retour article original

lundi 26 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (5ème partie) : De septembre 2004 à décembre 2004
AP, 9 octobre 2004

Haïti : Un Casque bleu brésilien blessé dans des affrontements à Port-au-Prince


Des membres du Aristide’s fans club, à Port-au-Prince, le 4 octobre 2004

PORT-AU-PRINCE (AP) - Des combats ont éclaté, samedi 9 octobre 2004, à Port-au-Prince, lorsque les soldats de la MINUSTAH (Mission de stabilisation de l’ONU en Haïti) sont à nouveau entrés dans le bidonville de Bel Air, aux mains des partisans du président déchu Jean-Bertrand Aristide.

Un soldat de la paix brésilien au moins a été blessé.

Haïti


PORT-AU-PRINCE (AP) - Des combats ont éclaté, samedi 9 octobre 2004, à Port-au-Prince, lorsque les soldats de la MINUSTAH (Mission de stabilisation de l’ONU en Haïti) sont à nouveau entrés dans le bidonville de Bel Air, aux mains des partisans du président déchu Jean-Bertrand Aristide. Un soldat de la paix brésilien au moins a été blessé.

Une patrouille de soldats de l’ONU, à Port-au-Prince, le 6 octobre 2004

Les troupes brésiliennes, secondées par la police haïtienne, sont entrées dans Bel Air, où les Haïtiens exigeant le retour d’Aristide avaient bloqué les rues avec des barricades, voitures calcinées et autres débris ces derniers jours, a expliqué le porte-parole de l’ONU Toussaint Kongo-Doudou, précisant que plusieurs militants pro-Aristide semblaient blessés également. Selon la police, un de ses hommes a également été blessé à la jambe, lors d’échanges de tirs dans le quartier voisin de Sans Fil. Au moins 34 personnes y ont été arrêtées, alors que dans le bidonville voisin de Cité Soleil, les habitants faisaient également état de fusillades.

Un cadavre décapité, dans une rue de Port-au-Prince, le 6 octobre 2004

Au moins 26 personnes ont été tuées, à Port-au-Prince, depuis le 30 septembre, date à laquelle les pro-Aristide ont commencé de hausser le ton, réclamant le retour d’exil du président déchu et la fin de "l’invasion", référence aux forces américaines, arrivées en février, et à celles de l’ONU qui ont pris le relais en juin 2004.

A l’arrière plan, un cadavre décapité, dans une rue de Port-au-Prince, le 7 octobre 2004

Vendredi 8 octobre 2004, la police a découvert les cadavres décapités d’un père et de son fils, à La Saline, un des quartiers de la capitale, alors qu’une vingtaine de cadavres, dont certains démembrés, s’entassent à la morgue de Port-au-Prince.

Un temple vaudou dévasté par les intempéries, à Gonaives, le 6 octobre 2004

Dans le nord du pays, pendant une messe à la mémoire des victimes de l’ouragan Jeanne, qui a fait au moins 1870 morts sur l’île et plus de 800 disparus, des manifestants se sont rassemblés, accusant le gouvernement provisoire et l’ONU de ne pas aider assez les survivants de la catastrophe. La foule a hué le Premier ministre Gérard Latortue et le président Boniface Alexandre, venus se recueillir dans une des villes les plus touchées par l’ouragan.

Associated Press

Gérard Latortue

Boniface Alexandre

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source