retour article original

mardi 28 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
AFP, 14 septembre 2004

Irak : L’occupant a transformé Tall Afar en ville fantôme


Dix personnes ont été tuées et vingt-deux blessées, mardi 14 septembre 2004, dans des affrontements entre des soldats américains et des résistants à Ramadi, a annoncé le ministère de la Santé.


Ce bilan a été fourni par un service du ministère chargé de recenser les victimes des violences en Irak. Selon un correspondant de l’AFP, de violents affrontements continuaient vers 20h00 (16h00 GMT) d’opposer des soldats américains à des résistants au centre de la ville de Ramadi.

Tall Afar ressemble à une ville fantôme après la levée du siège américain

L’armée américaine a levé le siège, mardi 14 septembre, sur la ville de Tall Afar, où des bombardements, jeudi 9 septembre 2004, avaient fait 50 morts et une centaine de blessés, a constaté un correspondant de l’AFP. L’armée américaine avait décidé de fermer la ville pour cinq jours et expliqué dans un communiqué avoir lancé une opération pour "restaurer la sécurité et permettre au gouvernement légitime de pouvoir s’installer. Elle avait fourni un bilan de 53 "terroristes" tués.

Par peur des bombardements, des centaines d’habitants ont fui la ville pour s’installer dans des conditions précaires dans un camp de tentes mis en place par le Croissant rouge irakien.

Mardi 14 septembre 2004, après la levée de l’état de siège, Tall Afar ressemblait à une ville fantôme où peu d’habitants étaient visibles au milieu des destructions, a constaté un correspondant de l’AFP. Dans les rues, il n’y avait que des policiers irakiens. Les soldats américains se sont installés à la périphérie où ils ont creusé des tranchées et installé des barbelés. Ils fouillaient toutes les personnes souhaitant revenir dans la ville qui portait les traces de violents affrontements.

"La distribution du courant électrique est impossible avant plusieurs jours car le générateur a été touché par les bombardements", a indiqué à l’AFP Amer Ahmed, membre de la Garde nationale. Les dégâts étaient importants dans les quartiers de Serraï et Hassan Koï où l’on pouvait notamment voir de nombreuses carcasses de véhicules. Ces quartiers ont été le théâtre de violents affrontements entre les soldats américains et les résistants.

"Je ne peux pas revenir car ma maison est détruite. Je vais juste essayer de récupérer quelques objets", a affirmé à l’AFP Mohamed Salah Younés, 51 ans. "Je voudrais bien revenir mais j’ai peur d’une reprise des bombardements comme cela s’est passé ailleurs", craint Abdallah Kaïs, un agriculteur de 56 ans, chef d’une famille de six personnes. Un autre, Mohamed Abdel Amine Haïder préfère rester dans sa tente "même si les conditions sont difficiles".

Les raids aériens menés sur cette ville de 150000 habitants, en majorité des turcomans, ont provoqué une crise entre les Etats-Unis et la Turquie. Ankara a sommé Washington de mettre fin aux violences à Tall Afar faute de quoi elle mettra fin à son partenariat avec Washington sur l’Irak.

"Je me suis moi-même entretenu avec le secrétaire d’Etat américain (Colin Powell). Nous avons affirmé très clairement que si cela continue comme ça, la Turquie mettra fin à son partenariat pour tous les sujets touchant à l’Irak", a déclaré, lundi 13 septembre 2004, le ministre turc des Affaires étrangères Abdullah Gul. Le ministre a déploré "l’usage d’une force excessive à l’encontre des populations civiles" et précisé que, le cas échéant, son gouvernement ne se contenterait pas de déclarations et passerait aux actes.

Agence France Presse

Deux chauffeurs turcs enlevés en Irak, un traducteur libéré

ANKARA (Reuters) - Deux nouveaux chauffeurs routiers turcs ont été enlevés à proximité de Tikrit alors qu’ils se rendaient à Kirkouk, dans le nord de l’Irak, annonce l’agence de presse Anatolia.

La chaîne de télévision NTV a par ailleurs diffusé un enregistrement vidéo dans lequel des activistes irakiens annoncent avoir libéré un traducteur turc enlevé fin juillet 2004. Ses ravisseurs expliquent avoir pris cette décision après les protestations officielles d’Ankara au sujet d’une offensive américaine menée la semaine dernière à Tal Afar, dans le nord de l’Irak.

Trois chauffeurs turcs au moins ont été exécutés ces derniers mois en Irak. D’autres ont été libérés, leurs employeurs ayant accepté de mettre un terme à leurs activités dans le pays.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source