retour article original

dimanche 20 août 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Costa Rica
AFP, 14 octobre 2004

Corruption : L’ancien patron d’Alcatel au Costa Rica en détention


Vue de la vallée de San Jose

SAN JOSE (AFP) - L’ancien patron de l’entreprise française Alcatel au Costa Rica a été arrêté, jeudi 14 octobre 2004, à San José : il est soupçonné d’avoir versé des pots-de-vin en échange de marchés publics, de hauts fonctionnaires costariciennes sont impliqués, dont un ancien président du pays.

Costa Rica


L’ICE (Institut costaricien d’électricité, public), qui détient le monopole dans le secteur des télécommunications et de l’électricité, a annoncé, jeudi 14 octobre 2004, qu’il allait exclure de sa liste de fournisseurs Alcatel, le suédois Ericsson, le concurrent suédois d’Alcatel, et les entreprises espagnoles d’électricité Union Fenosa et Inabensa.

Un téléphone portable Ericsson

Le patron d’Alcatel au Costa Rica, Edgar Valverde, est accusé par un ancien consultant de l’entreprise costaricienne de télécommunications IFE d’avoir offert des "primes". Cet ancien consultant, Guido Sibaja, a affirmé avoir reçu 160000 euros de pots-de-vin de la firme Alcatel. M. Valverde avait été suspendu de ses fonctions la semaine dernière en attendant les résultats de l’enquête. Il a été arrêté après sa déposition devant une commission de l’Assemblée législative, qui enquête sur le versement de commissions occultes.

Un isolateur électrique d’Union Fenosa

Plusieurs politiciens sont éclaboussés par le scandale de corruption impliquant Alcatel. L’entreprise française est soupçonnée d’avoir versé plusieurs millions d’euros de commissions occultes à des intermédiaires afin d’obtenir un marché de 190 millions d’euros portant sur la fourniture d’équipements pour 400000 lignes de téléphonie mobile. L’ancien président costaricien Miguel Angel Rodriguez (1998-2002), accusé lui aussi d’avoir reçu des pots-de-vin d’Alcatel et cible d’un mandat d’arrêt international, a dû démissionner la semaine dernière du poste de secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA).

Miguel Angel Rodriguez

Un ami personnel de M. Rodriguez et ancien directeur de l’IFE, José Antonio Lobo, a déclaré à la justica costaricienne que l’ancien chef de l’Etat avait exigé 60 % d’une "prime" de plus de 1,6 million d’euros offerte par Alcatel, après que la multinationale eut remporté un marché public en 2001.

L’entreprise française a aussi contribué à hauteur de 100000 dollars (83000 euros) à la campagne électorale du président actuel Abel Pacheco, en 2002, ce qu’a reconnu le président costaricien en évoquant "une des nombreuses contributions" autorisées par la loi électorale.

Abel Pacheco

De nombreux autres fonctionnaires auraient bénéficié de commissions occultes d’Alcatel. La dernière révélation est celle de l’ancien ministre Hernan Bravo, qui a reconnu, mercredi 13 octobre 2004, avoir reçu 666000 euros de la part d’un consultant d’Alcatel. Alcatel s’est jusqu’ici refusé à tout commentaire, mais s’est déclaré prêt à collaborer avec les autorités costariciennes.

Un téléphone portable Alcatel

Le parlement costaricien débat actuellement de l’adoption d’une loi qui interdirait aux entreprises reconnues coupables d’avoir versé des commissions occultes à des fonctionnaires, de commercer avec le Costa Rica pendant dix ans.

Agence France Presse

Scène de rue à San Jose

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source