retour article original

jeudi 27 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
AP, 17 septembre 2004

Irak : Offensives américaines contre la résistance


BAGDAD (AP) - Les troupes américaines ont lancé des offensives, jeudi 16 septembre 2004, contre des résistants appartenant au groupe du Jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui à Falloujah et à Ramadi, dans la province irakienne d’Anbar, annonce l’armée américaine dans un communiqué.


Elle affirme que jusqu’à 60 "combattants étrangers" ont été tués au cours des frappes à Falloujah. Cependant des responsables des hôpitaux de Falloujah ont dit ne pas avoir reçu de victimes. L’armée américaine explique avoir mené une "frappe de précision" contre une maison de Falloujah. "Des sources ont signalé la présence de terroristes, de combattants étrangers et de systèmes d’armes destinés à être utilisés" contre les forces américaines et irakiennes, selon le communiqué. Mais "les combattants étrangers qui ont échappé à la première frappe se sont enfuis à Qaryat ar Rufush". L’armée américaine a donc frappé dans cette ville voisine de Falloujah trois bâtiments où avaient trouvé refuge, selon elle, 90 combattants.

Une autre action, baptisée "Opération ouragan", a été conduite non loin de là, à Ramadi contre le "réseau terroriste Daham" qui, d’après l’armée américaine, a des liens avec l’organisation d’Abou Moussab Al-Zarqaoui. Le Dr Abdel Munim Aftan, directeur de l’hôpital général de Ramadi, a rapporté que sept personnes avaient été tuées et cinq autres blessées.

Trois membres du 1er corps expéditionnaire des Marines ont été tués au combat, jeudi 16 septembre 2004, dans la province d’Anbar, affirme l’armée américaine dans un autre communiqué, sans préciser s’ils sont morts au cours des actions menées à Falloujah et à Ramadi.

Les autorités irakiennes ouvrent le dialogue avec les chefs tribaux, selon le vice-président irakien

BAGDAD (AP) - Les autorités irakiennes ont entamé des négociations avec les chefs tribaux dans la province occidentale Anbar et le quartier de Sadr City à Bagdad, espérant que les résistantss finissent par déposer les armes en échange d’un recul des troupes américaines, a affirmé le vice-président irakien dans un entretien à l’Associated Press.

Ces discussions marquent un tournant dans la gestion du conflit irakien. Elles montrent que le gouvernement tente de pacifier les zones de tension par le dialogue plutôt que par des moyens militaires. Le Premier ministre Ayad Allaoui avait annoncé que des discussions étaient en cours sans pour autant donner des détails. "Le dialogue est entamé avec des chefs tribaux arabes partout dans le pays et hier encore certains frères nous ont rendu visite ici", a affirmé le vice-président Ibrahim al-Jaafari au cours d’une interview exclusive avec l’Asssociated Press. "Je leur ai dit que les milices devaient déposer les armes et qu’en contrepartie, la forces multinationales se retireraient."

Ces discussions concernent entre autres les leaders de Falloujah et Ramadi, bastions sunnites connus pour leur hostilité aux forces américaines. Ainsi que les chefs du quartier bagdadi de Sadr City, où les Américains affrontent depuis plusieurs mois les partisans du chef religieux chiite Moqtada al-Sadr. Ibrahim al-Jaafari a assuré que ces discussions allaient "résoudre la crise de Sadr City afin que les meurtres de civils cessent".

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source