retour article original

jeudi 22 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (10ème partie) : Septembre 2004
AP, AFP, 28 septembre 2004

Irak : Deux soldats britanniques tués dans une embuscade dans le sud


PARIS (AP) - Le roi Abdallah 2 de Jordanie, qui doit être reçu, mardi 28 septembre 2004 au matin, par Jacques Chirac, à l’Elysée, réaffirme, dans "Le Figaro", que les services de renseignements jordaniens "continuent de travailler à la libération des otages français" en Irak.


"Les services jordaniens continuent de travailler. Mais je ne veux rien dire qui puisse compromettre les efforts pour obtenir leur libération. Je peux simplement souligner que nous devons garder l’espoir", souligne le souverain hachémite. "En Irak, il y a deux sortes de gens qui prennent des otages : les réseaux terroristes et les organisations criminelles, dont le seul but est d’empocher une rançon. La plupart des Jordaniens capturés ont été pris par des gangsters (...) Pour les relâcher, ils voulaient uniquement être payés. Les ravisseurs de Georges Malbrunot et de Christian Chesnot ont d’autres objectifs. Cela rend les choses plus difficiles", insiste Abdallah 2 de Jordanie.

Georges Malbrunot, Christian Chesnot et leur chauffeur syrien sont entrés dans leur 40e journée de détention en Irak.

Associated Press

Trois tués et six blessés dans les raids sur Falloujah

Trois personnes ont été tuée et six autres blessées dans les raids de l’aviation américaine, lundi 27 septembre au soir, sur Falloujah, a indiqué, mardi 28 septembre 2004, l’hôpital de la ville sunnite de l’ouest de Bagdad. "Trois personnes ont été tuées et six autres blessées", a indiqué à l’AFP le docteur Rafaa Hiad de l’hôpital de Falloujah, à 50 km à l’ouest de Bagdad, où les raids de l’aviation américaine sont devenus quasi quotidiens. Il s’est abstenu de dire s’il y avait des femmes et des enfants parmi les victimes.

Dans un communiqué, l’armée américaine a indiqué avoir lancé deux série de raids avant l’aube sur des cibles présentées comme des repaires de combattants du réseau d’Abou Moussab al-Zarqaoui, lié à Al-Qaïda, et accusé de la responsabilité de la plupart des attentats et des attaques sanglants en Irak.

Dans un premier temps, des habitants ont indiqué que la première série de raids avaient visé le quartier nord de la ville, mais il s’est avéré que les attaques avaient été dirigées sur la zone industrielle située dans la partie orientale de la cité.

Selon l’armée américaine, la deuxième série de raids a été lancée, à 04h00 locales (00h00 GMT), contre des repaires d’Abou Moussab al-Zarqaoui. Les militaires américains affirment que les récents raids ont éliminé de nombreux combattants du réseau d’Abou Moussab Al-Zarqaoui, mais l’hôpital de Falloujah a fait état de nombreuses victimes civiles, dont des femmes et des enfants. "Nous ne prenons pas pour cible les civils innocents, mais le réseau de Zarqaoui a des caches d’armes dans les zone proches des civils", a indiqué récemment un responsable militaire américain, reconnaissant que les attaques peuvent faire des victimes civiles.

Fortes explosions dans le centre de Bagdad

Une série de fortes explosions a retenti, mardi 28 septembre 2004, dans le centre de Bagdad, du côté du quartier Haïfa, théâtre de nombreux accrochages meurtriers entre résistants et soldats américains. Les explosions ont été entendues vers 11h40 locales, selon des journalistes de l’AFP. Une colonne de fumée s’est élevée au-dessus du secteur qui a été bouclé, alors que deux hélicoptères le survolaient.

Des affrontements avaient eu lieu, le 22 septembre 2004, entre l’armée américaine et la résistance, dans la rue Haïfa. Le 12 septembre, 13 Irakiens ont été tués par des tirs d’hélicoptères américains sur une foule rassemblée pour célébrer l’attaque contre un char. Le 17 septembre 2004, les forces irakiennes, soutenues par des soldats américains ont ratissé la zone et capturé des dizaines de personnes. Les habitants du quartier l’ont désormais surnommé avec fierté la "petite Falloujah", du nom de la ville sunnite à 50 km à l’ouest de la capitale, où les Américains ne s’aventurent plus, préférant y mener des raids aériens.

Deux soldats britanniques tués dans une embuscade dans le sud de l’Irak

Deux soldats britanniques ont été tués, mardi 28 septembre 2004, dans une embuscade contre leur convoi, près de Bassorah, a annoncé le ministère de la Défense. Les deux militaires se trouvaient dans une Land Rover blindée qui est tombée dans une embuscade au sud-ouest de Bassorah, a précisé à l’AFP un porte-parole du ministère de la Défense.

Un total de 68 militaires britanniques ont été tués en Irak depuis le début de l’intervention dans ce pays en 2003. Quelque 8500 soldats britanniques sont déployés en Irak, pour l’essentiel dans le sud du pays.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source