retour article original

lundi 27 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (9ème partie) : De septembre 2004 à décembre (...)
AFP, 5 octobre 2004

Proche Orient : Sept Palestiniens tués, dont une écolière et un chef du Jihad

Suivi d’un commentaire


Des blindés israéliens près de Jabalya, le 3 octobre 2004

JABALIYA (AFP) - Sept Palestiniens, dont un chef militaire du Jihad islamique et une écolière ont été tués, mardi 5 octobre, par l’armée israélienne, dans la bande de Gaza, où Israël envisage d’intensifier son offensive entrée dans sa deuxième semaine.

Par ailleurs, l’armée israélienne a arrêté récemment treize employés des Nations Unies qui ont été accusés d’implication dans "des activités terroristes", a déclaré, mardi 5 octobre 2004 au soir, un membre de l’état-major de l’armée israélienne.

Les débris d’un véhicule détruit par un missile israélien, à Gaza, le 5 octobre 2004


Le chef de la branche militaire du Jihad islamique pour la bande de Gaza, Bachir Al-Dibch, et un résistant de ce groupe, ont été tués, mardi 5 octobre 2004 au soir, dans un raid d’hélicoptère qui a totalement détruit leur voiture, à Gaza, ont indiqué des sources médicales et sécuritaires. Un troisième Palestinien, un civil qui passait dans le secteur, a été blessé dans le raid, selon les sources médicales. Le raid, qui a provoqué une énorme explosion, a eu lieu alors que la voiture visée circulait à l’entrée du camp de réfugiés de Chatti dans l’ouest de Gaza.

Les débris d’un véhicule détruit par un missile israélien, à Gaza, le 5 octobre 2004

A Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, une fillette, Iman Al-Hams, 13 ans, a été criblée de balles alors qu’elle se rendait à son école. Un témoin, Omar Khalifa a affirmé que la fillette marchait vers l’école avec deux camarades lorsque les soldats ont ouvert le feu d’une tour d’observation le long de la frontière avec l’Egypte. "La fille a alors pris la fuite. Les soldats ont ouvert un feu intensif sur son cartable après qu’elle l’eut jeté par terre", a-t-il raconté. L’armée a affirmé que des soldats avaient tiré sur elle après qu’elle eut pénétré dans une zone interdite et y eut posé "ce qui a semblé être un engin explosif", avant de tenter de prendre la fuite.

Les funérailles d’un Palestinien tué par l’armée israélienne, à Seir, le 5 octobre 2004

Dans le nord de la bande de Gaza, où se déroule l’offensive israélienne, deux Palestiniens, dont un résistant, ont été tués par un obus de char israélien avant l’aube. Le premier est mort sur le coup alors que le deuxième a succombé quelques heures plus tard à l’hôpital.

Un blindé israélien dans la bande de Gaza, le 5 octobre 2004

Enfin, deux Palestiniens ont été tués, mardi 5 octobre au soir, à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, dans un raid aérien israélien, apprend-on de sources sécuritaires et hospitalières palestiniennes. Les deux victimes sont des civils, selon les sources sécuritaires. Deux autres Palestiniens ont été grièvement blessés dans l’attaque.

Un enfant assiste à l’enterrement d’un Palestinien tué par l’armée israélienne, à Jabalya, le 5 octobre 2004

Quatre-vingts Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza, depuis le lancement, le 28 septembre 2004 au soir, de l’offensive israélienne, destinée, officiellement, à mettre fin aux tirs de roquettes palestiniennes sur le sud de l’Etat juif.

Un soldat israélien sur une base avancée, à proximité de la bande de Gaza, le 5 octobre 2004

Le secrétaire d’Etat américain Colin Powell a émis, lundi 4 octobre, l’espoir que cette opération prendrait fin "rapidement", mais le ministre de la Défense israélien, Shaoul Mofaz, a affirmé, dans des déclarations publiées mardi 5 octobre 2004, qu’elle allait s’intensifier. "Nous allons intensifier nos activités terrestres et aériennes. Le meurtre d’enfants à la veille de la fête par des roquettes Qassam est intolérable et impardonnable", a ainsi déclaré M. Mofaz, cité par le Yédiot Aharonot.

