retour article original

mercredi 26 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (5ème partie) : De septembre 2004 à décembre 2004
ATS, 11 septembre 2004

Haïti : Le Conseil de sécurité de l’ONU condamne les groupes armés


Le Conseil de sécurité de l’ONU

NEW YORK - Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné, vendredi 10 septembre 2004, les groupes armés illégaux qui s’activent en Haïti. Il en appelle à leur démantèlement et a exhorté le gouvernement de transition à renforcer son contrôle sur l’ensemble du pays.

Haïti


Dans une déclaration lue au cours d’une réunion publique, le Conseil souligne que ces groupes représentent un défi pour l’autorité du gouvernement intérimaire haïtien et « compromettent la stabilité et la sécurité » dans plusieurs régions. « Le Conseil de sécurité souligne l’urgente nécessité de démanteler et de désarmer tous les groupes armés illégaux », a dit l’Espagnol Juan Antonio Yanez-Barnuevo, président en exercice du Conseil, en insistant sur l’importance d’une force de police nationale efficace en Haïti.

Juan Antonio Yanez Barnuevo

Les groupes armés comprennent des éléments rebelles et des miliciens restés fidèles à l’ex-président Jean-Bertrand Aristide, qu’une insurrection armée à contraint à la fuite en février 2004.

Des Chimères, tueurs à la solde du parti Lavalas de Jean-Bertrand Aristide, à Port-au-Prince, le 29 février 2004

La déclaration du Conseil fait écho à un rapport du secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, qui juge « le rétablissement de l’ordre crucial pour que les institution de l’Etat inspirent à nouveau confiance aux citoyens ». Le Conseil note également qu’un appareil judiciaire au fonctionnement satisfaisant est nécessaire en Haïti. Il souligne que « la justice doit s’appliquer de façon égale à tous les citoyens » du pays et être assumée par un appareil judiciaire indépendant avec l’appui d’un système correctionnel réformé.

Une victime des Chimères, à Port-au-Prince, le 28 février 2004

Le gouvernement de transition a été mis en place en mars, après le départ forcé de M. Aristide à l’étranger. La mission de l’ONU dans le pays y a formellement pris le relais d’une force multinationale le 1er juin 2004. Elle doit se composer à terme de 6700 soldats.

Agence télégraphique suisse

Un véhicule de la police haïtienne, à Port-au-Prince, le 21 mars 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source