retour article original

vendredi 23 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (9ème partie) : De septembre 2004 à décembre (...)
AFP, 1er octobre 2004

Proche Orient : Opération israélienne dans la bande de Gaza


Un soldat israélien se repose sur un tank, avant une attaque dans la bande de Gaza, dans le kibboutz Mefalsim, le 1er octobre 2004

JABALIYA (Bande de Gaza) (AFP) - Sept Palestiniens ont été tués, vendredi 1er octobre 2004, dans le nord de la bande de Gaza, où Israël a intensifié son offensive militaire pour en finir avec les tirs de roquettes sur son territoire.

Le portrait de Yuval Abeba, tué par une roquette palestinienne tirée contre Sderot


Ces morts portent à 45 le nombre des Palestiniens tués par l’armée israélienne depuis le début, mardi 28 septembre 2004, de l’opération "Jours de Pénitence" dans les camps de réfugiés de Jabaliya, Beit Lahya et Beit Hanoun, l’une des plus importantes dans la bande de Gaza depuis le début de l’Intifada en septembre 2000.

Des blindés israéliens près de Jabaliya, le 1er octobre 2004

A Washington, le département d’Etat s’est refusé à condamner l’opération et a insisté sur le droit d’Israël à se défendre mais a "relevé avec regret les victimes civiles". Il a demandé à l’Etat hébreu d’avoir recours à une "force proportionnelle".

Des soldats israéliens dorment sur un blindé, près de Jabaliya, le 1er octobre 2004

A Jabaliya, où se déroulent les combats les plus intenses, deux résistants armés du mouvement Hamas ont été tués dans un raid aérien. Un troisième résistant ainsi que trois civils ont été blessés. Peu après, trois Palestiniens ont été tués et dix blessés dans un nouveau raid d’hélicoptère à Jabaliya, le plus grand camp de la bande de Gaza.

Un soldat israélien transporte un obus vers un tank, à Jabaliya, le 1er octobre 2004

Plus au nord, un résistant palestinien a été tué dans une tentative d’attaque contre le point de passage d’Erez. Selon l’armée, trois autres Palestiniens ont été arrêtés. Ces hommes faisaient partie d’un groupe de résistants "armés et munis d’un engin explosif de 40 kg" qui voulaient attaquer le terminal. Cette tentative d’attaque a été revendiquée conjointement par haut-parleurs à Jabaliya par le Hamas et les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa, liées au mouvement Fatah.

Un soldat israélien transporte un obus vers un tank, à Jabaliya, le 1er octobre 2004

En soirée, un Palestinien a été tué et sept autres blessés par un obus tiré par un char israélien sur Jabaliya. Deux soldats israéliens ont été blessés légèrement par l’explosion d’un engin piégé à Jabaliya.

Un soldat israélien hisse un obus sur un tank, à Jabaliya, le 1er octobre 2004

Des hélicoptères ont en outre tiré deux roquettes contre un immeuble abritant un atelier de métallurgie qui a été détruit, à Gaza, sans faire de victime, selon des sources palestiniennes. Selon des sources israéliennes, l’atelier servait à produire des roquettes artisanales.

Un soldat israélien à Jabaliya, le 1er octobre 2004

Une centaine de chars supplémentaires sont entrés dans le secteur nord de la bande de Gaza, avant l’aube, après le feu vert du Premier ministre israélien, Ariel Sharon, pour que l’armée étende son opération, selon des sources palestiniennes.

Un blindé israélien à Jabaliya, le 1er octobre 2004

Malgré l’offensive, deux roquettes tirées dans la journée à partir de la bande de Gaza ont explosé dans la région de Sdérot, dans le sud d’Israël, sans faire ni victime ni dégât.

Des soldats israéliens recevant des directives, aux portes du camp de réfugiés de Jabaliya, dans la bande de Gaza, le 1er octobre 2004

Dans un communiqué, le Hamas a affirmé que "Sharon allait regretter d’avoir lancé cette agression terroriste et sauvage contre le peuple palestinien. La résistance est capable encore de lui infliger des leçons qu’il payera très cher au niveau de la sécurité de son entité usurpatrice".

Des blindés israéliens dans le camp de Jabaliya, le 1er octobre 2004

Trente-deux Palestiniens, ainsi que deux soldats israéliens et une femme colon, ont été tués, dans le nord de la bande de Gaza, jeudi 30 septembre 2004. La presse palestinienne a parlé de "massacre" et de "Jeudi noir".

Des ambulanciers évacuent un Palestinien tué par l’armée israélienne, à Jabaliya, le 1er octobre 2004

Mercredi 29 septembre 2004, deux enfants israéliens ont été tués par la chute d’une roquette à Sdérot. Israël a menacé d’élargir encore plus cette opération si les tirs de roquettes ne cessaient pas, alors que le ministre de la Défense Shaoul Mofaz a affirmé qu’elle "prendrait du temps". "Si les tirs de roquettes continuent, nous élargirons notre opération sur le terrain et nous serons plus agressifs", a déclaré un haut responsable israélien qui a requis l’anonymat. Il a fait valoir que le plan de M. Sharon de démantèlement des colonies de la bande de Gaza, prévu pour septembre 2005, ne pourrait être réalisé "sous le feu". Il a ajouté que l’armée mettait en place "une zone tampon" d’une profondeur d’environ six km à l’intérieur de la bande de Gaza "afin d’éloigner les lanceurs de roquettes de Sdérot".

Un résistant palestinien à Jabaliya, le 30 septembre 2004

Le mouvement Fatah et les Brigades des martyrs d’Al-Aqsa ont appelé dans un communiqué à une "journée de colère", à une grève générale, et à des manifestations, samedi 2 octobre 2004, dans les territoires palestiniens, pour dénoncer l’opération israélienne.

Agence France Presse

Des bulldozers israéliens détruisent des maisons palestiniennes, à Jabaliya, le 29 septembre 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source