retour article original

dimanche 28 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives France (2ème partie) : De septembre 2004 à décembre 2004
Le Monde, 23 septembre 2004

France : Michel Barnier appelle à une réforme de l’ONU


Le ministre des affaires étrangères français, Michel Barnier, s’est exprimé, jeudi 23 septembre 2004, à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU, en faveur de l’entrée de cinq membres supplémentaires au Conseil de sécurité, et a rappelé que la France restait opposée à l’envoi de troupes en Irak.


La France soutient l’entrée de nouveaux membres. "Nous préconisons un élargissement dans les deux catégories de membres, permanents et non permanents : nous avons exprimé notre soutien aux aspirations de l’Allemagne, du Japon, du Brésil et de l’Inde, qui devraient être accompagnés d’un pays d’Afrique", a déclaré, jeudi 23 septembre 2004, M. Barnier, à la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies. "Unique, plus que jamais indispensable, le système des Nations unies a aussi l’obligation de se réformer pour répondre aux nouveaux besoins et aux nouvelles menaces", a souligné le chef de la diplomatie française.

L’Allemagne, le Brésil, l’Inde et le Japon ont annoncé mardi 21 septembre 2004, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, qu’ils "soutenaient leurs candidatures mutuelles" à un siège permanent au Conseil de sécurité. Ils ont ajouté qu’à leur avis, "l’Afrique devrait aussi être représentée parmi les membres permanents" du Conseil.

Un panel de haut niveau doit remettre, début décembre 2004, ses propositions pour la réforme du Conseil de sécurité. Le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, devrait présenter ses propres recommandations, se basant sur les conclusions du panel, en février ou mars 2005.

Le refus d’un engagement militaire en Irak

"La France, chacun le sait, n’a pas approuvé les conditions dans lesquelles ce conflit a été déclenché", a rappelé M. Barnier. "Ni aujourd’hui, ni demain, elle ne s’engagera militairement en Irak", a-t-il ajouté. La France "réaffirme en revanche, avec ses partenaires européens, sa disponibilité à aider le peuple irakien à reconstruire son pays et à relever ses institutions", a poursuivi M. Barnier.

"En Irak, la violence se déchaîne", a constaté le chef de la diplomatie française, en estimant que "seule une reprise en main de leur destin par les Irakiens eux-mêmes, et la poursuite du processus politique prévu par le Conseil de sécurité, permettront à ce pays d’échapper à un chaos qui déstabiliserait l’ensemble de la région".

Pas d’ostracisme au Proche-Orient

La France "continuera d’agir" auprès du président de l’Autorité palestinienne, Yasser Arafat, et de "tous les dirigeants élus et légitimes" du Proche-Orient, a déclaré Michel Barnier. Elle "ne ménagera aucun effort pour que le processus de paix reprenne" au Proche-Orient, a souligné M. Barnier. "Elle continuera d’agir auprès des dirigeants -je dis bien tous les dirigeants- élus et légitimes de cette région", a ajouté le ministre dans une allusion claire à Yasser Arafat.

Le président américain, George W. Bush, avait de nouveau exhorté, mardi 21 septembre 2004, la communauté internationale, depuis la tribune de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU, qui s’est ouverte à New York, à cesser tout contact avec Yasser Arafat. Tout comme M. Barnier, M. Bush n’a pas nommé directement M. Arafat, mais a clairement appelé à sa mise au ban en appelant à "arrêter tout traitement de faveur et tout soutien pour les dirigeants palestiniens qui ne servent pas leur peuple et trahissent sa cause".

Le chef de la diplomatie française, qui avait rendu visite à Yasser Arafat, à Ramallah, le 29 juin 2004, au grand dam d’Israël, a également dénoncé "l’absence de perspective" dans le processus de paix israélo-palestinien qui "nourrit aujourd’hui le désespoir, les extrémismes, et toutes les formes de violence". "La "feuille de route", que les parties ont agréée, que le Conseil de sécurité a endossée, doit être appliquée en totalité et de bonne foi", a-t-il poursuivi, en souhaitant "que le retrait de Gaza en soit une première étape".

Avec AFP

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source