retour article original

vendredi 24 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Etats-Unis (6ème partie) : De septembre 2004 à décembre (...)
Le Monde, 19 septembre 2004

Etats-Unis : Sommet autour de Luiz Inacio Lula da Silva et Jacques Chirac sur le financement du développement


En marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, les présidents français et brésilien participent, lundi 20 septembre 2004, à un sommet sur les moyens de combattre la faim et la pauvreté dans le monde. Une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement doivent également se rendre à cette réunion, dont l’objectif est de convaincre la communauté internationale de la nécessité d’instaurer une taxe mondiale.


Jacques Chirac effectuera, lundi 20 septembre 2004, à New York, une visite d’une journée consacrée au développement et à la lutte contre la pauvreté dans le monde, un de ses chevaux de bataille sur la scène internationale. Le président français retrouvera notamment, dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies, ses homologues brésilien et chilien, Luiz Inacio Lula da Silva et Ricardo Lagos Escobar, et le président du gouvernement espagnol, Jose Luis Rodriguez Zapatero.

La France, le Brésil, l’Espagne et le Chili s’efforcent de faire progresser l’idée de nouvelles ressources pour atteindre les objectifs de lutte contre la pauvreté dans le monde fixés par la "déclaration du Millénaire" adoptée en 2000 par l’ONU. Ce sera l’objet d’une conférence organisée, lundi 20 septembre 2004 après-midi, à l’invitation du président Luiz Inacio Lula da Silva, à laquelle participeront une cinquantaine de chefs d’Etat et de gouvernement.

"On voit bien que si rien n’est fait pour corriger le cours des choses, les objectifs de développement du Millénaire ne seront pas tenus", a expliqué, vendredi 17 septembre 2004, la porte-parole du chef de l’Etat, Catherine Colonna. "Et s’ils n’étaient pas tenus, les conséquences en seraient lourdes, politiquement et humainement." "Trouver des moyens supplémentaires pour le développement, c’est non seulement un devoir de solidarité mais un acte de raison et de paix. Le président de la République le dira très clairement", a-t-elle ajouté.

L’enjeu est notamment de réduire de moitié d’ici 2015 la part de la population mondiale qui vit avec moins d’un dollar par jour (1,2 milliard), souffre de la faim (840 millions) et n’a pas accès à l’eau potable (un milliard).

Un premier bilan de l’application de la déclaration du Millénaire doit être tiré dans un an, lors d’un sommet des chefs d’Etat et de gouvernement dans le cadre de la 60ème assemblée générale de l’ONU. Les experts estiment qu’il manque 50 milliards de dollars par an pour atteindre ses objectifs, alors qu’il faudrait doubler et stabiliser l’aide publique au développement (APD), très sensible aux aléas politiques et économiques.

Taxation

La conférence de New York s’appuiera sur deux rapports, dont les conclusions convergent. Le premier a été rendu public, le 8 septembre 2004, à New York, par les représentants permanents de la France, du Brésil, de l’Espagne et du Chili aux Nations Unies. Le second, sur "les nouvelles contributions internationales", est une commande de Jacques Chirac et l’oeuvre d’un groupe de travail présidé par l’inspecteur général des finances, Jean-Pierre Landau.

L’un et l’autre envisagent le recours à des prélèvements volontaires (un pourcentage minime sur l’eau, l’achat d’un ordinateur ou de logiciels, les transactions par carte bancaire...) et la mise en place de taxes internationales sur les transactions financières, les changes, le commerce des armes, les émissions de CO2, etc. Ils envisagent aussi le recours aux droits de tirage spéciaux du Fonds monétaire international ou un renforcement de la lutte contre l’évasion fiscale.

"Notre objectif est de démontrer qu’il est possible de trouver des solutions techniquement réalisables et économiquement rationnelles", a expliqué Catherine Colonna. "Et, à partir de là, de bâtir progressivement un consensus et de gagner de nouveaux Etats à ces idées." La France, le Brésil, l’Espagne et le Chili espèrent ainsi faire adopter une déclaration "très simple, ouverte et qui permette l’adhésion du plus grand nombre possible d’Etats".

Le chemin est encore long pour rallier une majorité d’Etats d’ici le sommet de 2005, d’autant que les Etats-Unis restent fermement opposés à ce type de solution. La France et ses partenaires misent sur une série de rendez-vous, dont le sommet du G8, en juillet 2005, en Grande-Bretagne, et dont l’ordre du jour comprendra le développement de l’Afrique et les changements climatiques.

"Dimension sociale de la mondialisation"

Dans la matinée de lundi 20 septembre 2004, Jacques Chirac aura participé à une première réunion organisée par l’Organisation internationale du travail (OIT), autour d’un rapport sur la "dimension sociale de la mondialisation". Il y prendra aussi la parole et insistera sur le fait que "la finalité de l’action politique est le progrès humain", a précisé Catherine Colonna.

"Ce que l’on constate, c’est que la prise en compte des aspect sociaux de la mondialisation est très insuffisante, en particulier dans les conférences ministérielles de l’OMC", a souligné la porte-parole de l’Elysée. "Notre objectif est d’aider à faire progresser la prise en compte de l’impératif social et d’élargir les enceintes saisies de cette question". La participation de Jacques Chirac à ces deux rencontres "est un choix éminemment politique", dans la continuité de son action en faveur d’une "humanisation" de la mondialisation, souligne l’Elysée.

Aucune rencontre entre le chef de l’Etat français et un dirigeant américain n’est prévue. Jacques Chirac déjeunera en revanche avec le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan.

Avec Reuters et AFP

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source