retour article original

jeudi 20 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (11ème partie) : Octobre 2004
AP, 10 octobre 2004

Irak : L’ultime message de Kenneth Bigley avant son assassinat


BAGDAD (AP) - Un ultime message de Kenneth Bigley, quelques instants avant son assassinat, a été mis en ligne, dimanche 10 octobre 2004, sur un site Internet islamiste.

Dans cette vidéo de près de cinq minutes, l’ingénieur britannique supplie le Premier ministre Tony Blair de libérer les Irakiennes détenues dans la prison d’Abou Ghraïb, avant d’être décapité par ses ravisseurs.


L’enregistrement, diffusé deux jours après que la famille de l’otage britannique eut annoncé avoir reçu confirmation de son assassinat, montre Kenneth Bigley vêtu d’une combinaison orange, assis devant sept hommes armés et cagoulés. Derrière eux, apparaît l’étendard du groupe Tawhid wal Jihad (Unification et guerre sainte) dirigé par le Jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui, qui a revendiqué plusieurs attentats ainsi que les exécutions de plusieurs otages occidentaux en Irak. « Je ne suis pas quelqu’un de compliqué. Je suis un homme simple qui veut mener une vie simple », déclare Kenneth Bigley. Puis il s’adresse ensuite au chef du gouvernement britannique : « vous ne semblez pas avoir fait quoi que ce soit pour m’aider ».

L’ingénieur de 62 ans, qui avait été enlevé, le 16 septembre 2004, en plein coeur de Bagdad en même temps que deux Américains, décapités quelques jours plus tard, note que la patience de ses ravisseurs « s’amenuise et ce sont des gens très, très sérieux ». « S’il vous plait, s’il vous plait, donnez-leur ce qu’ils demandent : la libération de leurs femmes de la prison d’Abou Ghraïb », ajoute calmement le Britannique, qui lance un appel au peuple britannique. « Plus que jamais j’ai besoin de vos voix », dit-il. « Tout ce que je peux vous dire c’est qu’il me reste très peu de temps ».

L’un des ravisseurs traite alors les « dirigeants des gouvernements occidentaux infidèles » de « menteurs et d’hypocrites » qui prétendent »aimer leur peuple ». Il accuse Londres d’avoir menti en disant ne pas savoir comment contacter Tawhid wal Jihad. « Ils ont menti. Il y avait un contact très clair », assure-t-il. « Parce que la Grande-Bretagne ne veut pas sérieusement relâcher nos soeurs, il ne reste plus pour ce mauvais Britannique que ce couteau ». L’homme sort alors un couteau pour décapiter Kenneth Bigley, dont les ravisseurs montrent ensuite la tête à la caméra.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source