Le ministre israélien de la Défense, Shaul Mofaz, chez les parents de deux enfants tués lors d’une attaque palestinienne, à Sderot, le 4 octobre 2004

Deux enfants israéliens ont été tués, le 29 septembre, par la chute d’une roquette artisanale de type Qassam sur la ville de Sdérot dans le sud d’Israël. Un engin similaire s’est abattu, mardi 5 octobre 2004 après-midi, sur Sdérot sans faire ni victimes ni dégâts.

Le portrait de Yuval Abeba, tué par une roquette palestinienne

"Je ne peux pas dire exactement pendant combien de semaines cette opération va se poursuivre. Nous allons prendre toute action nécessaire et le temps qu’il faudra pour éliminer la menace des Qassam et de mortiers sur Sdérot et Goush Katif", le principal bloc de colonies dans la bande de Gaza, a ajouté M. Mofaz. Selon lui, "plus l’opération israélienne sera profonde, plus les tirs sur Sdérot seront limités".

Des résistants palestiniens à Ramallah, le 5 octobre 2004

En outre dans la région de Hébron, en Cisjordanie, un résistant recherché du mouvement palestinien Hamas a été tué, avant l’aube par l’armée, selon des sources palestinienne et israélienne.

Un blindé israélien de retour de la bande de Gaza, le 5 octobre 2004

Depuis le début de l’Intifada, fin septembre 2000, les violences ont fait 4443 morts, dont 3418 Palestiniens et 954 Israéliens.

Un blindé israélien à Beit Hanoun, le 5 octobre 2004

Mardi 5 octobre 2004, un membre de l’état-major de l’armée israélienne a annoncé l’arrestation de 13 employés de l’ONU accusés d’être impliqués dans "des activités terroristes". "Nous avons en main une liste de 13 personnes arrêtées contre lesquelles ont été porté des actes d’accusation. Ces personnes arrêtées sont des gens de l’ONU contre lesquels il existe des actes d’accusation fournis sur leur implication dans des activités terroristes", a déclaré le général Israël Ziv chef du bureau des opérations à l’état-major, lors d’une conférence de presse à Tel-Aviv dont un extrait a été diffusé par la deuxième chaîne de télévision israélienne. Le général Ziv n’a pas précisé les responsabilités et les fonctions des personnes arrêtées, ni leur nationalité.

Israel Ziv

L’armée israélienne n’a pas été en mesure d’apporter plus de précisions sur cette affaire. Celle-ci survient au plus fort d’une grave polémique entre Israël et les Nations Unies, l’Etat hébreu ayant accusé des résistants palestiniens d’avoir utilisé une ambulance de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (Unrwa) pour transporter un lanceur de roquette. L’armée israélienne a diffusé un film pris par un drone israélien, vendredi 1er octobre 2004 au soir, dans le secteur de Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, sur lequel on voit, selon Israël, des résistants palestiniens embarquer avec un lance-roquettes dans un véhicule sur le toit duquel figure le sigle des Nations Unies (UN). Le directeur de l’Unrwa, Peter Hansen, a catégoriquement rejeté ces accusations, dimanche 3 octobre 2004, et soutenu que l’homme qui embarquait dans une ambulance de l’Unrwa était en fait un brancardier tenant un brancard. Israël a adressé une protestation écrite sur l’affaire au secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, et exigé l’ouverture d’une enquête.

Agence France Presse

Le véhicule de l’ONU mis en cause par les Israéliens, le 2 octobre 2004

Commentaire

On appréciera le cynisme tranquille de Shaoul Mofaz, quand il déclare que : "Le meurtre d’enfants à la veille de la fête par des roquettes Qassam est intolérable et impardonnable".

Quand l’armée israélienne tue des enfants palestiniens à longueur d’année, est-ce tolérable et pardonnable ? Ou doit-on considérer que leur vie n’a aucune valeur ?

Les enfants tués à Sderot apparaissent surtout comme un prétexte censé donner un vernis moraliste à une nouvelle démonstration de terrorisme d’Etat.

Frank BRUNNER

Un jeune Palestinien, blessé par des tirs israéliens, dans le camp de réfugiés de Djabalia, dans la bande de Gaza, le 4 octobre 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source