retour article original

mardi 25 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (5ème partie) : De septembre 2004 à décembre 2004
AP, 7 octobre 2004

Haïti : Les partisans de Jean-Bertrand Aristide maîtres d’un quartier de Port-au-Prince


Des soldats de l’ONU bréziliens en patrouille à Port-au-Prince, le 6 octobre 2004

PORT-AU-PRINCE (AP) - Des partisans de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, munis d’armes à feu et de machettes, se sont emparés, mercredi 6 octobre 2004, du quartier de Bel Air, dans la capitale haïtienne Port-au-Prince, menaçant de décapiter des étrangers, après l’arrestation de plusieurs dizaines de personnes par les troupes onusiennes et la police du pays.

Haïti


Des troupes de maintien de la paix des Nations Unies sont entrées, mercredi 6 octobre 2004, dans des véhicules blindés, pour mettre un terme à l’insurrection des partisans de l’ancien président, qui ont déjà pratiqué plusieurs décapitations, sur le modèle des rebelles en Irak. Plusieurs dizaines de personnes ont été arrêtées.

Un soldat de l’ONU brézilien, accompagné de policiers haïtiens, à Port-au-Prince, le 6 octobre 2004

Au moins 19 personnes ont été tuées depuis la semaine dernière à Port-au-Prince. Selon les organisations non-gouvernementales présentes sur place, ces violences pourraient mettre en péril l’acheminement de l’aide humanitaire destinée à la population des Gonaïves, la principale ville du nord de Haïti, touchée par l’ouragan Jeanne qui a fait au moins 1870 morts sur l’île. Au moins 50 personnes blessées par armes à feu ont été hospitalisées, depuis vendredi 1er août 2004, à Port-au-Prince, selon des responsables hospitaliers.

Un cadavre décapité, à Port-au-Prince, le 6 octobre 2004

En fin de matinée, mercredi 6 octobre 2004, les soldats de l’ONU et la police haïtienne ont quitté le quartier de Bel Air, le laissant aux mains des partisans d’Aristide qui ont allumé des feux à l’aide de matelas, de meubles et de pneus pour bloquer les rues. "Nous demandons le retour d’Aristide", ont-ils fait savoir.

Des policiers haïtiens à Port-au-Prince, le 6 octobre 2004

L’ancien président Jean-Bertrand Aristide a fui Haïti, le 29 février 2004, contraint au départ par l’insurrection populaire. Il est depuis réfugié en Afrique du Sud.

Associated Press

De gauche à droite : Léon Charles, chef de la police haïtienne ; Augusto Heleno Ribeiro Pereira, commandant des troupes de l’ONU à Haïti ; et le Premier ministre Gérard Latortue

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source