retour article original

jeudi 27 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
AFP, 20 septembre 2004

Irak : La résistance a raté Iyad Allawi à quatre reprises


BAGDAD (AFP) - L’armée américaine a lancé, lundi 20 septembre 2004, un nouveau raid aérien sur Falloujah, à l’ouest de Bagdad, tuant trois personnes, au moment où la crise des otages s’aggravait avec l’enlèvement de dizaines de personnes et l’expiration d’un ultimatum des ravisseurs de trois Occidentaux.


Un deuxième membre du Comité des oulémas musulmans a été assassiné, lundi 20 septembre, en début d’après-midi, à Bagdad, a annoncé un porte-parole de la principale organisation religieuse sunnite d’Irak. Un premier religieux sunnite, cheikh Hazem al-Zaïdi, membre lui aussi du Comité des oulémas musulmans avait été assassiné dans le quartier chiite de Sadr City à Bagdad, avait annoncé, lundi 20 septembre 2004 au matin, un porte-parole de l’organisation sunnite.

"Un avion a tiré un missile, touchant des voitures à l’entrée nord de Falloujah et des habitants se sont rués sur les lieux pour apporter du secours aux personnes touchées", a indiqué un chauffeur de taxi, témoin du raid aérien. "Il y a eu un mort et quatre à cinq blessés", a affirmé Amer Abbas, 29 ans, selon lequel des avions américains ont ensuite pris pour cible le rassemblement. Selon un autre témoin, "au moins deux personnes ont été tuées et de nombreuses autres blessées dans la deuxième attaque".

Aucun bilan n’a encore été obtenu auprès de l’hôpital de Falloujah et l’armée américaine n’a pas confirmé cette nouvelle frappe sur la ville. L’armée américaine a affirmé ces derniers jours avoir pris pour cible, à plusieurs reprises, des repaires présumés du groupe de l’islamiste jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui, lié à Al-Qaïda, à Falloujah. Depuis jeudi 16 septembre 2004, ces raids ont fait une soixantaine de morts, selon l’hôpital de la ville.

Dans l’affaire des otages, l’ultimatum lancé, samedi 18 septembre, par le groupe Tawhid wal Jihad (Unification et guerre sainte) d’Abou Moussab Al-Zarqaoui, qui menace de tuer deux Américains et un Britannique enlevés jeudi 16 septembre devait expirer lundi 20 septembre 2004, alors que dix-huit membres de la Garde nationale irakienne ont été enlevés pour servir de monnaie d’échange à un religieux chiite arrêté à Bagdad. Jack Hensley, son compatriote Eugene "Jack" Armstrong et le Britannique Kenneth Bigley ont été enlevés dans leur maison du quartier Mansour. Depuis l’ultimatum, leurs familles ont lancé plusieurs appels en faveur de leur libération, affirmant qu’ils se trouvaient en Irak pour aider son peuple.

La même menace planait aussi sur la tête des 18 membres de la Garde nationale qu’un groupe armé a annoncé, dimanche 19 septembre 2004, avoir pris en otages. Le groupe menace de les exécuter si un responsable du mouvement du chef chiite irakien Moqtada Al-Sadr, Hazem al-Araji, n’était pas libéré dans les 48 heures.

Dans une vidéo diffusée par la chaîne Al-Jazira, le groupe baptisé "Brigade de Mohamed Ben Abdallah", a réclamé la relaxe "immédiate" de Hazem al-Araji, arrêté, dimanche 19 septembre 2004, avec son frère, par la Garde nationale, avec l’appui de soldats américains.

Le sort de 10 employés d’une société américano-turque restait également incertain. Selon la chaîne Al-Jazira, un groupe islamiste, la Brigade salafiste Abou Bakr al-Seddiq" a revendiqué leur enlèvement, menaçant de les tuer si leur compagnie ne quitte pas l’Irak dans les trois jours.

Face aux enlèvements en série, le gouvernement irakien veut rester ferme et refuse de négocier. "Ce serait un très mauvais précédent. Notre politique n’est pas de négocier avec les terroristes", a déclaré, dimanche 19 septembre 2004, le ministre des Affaires étrangères Hoshyar Zebari.

En même temps, la litanie des tueries s’est poursuivie : un officier de police a été assassiné à Hilla (sud de Bagdad) et les corps de deux Irakiens travaillant pour le compte des Américains ont été retrouvés dans le nord. Toujours dans le nord du pays, un Irakien a été tué, sa femme et son enfant grièvement blessés par l’explosion d’une bombe, lundi 20 septembre 2004 au matin, près de Baiji, qui semblait viser un convoi militaire américain.

De son côté, le Premier ministre irakien, Iyad Allaoui, a affirmé avoir échappé à quatre tentatives d’assassinat depuis qu’il a reçu le pouvoir des Américains le 28 juin, dont la dernière le 14 septembre, dans un entretien publié, lundi 20 septembre 2004, par le quotidien arabe Al-Hayat.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source