retour article original

samedi 22 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
AFP, 13 septembre 2004

Irak : Tirs d’artillerie et bombardements sur Fallujah


Quatre personnes ont été tuées et 13 blessées, lundi 13 septembre 2004, par des tirs américains sur la ville de Falloujah, alors que le chef de la diplomatie italienne devait entamer une tournée dans le Golfe pour tenter d’obtenir la libération des deux Italiennes enlevées en Irak.


Des chars américains ont commencé par bombarder deux quartiers du nord de Falloujah (50 km à l’ouest de Bagdad) pendant près de deux heures, avant qu’un avion de combat ne mène un raid sur le quartier d’Al-Chourga, selon un correspondant de l’AFP. Une maison a été complètement détruite par un missile et deux autres endommagées, selon cette même source. Selon un médecin de l’hôpital de la ville, dix personnes ont été blessées par ces tirs, dont deux femmes. De fortes explosions pouvaient toujours être entendues dans ces quartiers vers 08h20 locales (04h20 GMT), alors que des avions américains les survolaient. Dans le même temps, un avion a tiré un missile sur un voiture qui circulait dans l’ouest de la ville. Ses quatre occupants ont été tués et trois passants blessés, selon un correspondant de l’AFP.

L’armée américaine n’avait pas dans l’immédiat commenté ces informations. Mais elle a confirmé la chute d’un drone à Falloujah, dimanche 12 septembre au matin, vraisemblablement causée, selon elle, par des problèmes mécaniques. Un site internet islamiste avait publié, dimanche 12 septembre 2004, un communiqué attribué au groupe "Tawhid wal jihad" (Unification et guerre sainte) de l’islamiste jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui, revendiquant la chute du drone.

Falloujah, accusée d’abriter des membres de la résistance sunnite, est la cible régulière des bombardements américains. Jeudi 9 septembre 2004, douze Irakiens, dont deux femmes et cinq enfants, avaient été tués et neuf autres personnes blessées dans un raid aérien américain dans la ville qui visait, selon l’armée, une habitation abritant des résistants.

Le secrétaire d’Etat sans portefeuille Kassem Daoud avait affirmé, samedi 11 septembre 2004, que les forces irakiennes, avec l’appui de la Force multinationale (FMN), combattaient les "terroristes" au nord, au sud et à l’ouest du pays, citant précisément la ville de Falloujah.

Par ailleurs, le chef de la diplomatie italienne Franco Frattini devait se rendre dans le Golfe pour des rencontres avec les autorités et les organisations civiles et religieuses. Sa tournée doit débuter au Koweit. La secrétaire d’Etat italienne aux Affaires étrangères Margherita Boniver l’avait déjà précédé dans la région pour tenter d’obtenir un soutien pour la libération des deux otages italiennes. Simona Pari et Simona Torretta, travaillant pour l’ONG italienne "Un pont pour Bagdad", ont été enlevées, le 7 septembre, dans leur bureau à Bagdad par deux hommes armés, en même temps que deux collègues irakiens. Un site internet islamiste a publié, dimanche 12 septembre 2004 au matin, un communiqué attribué à un groupe jusque-là inconnu, le Jihad islamique en Irak, lançant un ultimatum de 24 heures à l’Italie pour qu’elle retire ses troupes d’Irak, faute de quoi les deux Italiennes seraient assassinées.

Les appels à leur libération se sont néanmoins multipliés dans le monde arabe. Un porte-parole officiel yéménite a ainsi appelé, dimanche 12 septembre, à une libération "rapide et sans condition" des deux Italiennes. La direction palestinienne ainsi que le Jihad islamique, un groupe résistant palestinien, ont également appelé, dimanche 12 septembre, à la libération des deux Italiennes et des deux journalistes français enlevés en Irak le 20 août 2004.

A Varsovie, le président polonais Aleksander Kwasniewski a affirmé que la mission militaire de la Pologne en Irak se poursuivrait, malgré la mort de trois soldats polonais tués, dimanche 12 septembre 2004, dans une attaque près de Hilla, à 100 km au sud de Bagdad.

La Pologne, alliée de Washington, gère l’une des quatre zones militaires en Irak à la tête d’une force multinationale de quelque 6000 hommes, dont 2500 soldats polonais.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source