004, à Ouagadougou, un plan d’action pour lutter contre la pauvreté qui affecte le continent africain, a constaté l’AFP.

Ce plan, examiné pendant deux jours par une vingtaine de chefs d’Etat, des ministres et des experts internationaux, réunis dans la capitale burkinabè, accorde la "priorité" à l’emploi, à la promotion des secteurs privé et rural tout en promouvant l’égalité des sexes.

Burkina Faso


Pour aboutir effectivement à la création d’emplois, le plan demande aux gouvernements de réaliser des "réformes" dans le secteur privé en "réorientant" les investissements du secteur public et en "restructurant" les secteurs industriels et agricoles. Le secteur agricole, largement informel, emploie 70 % des Africains qui travaillent.

Scène de rue à Ouagadougou

Pour assurer un emploi "décent" aux Africains, touchés massivement par le chômage, le plan prévoit "le renforcement" des plans de protection sociale existants, leur extension aux travailleurs et à leurs familles qui en sont exclus.

Des commerces de rue à Ouagadougou

Chaque Etat membre de l’Union africaine devra désormais consacrer 10 % de son budget à la mise en oeuvre de "programmes détaillés de développement agricole" et "favoriser (..) le commerce intra-africain" des produits agricoles, selon ce plan.

Scène de rue à Ouagadougou

Actuellement, entre 6 % et 25 % seulement des Africains occupent un emploi salarié, les autres étant soit au chômage, soit au service de l’économie informelle ou de l’agriculture, elle-même souvent informelle, selon le BIT, alors que 320 des 820 millions d’habitants du continent africain subsistent avec moins d’un dollar par jour, selon l’ONU.

La récolte du coton

A propos de l"’égalité des sexes" au travail et à la prise de décisions dans les programmes de lutte contre la pauvreté, le plan recommande "un renforcement du niveau de représentation" des femmes dans les structures socio-économiques et politiques des Etats africains. Selon le plan, pour que cette égalité devienne concrète, il est nécessaire d’élaborer des législations garantissant aux femmes le droit à la propriété terrienne, l’accès au crédit, au capital à la propriété et à l’héritage.

Des greniers à grain

Le texte demande également aux Etats de fournir des ressources financières adéquates aux handicapés, personnes âgées, enfants et malades du sida, et de mettre au point des projets générateurs d’emplois pour ces groupes vulnérables.

Vue du village de Tagassoko

Pour accélérer l’avènement d’une "mondialisation équitable", le plan d’action de Ouagadougou parle d’"un renforcement" du rôle de l’Union africaine et de son programme du Nouveau partenariat pour le développement en Afrique (Nepad) en vue de "la coordination des politiques et de la position commune de l’Afrique dans le débats mondiaux". Le document exhorte également les pays à combattre le travail des enfants et le trafic des être humains.

Sur les 55 pays les plus pauvres du monde, 33 se situent en Afrique sub-saharienne en proie à la "malnutrition, la pauvreté, l’illettrisme et à une situation sanitaire désastreuse", selon le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Agence France Presse

Le lac sacré de Banfora

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source