retour article original

samedi 25 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
Reuters, AFP, 19 septembre 2004

Irak : Tirs de véhicules blindés à Falloudja, quatre Irakiens tués


FALLOUJA, Irak (Reuters) - Des véhicules blindés américains ont tué quatre Irakiens en ouvrant le feu, dimanche 19 septembre 2004, à Falloudja, a-t-on appris auprès d’un médecin travaillant dans un hôpital local.


Ali Mohamed, de l’hôpital Taleb al-Djanabi, a déclaré que ces hommes avaient été tués quand les forces américaines, qui tentent de reprendre le contrôle de la ville actuellement aux mains des résistants, ont ouvert le feu dans l’est de Falloudja. Les forces américaines ont mené de fréquentes frappes aériennes à Falloudja et dans les environs contre des cibles qu’elles estiment liées à l’activiste jordanien Abou Moussab Zarkaoui.

L’armée a déclaré dans un communiqué avoir mené une "frappe de précision", samedi 18 septembre au soir, contre poste de contrôle érigé par des résistants proches d’Abou Moussab Al-Zarkaoui dans la banlieue nord de Falloudja. Des témoins et des médecins ont déclaré que les forces américaines avaient tué quatre personnes dans une frappe aérienne. Selon l’armée ce poste de contrôle était utilisé pour interroger et détenir des Irakiens. "Des informateurs ont signalé que ce poste de contrôle était lié à des enlèvements et à des exécutions survenus dans le secteur de Falloudja", souligne le communiqué.

Reuters

A Bagdad, les images de l’horreur et du plaisir font bon ménage

BAGDAD (AFP) - Egorgements d’otages et sexe : les images de l’horreur et du plaisir se côtoient et s’affichent au grand jour au "marché aux voleurs" de Bagdad, ainsi dénommé parce que l’on y trouve des objets volés, mais aussi en raison des pickpockets qui y sévissent.

Dans une allée du marché situé en plein coeur de Bagdad, des téléviseurs munis d’amplificateurs de son diffusent les images et les cris des otages suppliciés, mais aussi celles de danseuses du ventre ou d’actrices de films érotiques. Le client qui se promène entre les étals de fortune peut demander au vendeur de diffuser quelques séquences du CD-vidéo qu’il souhaite acheter. Dans un emballage en plastique et sous la banale photo d’un chanteur local, se cachent en fait les "faits d’armes" du groupe "Tawhid wal Jihad" (Unification et guerre sainte) du Jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui, qui a revendiqué de nombreux attentats et prises d’otages en Irak. Pour les distinguer, il suffit d’observer un rectangle blanc en bas de la photo du chanteur pour y voir écrit à la main et en arabe le mot "al-Assifa" (la tempête).

Défilent alors des images atroces, dont certaines séquences ont été diffusées par la chaîne Al-Jazira du Qatar, montrant des otages assassinés ou des attaques contre les troupes de la Force multinationale dans la ville rebelle sunnite de Falloujah dont "la résistance" et "l’honneur" sont exaltés par des chants en fond sonore.

Agenouillé, les mains ligotées derrière le dos, un otage égyptien est jugé dans une pièce dont on voit le mur en parpaings et l’emblème noir du groupe "Tawhid wal Jihad". Après s’être présenté, il avoue avoir déposé des puces électroniques dans les villes irakiennes pour permettre aux avions américains de repérer leurs cibles et avoir fourni des femmes aux soldats de la coalition. Debout derrière lui, trois hommes au visage masqué. Deux d’entre eux portent des Kalachnikov et le troisième, placé au milieu, un poignard suspendu à la taille. Il lit son implacable réquisitoire. "Les espions ont emprunté la caravane d’Iblis (Satan)", argumente-t-il. Et de prononcer la terrible sentence. L’homme est égorgé et décapité sous les cris d’Allah Akbar (Dieu est le plus grand). Des Népalais, des Bulgares et d’autres encore doivent subir le même sort...

Les images défilent sous les yeux de badauds indifférents, dont des enfants. Ils passent et regardent sans dire un mot. Interrogés sur la provenance des images, des vendeurs n’ont pas voulu répondre. "Vous voulez de la culture ?", demande l’un d’entre eux pour faire diversion. Et d’exhiber un CD-vidéo au titre affriolant de "soirée particulière avec les filles de joie" avec la photo d’une femme en tenue légère et aux formes plantureuses. Au milieu d’un bar, la fille est juchée sur ses talons. Elle danse en se contorsionnant sous le regard d’hommes bedonnants et enturbannés qui ont parfois droit à quelques gestes de tendresse. "Il y a mieux si ça peut vous intéresser mais je ne peux rien montrer ici", dit encore le vendeur. "Il parle de films pornographiques", explique un connaisseur.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source