retour article original

samedi 24 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Italie L’affaire Parmalat
AFP, 19 janvier 2004

Parmalat : le gouvernement italien veut sauver l’activité laitière


Le siège de Parmalat, à Collecchio

MILAN (Italie) (AFP) - Le ministre italien de l’Industrie, Antonio Marzano, a déclaré lundi, un mois après le déclenchement du scandale Parmalat, que l’activité principale du groupe laitier devait être sauvée, mais que certaines de ses acquisitions "non stratégiques" pouvaient être cédées.

Antonio Marzano


"D’un point de vue industriel, Parmalat est une entreprise qui mérite d’être sauvée pour ce qui concerne son activité principale", a déclaré M. Marzano.

"La Parmalat a acquis 17 sociétés dans des domaines n’ayant rien à voir avec le lait et les dérivés du lait, du tourisme à la biscuiterie en passant par l’immobilier. Il s’agit d’activités non stratégiques", a précisé Antonio Marzano.

Le ministre a toutefois souligné qu’il appartenait au commissaire extraordinaire Enrico Bondi, nommé par le gouvernement, de proposer certaines cessions en fonction de "critères industriels".

Enrico Bondi

Il y a un mois, le 19 décembre, la Bank of America annonçait qu’un document attestant de liquidités de Parmalat était un faux, déclenchant ainsi le scandale.

Lundi, un ex-dirigeant de Parmalat également président de la Banca Monte Parma, Franco Gorreri, a été arrêté, et les deux anciennes sociétés d’audit de Parmalat, Grant Thornton et Deloitte and Touche, ont été officiellement impliquées dans l’enquête en tant que personnes morales.

Franco Gorreri

Déjà, deux responsables de Grant Thornton ainsi que deux de Deloitte and Touche avaient été inscrits dans le registre des personnes "mises sous enquête" (une procédure obligatoire en Italie qui permet d’officialiser les soupçons de la justice et de qualifier les charges potentielles qui pèsent contre les personnes).

Soupçonné d’association de malfaiteurs et de banqueroute frauduleuse, M. Gorreri est la 10e personne interpellée dans le scandale financier. Neuf sont en détention provisoire, dont le fondateur du groupe Calisto Tanzi, à qui la justice a une nouvelle fois refusé lundi une mise en liberté pour raisons de santé. Une dixième, l’épouse de l’ancien directeur financier Fausto Tonna, est en résidence surveillée.

Calisto Tanzi

De son côté, l’homme clef de l’affaire, Fausto Tonna, ancien directeur financier du groupe agroalimentaire, a fait son retour dans son propre bureau, sous escorte policière, pour tenter de débrouiller les multiples fils de l’affaire.

Fausto Tonna

M. Tonna, qui reste sous le coup d’une mesure de détention provisoire, a été conduit dans la matinée à Collecchio -bourgade située à quelques kilomètres de Parme (nord), où le géant laitier a son siège-, à bord d’un fourgon pénitentiaire.

Derrière les barreaux depuis le 31 décembre, il a fait l’objet de nombreux interrogatoires par les magistrats de Parme qui enquêtent sur ce scandale financier. Et la semaine passée, l’ancien dirigeant s’était fait fort de "reconstituer en cinq heures le vrai bilan financier de Parmalat" si on voulait bien le laisser travailler au siège de son entreprise plutôt que dans les bureaux des procureurs à Parme.

Ce retour sur les lieux n’est pas sans rappeler la "reconstitution" qui dans une affaire criminelle fait refaire à l’accusé les gestes du crime. Mais ici le délit est purement financier, avec principalement des "faux" et "détournements" au titre des imputations.

Aucune indication n’avait toutefois filtré en fin de journée sur d’éventuelles révélations au cours de cette "reconstitution".

Parallèlement, le ministre de l’Economie Giulio Tremonti, soucieux de rassurer au plus vite le public autant que les investisseurs étrangers, pourrait présenter dès cette semaine sa réforme des organismes de contrôle et de tutelle de l’épargne.

Giulio Tremonti

Le cardinal Camillo Ruini, président des évêques italiens, a de son côté dénoncé la "vulnérabilité du système financier et du monde des entrepreneurs en Italie" avec "des connexions internationales évidentes", mise en évidence par le scandale Parmalat.

Camillo Ruini

© AFP Agence France-Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source