retour article original

dimanche 20 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (11ème partie) : Octobre 2004
AFP, 4 octobre 2004

Irak : Un haut fonctionnaire abattu par des inconnus à Bagdad


L’un des directeurs généraux du ministère des Sciences et de la Technologie a été abattu, avec une fonctionnaire, par des tirs d’inconnus, lundi 4 octobre 2004 au matin, à Bagdad, a indiqué à l’AFP le porte-parole du ministère de l’Intérieur.


"Thamer Abdellatif, l’un des directeurs généraux du ministère, et une fonctionnaire, Ikhlas Ghalib, ont été abattus par des inconnus, à 07h30, dans le quartier al-Qhadeer, dans le centre de Bagdad", a précisé le colonel Adnane Abdelrahmane. Les deux personnes ont été abattues dans leur voiture alors qu’elles se rendaient à leur bureau au siège du ministère, selon la même source.

Il s’agit du dernier d’une série d’attentats souvent mortels visant les hauts fonctionnaires du gouvernement irakien d’Iyad Allaoui, formé en juin 2004.

Dix morts dans l’explosion d’une voiture piégée à Bagdad, 11 tués à Falloujah

Une voiture piégée a explosé, lundi 4 octobre 2004 au matin, à Bagdad, faisant au moins 10 morts et 76 blessés, tandis que onze personnes ont été tuées à l’aube dans de nouveaux raids de l’armée américaine contre la ville de Falloujah.

Au moins dix personnes ont été tuées et 76 blessées dans l’explosion d’une voiture piégée à 08H47 (05H47 GMT) devant un centre de recrutement de l’armée irakienne à Bagdad, selon une source hospitalière."Nous avons dix morts et 76 blessés", a déclaré à l’AFP le Dr Firas al-Amine, de l’Hôpital Yarmouk. L’attentat s’est produit à l’extérieur du centre dans le quartier Mansour, près de la Zone verte, un secteur ultra-sécurisé où se trouvent l’ambassade des Etats-Unis et le siège du gouvernement irakien, a indiqué le lieutenant Mohammad Abdallah de l’armée irakienne. Un porte-parole militaire américain a affirmé à l’AFP que l’explosion a eu lieu à 08h47 (05h47 GMT) et "n’a pas fait de victimes américaines". Près de 400 recrues de l’armée irakienne étaient rassemblées dans le centre lorsque l’attaque a été perpétrée, a expliqué à l’AFP Raëd Majid, lui-même blessé lors de l’attentat.

Une deuxième voiture piégée a secoué le centre de Bagdad un peu plus d’une heure après la première explosion, selon un porte-parole du ministère de l’Intérieur. Il n’a dans l’immédiat pas été fait état de victimes, mais un journaliste de l’AFP a vu des lambeaux de chair sur place. Selon un porte-parole du ministère de l’Intérieur, il s’agit d’une deuxième voiture piégée qui a explosé rue Saadoun, à une centaine de mètres de l’hôtel Baghdad, où logent des ressortissants occidentaux. Plusieurs voitures ont été endommagées par l’explosion et les devantures des magasins environnants ont été soufflées, a constaté un journaliste de l’AFP. La police irakienne et l’armée américaine ont immédiatement bouclé le secteur, interdit à la presse et survolé par des hélicoptères américains.

Nouveaux raids aériens contre Fallujah

D’autre part, l’armée américaine poursuivait ses raids contre la ville de Falloujah, où elle affirme attaquer des repaires de combattants liés au réseau d’Abou Moussab Al-Zarqaoui, qui a revendiqué de nombreux attentats et enlèvements d’étrangers.

Selon l’hôpital local, onze personnes ont été tuées dans deux raids menés, lundi 4 octobre 2004 à l’aube, par l’armée américaine, à Falloujah, à 50 km à l’ouest de Bagdad. Le premier raid a visé "vers 01h00, un bâtiment où près de 25 membres des forces anti-irakiennes manipulaient des armes à la périphérie de Falloujah", indique un communiqué militaire, affirmant qu’il s’agit de combattants liés au réseau d’Abou Moussab Al-Zarqaoui. "A 03h26, les forces multinationales ont à nouveau visé des membres du réseau terroriste de Zarqaoui dans le centre de Falloujah", indique l’armée américaine dans un deuxième communiqué.

Ce deuxième raid a fait onze morts, dont trois femmes et deux enfants, et quatorze blessés, a déclaré à l’AFP le Dr Adel Khamis, de l’Hôpital général de Falloujah.

L’armée américaine a intensifié ces derniers temps les raids sur Falloujah, au rythme de plus d’un par jour, sur des repaires présumés du réseau d’Abou Moussab Al-Zarqaoui, alors que le gouvernement irakien a annoncé sa volonté de récupérer les villes rebelles avant les élections de janvier 2005.

Les troupes américaines et irakiennes avaient lancé une offensive d’envergure, vendredi 1er octobre 2004, sur la ville de Samarra, à 125 km au nord de Bagdad, dont ils ont repris le contrôle.

Quant à l’affaire des otages, l’employeur d’un otage jordanien menacé de mort par un groupe armé en Irak s’est déclaré prêt à négocier "immédiatement" avec les ravisseurs, alors que le groupe "l’Armée islamique en Irak", qui a enlevé deux Libanais, outre deux Indonésiennes et six Irakiens, a sommé le gouvernement de Beyrouth de retirer ses ressortissants d’Irak. Ce groupe détient aussi en otages deux journalistes français, Christian Chesnot et Georges Malbrunot, enlevés, le 20 août 2004, au sud de Badgad. La démarche menée à titre privé par le député français Didier Julia pour obtenir leur libération a été très critiquée en France et a semé la confusion sur leur sort.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source