retour article original

jeudi 25 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
AFP, 25 septembre 2004

Irak : Le ministère du Pétrole attaqué


Sept Irakiens ont été tués dans un nouveau raid américain contre la ville de Falloujah, et sept autres dans une embuscade à Bagdad, alors qu’à New York, le Premier ministre irakien a appelé la communauté internationale à aider son pays à vaincre les terroristes.


"Nous avons reçu sept morts, dont une femme et trois enfants, et 11 blessés", a déclaré à l’AFP le docteur Souheib Mahmoud, de l’hôpital général de Falloujah, à 50 km à l’ouest de Bagdad. Les bombardements ont commencé, vendredi 24 septembre, vers 23h00 et ont duré jusqu’à 05h00 samedi 25 septembre 2004, selon un correspondant de l’AFP.

Les raids ont visé, selon un communiqué de l’armée américaine, un "point de rencontre terroriste dans le centre de Falloujah, portant un coup au réseau d’Abou Moussab al-Zarqaoui", l’islamiste jordanien que les Etats-Unis accusent d’être à l’origine de nombreux attentats sanglants en Irak. "Selon les renseignements, les terroristes d’Abou Moussab Al-Zarqaoui utilisaient ce site pour planifier de nouvelles attaques contre les citoyens irakiens et les forces multinationales", ajoute le communiqué.

En outre, samedi 25 septembre au matin, sept personnes ont été tuées et une autre a été blessée, dans une embuscade, dans l’ouest de Bagdad, tendue à un groupe de jeunes Irakiens venus s’engager dans la Garde nationale (auxiliaire de l’armée), selon une source hospitalière.

A la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU, à New York, le Premier ministre irakien Iyad Allaoui a appelé à "aider l’Irak à vaincre les forces terroristes", en prévenant qu’un échec serait une "défaite" pour toute la communauté internationale. "J’appelle tous les représentants des pays réunis ici à aider l’Irak à vaincre les forces terroristes et à bâtir un avenir meilleur pour le peuple d’Irak", a déclaré M. Allaoui. Face aux "terroristes qui ont choisi de faire de l’Irak leur champ de bataille", "notre combat est votre combat, notre victoire sera votre victoire. Et si nous sommes vaincus, ce sera votre défaite", a-t-il affirmé. Il a ajouté que son pays avait besoin "de plus d’assistance de la part de la force multinationale" et qu’il fallait "élargir la base des pays contribuant en troupes à cette force", afin notamment de permettre à l’ONU de travailler.

Cet appel a été lancé alors que à Washington, où l’Irak et la guerre contre le terrorisme sont devenues les enjeux principaux de la campagne électorale pour la Maison Blanche, le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld a laissé entendre, vendredi 24 septembre 2004, pour la première fois, que les Etats-Unis pourraient commencer à retirer des troupes d’Irak avant que le pays ne soit complètement pacifié. "Toute idée selon laquelle le pays doit être parfaitement pacifié avant que nous ne réduisions les forces américaines et de la coalition serait évidemment, je pense, déraisonnable, car ce pays n’a jamais été parfaitement paisible et ne le sera vraisemblablement pas", a-t-il déclaré.

Parallèlement, M. Allaoui a affirmé, vendredi 24 septembre, que les élections prévues en janvier 2005 se tiendraient dans l’ensemble du pays, après que M. Rumsfeld eut introduit le doute sur cette question. Les élections irakiennes prévues en janvier ne seront pas "partielles" et "tous les Irakiens pourront voter", a assuré M. Allaoui. La veille, M. Rumsfeld avait déclaré que ce scrutin pourrait se tenir "dans les trois quarts ou les quatre cinquièmes" du pays, en laissant de côté les zones les plus affectées par la violence. "L’élection doit se tenir en janvier et nous ne sommes qu’en septembre. D’ici là, j’espère que les choses seront réglées. Chaque Irakien sera en mesure de voter, partout en Irak", a affirmé pour sa part M. Allaoui.

Sur la crise des otages, les autorités irakiennes ont signalé, vendredi 24 septembre, que huit employés irakiens et égyptiens de la compagnie de télécommunications Iraqna avaient été enlevés en deux jours. Le sort des six Egyptiens demeure inconnu, samedi 25 septembre 2004, aucun groupe n’ayant revendiqué le rapt ni formulé des demandes pour leur libération. "Jusqu’à présent, aucun groupe ne nous a contactés pour formuler des demandes ou une revendication", a déclaré à l’AFP Farouq Mabrouk, chef de la mission diplomatique égyptienne à Bagdad.

Selon un recensement effectué par l’AFP, on dénombre plus d’une trentaine d’otages en Irak. Depuis avril 2004, début de la vague d’enlèvements en Irak, environ 30 autres otages ont été assassinés par leurs ravisseurs islamistes, qui se servent beaucoup d’internet et des médias pour mener leurs activités.

A Londres, le Conseil des musulmans de Grande-Bretagne a annoncé, vendredi 24 septembre, qu’une délégation de deux personnes allait se rendre à Bagdad pour tenter d’obtenir la libération de l’otage britannique Kenneth Bigley. M. Bigley a été enlevé, le 16 septembre 2004, par le groupe d’Abou Moussab Al-Zarqaoui, qui demande la libération de détenues irakiennes. Deux de ses compagnons, des Américains, ont été assassinés par ce groupe.

Trois US Marines tués dans l’ouest de l’Irak

Trois soldats du corps américain des Marines ont été tués, dans la province rebelle d’Al-Anbar, à l’ouest de Bagdad, a annoncé, samedi 25 septembre, l’armée américaine. "Trois soldats du 1er corps expéditionnaire des Marines ont été tués, le 24 septembre 2004, dans deux incidents séparés alors qu’ils participaient à des opérations de sécurité dans la province d’Al-Anbar", selon un communiqué militaire américain.

La province d’Al-Anbar comprend les bastions sunnites de Falloujah, où opèrent de nombreux combattants extrémistes selon les militaires américains, et Ramadi, respectivement à 60 et 100 km à l’ouest de Bagdad.

Ces décès portent à 1042 le nombre de soldats américains tués en Irak depuis l’invasion du pays en mars 2003, selon un bilan établi à partir des chiffres du Pentagone.

Le ministère du Pétrole attaqué, dégâts mais pas de victime

Le siège du ministère du Pétrole, l’un des mieux gardés de Bagdad, a subi, samedi 25 septembre 2004, une attaque à la roquette et au mortier qui a provoqué des dégâts, sans faire de victime, selon un porte-parole du ministère. "Au moins une roquette et trois obus de mortier ont été tirés sur le ministère entre 12h30 et 13h00 (08h30 et 09h00 GMT) provoquant des dommages dans différents endroits du bâtiment, brisant des verres et causant des destructions dans certains bureaux", a déclaré à l’AFP Assem Jihad. "Il n’y a eu que des dégâts matériels et pas de victime et nous avons laissé aux employés le choix de rester ou de quitter les lieux", a-t-il affirmé.

Le bâtiment du siège du ministère, situé près du centre de Bagdad, est l’un des mieux gardés de la capitale. C’est le seul ministère qui a été protégé par les soldats américains après leur entrée dans Bagdad en avril 2003. Depuis, le périmètre du bâtiment a été placé sous haute protection et entouré de blocs de béton.

L’attaque contre le siège du ministère intervient après une série de sabotages à l’explosif d’infrastructures pétrolières, notamment dans le nord de l’Irak où plusieurs oléoducs ont subi des dégâts. L’Irak tire l’essentiel de ses revenus de ses exportations pétrolières.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source