retour article original

dimanche 26 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
Reuters, 27 septembre 2004

Irak : Michel Barnier craint que le chaos déstabilise la région


PARIS (Reuters) - Le ministre français des Affaires étrangères, Michel Barnier, s’est inquiété, lundi 27 septembre 2004, du chaos qui règne en Irak, et a dit craindre une déstabilisation de toute la région.


"La situation est celle du chaos en Irak. Avec une insécurité généralisée. Ce chaos risque de déstabiliser, d’emporter toute cette région", a déclaré Michel Barnier sur France Inter. "Il faut sortir de ce trou noir, sortir de cette spirale de violence et de terreur et on ne peut en sortir que par la négociation et par un processus politique", a dit le chef de la diplomatie française.

Soutenant le projet d’une conférence internationale sur l’Irak, avec l’aide des pays proche-orientaux et occidentaux, Michel Barnier a prévenu que toutes les questions devront y être abordées. Les Etats-Unis aident le Premier ministre irakien par intérim, Iyad Allaoui, à mettre sur pied cette conférence afin d’y évoquer les moyens par lesquels les pays limitrophes pourraient aider l’Irak. L’objectif serait notamment de légitimer le processus électoral en Irak.

A cette conférence seraient invités l’Iran, la Syrie et les pays membres du G8 (Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, France, Italie, Allemagne, Japon et Russie). "De mon point de vue, cette conférence doit avoir tous (les) sujets à son ordre du jour. Donc la question n’est pas de savoir s’il faut la réunir avant ou après les élections américaines. La question est de savoir comment la réussir", a-t-il dit. "Comment faire qu’elle soit utile, cette conférence, qui permettrait d’inclure dans le processus politique, non seulement les forces politiques irakiennes, les différentes communautés mais l’ensemble des pays de la région ?", a-t-il poursuivi.

"Millimètre par millimètre"

Michel Barnier a réaffirmé que le "processus politique" passe par "différentes étapes", en premier lieu celle de l’élection d’une assemblée nationale de transition, en janvier 2005. "C’est la seule sortie politique possible que celle de donner au peuple irakien le pouvoir de décider de lui-même de son destin", a insisté le ministre français. Cette étape sera suivie, a-t-il dit, par une nouvelle constitution puis par un référendum sur cette nouvelle constitution. "Et puis il faudra bien poser la question de la présence des forces d’intervention internationale, notamment des troupes américaines", a poursuivi Michel Barnier.

"Millimètre par millimètre, étape par étape, il faut construire ce processus politique", a ajouté le ministre qui a aussi prôné une intégration de "l’ensemble des forces politiques irakiennes". Michel Barnier a mis l’accent sur la nécessité d’intégrer les "différentes communautés irakiennes, y compris un certain nombre de groupes ou de gens qui, actuellement, ont choisi la voie de la résistance par les armes, en leur proposant de venir dans ce processus politique". Il a aussi plaidé pour que "tous les autres pays de la région" soient inclus dans ce processus politique.

"La seule voie possible est celle du gouvernement de l’Irak par les Irakiens, la souveraineté de ce peuple", a-t-il martelé, assurant qu’il n’existe pas "d’alternative à ce processus démocratique et politique sauf la terreur, les armes et l’horreur".

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source