retour article original

vendredi 23 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (5ème partie) : De septembre 2004 à décembre 2004
AFP, AP, 21 septembre 2004

Haïti : Plus de 600 morts après le passage de la tempête Jeanne


Le cyclone Frances, vu par satellite, le 1er septembre 2004

PORT-AU-PRINCE (AFP) - Plus de 600 personnes sont mortes dans les inondations consécutives au passage de la tempête tropicale Jeanne, à Haïti, les 17 septembre et 18 septembre 2004, dont 500 aux Gonaïves, selon un dernier bilan provisoire communiqué par la Mission des Nations Unies en Haïti.

Haïti


Le porte-parole de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), Toussaint Kongo Doudou, a précisé avoir obtenu, lundi 20 septembre 2004 au soir, ces chiffres des agences humanitaires qui travaillent en coordination avec le bureau de l’ONU. Selon le responsable de la communication de la Minustah, les agences ont dénombré 500 corps à l’hôpital de la ville des Gonaïves. Il a également mentionné 56 morts dans la ville de Port de Paix. Le bureau de la Protection civile haïtienne avait, quelques heures plus tôt, fait état de plus de 300 corps dénombrés à l’hopital la Providence des Gonaïves.

Vue de Gonaives, le 19 septembre 2004

Outre les victimes des Gonaïves et de Port de Paix, 18 morts ont été enregistrés dans la localité de Chansolme, 14 à Gros-morne, 9 à Pilate et 8 à Ennery, avait précisé la Protection civile plus tôt lundi 20 septembre 2004.

Vue de Gonaives, le 19 septembre 2004

Les dégâts matériels sont considérables dans les localités inondées où un grand nombre de personnes sont sinistrées et de nombreuses habitations détruites. "J’ai survolé la savane désolée, une dizaine de kilomètres avant Gonaïves, c’est une vaste mer. Il n’y pas une seule maison dans la ville des Gonaïves qui ne soit inondée", a témoigné le Premier ministre haïtien Gérard Latortue, qui a survolé la zone en hélicoptère.

Vue de Gonaives, le 19 septembre 2004

Il a indiqué avoir déclaré le nord d’Haïti "zone sinistrée" et décrété trois jours de deuil national en mémoire des nombreuses victimes des intempéries qui ont frappé le pays.

Vue de Gonaives, le 19 septembre 2004

Les autorités haïtiennes sont d’autre part sans nouvelles de la deuxième plus grande île du pays, l’île de La Tortue, située au large de la ville de Port-de-Paix, qui compte 26000 habitants. Dimanche 19 septembre 2004, des responsables de la Minustah qui avaient survolé en hélicoptère la zone où se trouve cette île de 180 km2 n’ont pas réussi à la repérer.

Vue de l’île de la Tortue

Gérard Latortue a promis de fournir ultérieurement des informations plus précises sur la situation de cette île qui pourrait être submergée. Le Premier ministre a annoncé l’intervention du gouvernement pour venir en aide aux personnes sinistrées. "Nous avons pour devoir de donner à manger à plus de 80000 personnes, soit 80 % de la population de la ville", a dit Gérard Latortue, lui-même originaire des Gonaïves.

Gérard Latortue

Après avoir traversé une partie des Caraïbes et fait neuf morts aux Bahamas, deux à Porto Rico et sept en République Dominicaine, Jeanne, quatrième grande dépression tropicale de l’été dans la région -après Charley, Frances et Ivan- s’est éloignée, dimanche 19 septembre 2004, en direction de l’Atlantique, et devrait rester au-dessus de la mer dans les prochains jours.

L’hôpital de l’île de la Tortue

Selon le porte-parole de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah), Toussaint Kongo Doudou, le bilan aux Gonaïves reste provisoire et pourrait s’alourdir compte tenu de l’ampleur de la catastrophe qui a frappé les régions du nord et du nord-ouest d’Haïti où de très nombreux dégâts matériels ont été enregistrés. Des milliers de personnes ont quitté leurs habitations dans le nord et le nord-ouest de l’île.

Scène de rue aux Cayes, le 4 mars 2004

Lundi 20 septembre 2004, la mission onusienne a mené des vols héliportés sur les Gonaïves pour acheminer de la nourriture et des médicaments aux populations sinistrées. "Toutes les agences humanitaires sont mobilisées pour intervenir dans les régions dévastées", a indiqué M. Toussaint qui a annoncé l’intervention des équipes médicales de la mission ainsi que des équipes de l’ONG française Médecins sans frontières (MSF).

Un aperçu des inondations consécutives aux intempéries, aux Cayes, le 31 mai 2004

Une tonne de médicaments devait être héliportée sur les Gonaïves, tandis que de l’eau et de la nourriture devaient être acheminées par un convoi du programme alimentaire mondial (PAM) dans les régions sinistrées.

Scène de vie à Port-au-Prince, le 5 mai 2004

Après des années de crise, Haïti, le pays le plus pauvre du continent américain, souffre d’un grave déficit forestier qui favorise les inondations. Déjà en juin 2004, des pluies torrentielles avaient fait en Haïti 1220 morts.

Tannage de cuir à Port-au-Prince, le 6 mai 2004

Avant Jeanne, les Caraïbes avaient déjà été frappées pendant 12 jours par les assauts meurtriers du cyclone Ivan, qui a fait au total 108 morts et des dégâts considérables, notamment à la Grenade, en Jamaïque et dans le sud des Etats-Unis. La queue de ce cyclone s’est dissipée, dimanche 19 septembre 2004, au large des côtes orientales américaines.

Vue d’un bidonville de Port-au-Prince, le 6 mai 2004

Selon le Centre national des ouragans (NHC), une autre dépression tropicale, baptisée Karl, la cinquième de cette importance de la saison, tournoie actuellement au-dessus de l’Océan Atlantique. Localisé à quelque 1700 kilomètres à l’est des Petites Antilles, Karl devrait en principe se diriger vers le nord-est, épargnant les terres.

La saison des cyclones s’étend dans les Caraïbes de juin à novembre.

Agence France Presse

Des soldats américains à Port-au-Prince, le 6 mai 2004

Une aide d’urgence de 200000 francs suisses pour Haïti

Lucerne (AP) Caritas Suisse va consacrer 200000 francs à l’aide d’urgence en faveur des victimes haïtiennes de la tempête tropicale « Jeanne ». Son action, qui a déjà commencé, va se concentrer sur la ville des Gonaïves et le département d’Artibonite, a annoncé, mardi 21 septembre 2004, l’oeuvre caritative.

Scène de marché à Port-au-Prince, le 6 mai 2004

Caritas Haïti distribue déjà en ce moment des vivres aux familles de sinistrés. Elle achemine également de l’eau potable, des tentes, des sacs de couchage et des « kits d’hygiène ». Aux Gonaïves, l’eau est montée à près de trois mètres de hauteur et les 80 % de la ville sont inondés.

Selon les estimations de Caritas sur place, 1000 personnes ont perdu la vie et 500 autres sont encore portées disparues. Les masses d’eau ont détruit en de nombreux endroits toutes les bases vitales nécessaires à la population. L’oeuvre caritative soutient depuis des années un hôpital et une école aux Gonaïves.

Associated Press

Scène de rue à Port-au-Prince, le 6 mai 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source