retour article original

jeudi 27 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Gabon
AFP, 17 septembre 2004

Gabon : Situation stabilisée après les incidents de la semaine dernière


Un convoi militaire, au Gabon

La situation est revenue à la normale dans la province gabonaise de la Ngounié, une semaine après des violences, notamment l’attaque d’une gendarmerie, qui ont fait plusieurs morts, a-t-on appris, vendredi 17 septembre 2004, auprès du ministère de la Défense.

Gabon


"La situation est calme, les populations locales ont repris leurs activités normales, les barrages ont été levés et la circulation rétablie", a déclaré à l’AFP le porte-parole du ministère, Gervais Oniane. "Les renforts de la gendarmerie et de l’armée qui ont été dépêchés sur place juste après les incidents ont rétabli la situation", a poursuivi M. Oniane. "Ils sont là pour sécuriser le secteur et éviter toute escalade de la violence", a-t-il ajouté. Plusieurs personnes soupçonnées d’être mêlées à ces événements violents ont été interpellées, a encore indiqué le porte-parole du ministère de la Défense, sans donner plus de précisions. D’autres individus étaient toujours recherchés par les forces de l’ordre.

Un gendarme gabonais

Le 9 septembre, un gendarme avait été battu à mort par des villageois en colère qui avaient attaqué la brigade de Lebamba. Donné pour mort dans un premier temps, un second gendarme, lui aussi passé à tabac, était toujours hospitalisé dans un état grave, vendredi 17 septembre 2004, selon le ministère de la Défense.

Un gendarme gabonais

Les habitants du canton de Basse-Louétsi avaient attaqué les gendarmes en représailles à la mort de l’un d’entre eux, tué lors d’une intervention des forces de l’ordre destinée à démanteler des barrages qu’ils avaient érigés quelques jours plus tôt pour appuyer des revendications locales. Dans un communiqué, diffusé le 9 septembre, le ministère de la Défense avait affirmé que les gendarmes avaient été, ce jour-là, la cible de coups de feu tirés par les manifestants. Au cours d’une conférence de presse, vendredi 17 septembre 2004, à Libreville, un porte-parole des ressortissants du canton, Cyrille Massala, a démenti cette version, assurant qu’"à aucun moment les manifestants n’ont exhibé de prétendus fusils de calibre 12 et encore moins n’en ont fait usage". M. Massala a également dénoncé les "nombreuses" arrestations dont étaient victimes les habitants du canton depuis les événements, et demandé aux forces de l’ordre "de veiller à préserver les droits élémentaires des personnes appréhendées".

Agence France Presse

Scène de rue à Libreville

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source