retour article original

jeudi 27 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Burkina Faso
AFP, 26 septembre 2004

Burkina Faso : Nouvelles accusations de la Mauritanie


Scène de marché à Nouakchott

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement mauritanien, Hamoud Ould Abdi, a accusé, samedi 25 septembre 2004, le Burkina Faso d’abriter deux camps d’entraînement où sont préparées des "opérations de sabotage et de terrorisme" visant la Mauritanie, dont la tentative de coup d’Etat annoncée le 9 août 2004 par Nouakchott.

Burkina Faso


Le 26 août 2004, les autorités mauritaniennes avaient accusé le Burkina Faso et la Libye d’avoir soutenu les auteurs de cette tentative présumée de putsch. Les deux pays ont démenti ces accusations. Nouakchott a par ailleurs demandé à Ouagadougou de lui livrer neuf ressortissants mauritaniens dont "trois officiers supérieurs", tous réfugiés au Burkina Faso et soupçonnés d’avoir participé au projet supposé de coup d’Etat.

Scène de rue à Ouagadougou

Selon le porte-parole du gouvernement, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Nouakchott, les dirigeants de la tentative de coup d’Etat réfugiés au Burkina Faso "sont répartis en deux groupes". Le premier groupe se trouve dans un camp d’entraînement à Pô et le second dans un autre camp à Diébougou, "où ils reçoivent des entraînements intenses", a-t-il déclaré.

Hamoud Ould Abdi

Pô est à environ 150 km au sud de Ouagadougou, près de la frontière entre le Burkina Faso et le Ghana. Diébougou est à environ 300 km au sud-ouest de la capitale burkinabè.

Une rue de Pô

Le ministre mauritanien a affirmé que le camp d’entraînement de Pô dépendait directement de la présidence burkinabè et que sa coordination était assuré par un intendant chef des services spéciaux du palais présidentiel. Le camp d’entraînement de Diébougou, où se trouvent différentes nationalités, est confié à un opposant togolais, un commandant proche du président burkinabè, Blaise Compaoré, a-t-il ajouté. "Les membres des deux groupes ont reçu récemment des ordres pour s’infiltrer en Mauritanie pour mener des opérations de sabotage et de terrorisme", a déclaré Hamoud Ould Abdi. "Le régime du Burkina Faso continue de nier son implication dans le complot subversif de déstabilisation de la Mauritanie malgré la présence sur son sol des putschistes (mauritaniens ayant fui) la justice de leur pays", a-t-il poursuivi.

Agence France Presse

Scène de rue à Diebougou

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source