retour article original

jeudi 23 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (9ème partie) : De septembre 2004 à décembre (...)
AP, 16 octobre 2004

Proche Orient : Retour au calme dans la Bande de Gaza, après 17 jours d’attaques terroristes israéliennes


Des Palestiniens parcourent leurs champs dévastés par l’armée israélienne, à Beit Lahiya, le 14 octobre 2004

CAMP DE REFUGIES DE JEBALIYA, Bande de Gaza (AP) - Des maisons rasées, des champs en ruines, des routes et des canalisations d’eau détruites : les Palestiniens commençaient, samedi 16 octobre 2004, à réparer les dégâts provoqués par l’offensive israélienne "Jours de pénitence", au lendemain du retrait des chars et des troupes du nord de la Bande de Gaza.

Un champ dévasté par l’armée israélienne, à Beit Lahiya, le 14 octobre 2004


Israël a quitté la région au terme d’une opération de 17 jours, considérée comme l’offensive la plus sanglante lancée par son armée contre ce territoire depuis septembre 2000. Le Premier ministre Ariel Sharon a finalement décidé le redéploiement à la demande pressante des commandants de l’armée israélienne et après des appels des Etats-Unis à mettre fin à l’intervention.

Des blindés israéliens à El-Sinai, près de Beit Lahiya, le 14 octobre 2004

Depuis le début de l’offensive, lancée, le 29 septembre 2004, à la suite d’une attaque de roquette meurtrière contre la ville frontalière israélienne de Sderot, au moins 110 Palestiniens ont été tués et des centaines d’autres blessés. Des dizaines de civils palestiniens, dont 18 mineurs, figurent parmi les victimes. Cinq Israéliens, dont deux enfants en bas âge, avaient été tués dans l’attaque de Sderot.

Un blindé israélien près de Beit Lahiya, le 14 octobre 2004

L’offensive israélienne a pris pour cibles le camp de réfugiés de Jebaliya, les villes de Beit Hanoun et de Beit Lahiya dans le nord de la Bande de Gaza, lieux d’où les Palestiniens tirent la majorité des roquettes Qassam visant Israël ces quatre dernières années. Selon un premier décompte du Centre palestinien pour les droits de l’Homme à Gaza, au moins 80 maisons ont été détruites dans la Bande de Gaza, dont au moins 60 à Jebaliya et 20 à Beit Lahiya, sans compter les dégâts subis par les boutiques et les bureaux. Cette offensive "fait partie d’une série d’attaques israéliennes planifiées pour mettre notre peuple à genoux, mais cela n’arrivera jamais", a déclaré le Premier ministre palestinien, Ahmed Qoreï.

Un aperçu des dévastations perpétrées par l’armée israélienne, à Beit Lahiya, le 14 octobre 2004

Au moins 45 habitations et une mosquée en cours de construction ont été rasées dans l’est du camp de Jebaliya, où les habitants fouillaient les décombres de leurs maisons samedi à la recherche de leurs biens. "Ma fille était dans la salle de bains quand elle s’est aperçue que le mur était en train de s’effondrer", raconte Latife Abu Oudeh, 55 ans. Sa maison de quatre pièces, où vivaient 16 personnes, a été détruite aux premiers jours du raid.

Un aperçu des dévastations perpétrées par l’armée israélienne à Jabalya, le 16 octobre 2004

Selon cette Palestinienne, le bulldozer de l’armée israélienne s’est attaqué à la maison peu avant l’aube, sans que soit prévenue sa famille, qui a dû fuir en proie à la panique. "Quand on est arrivé à l’immeuble d’à côté, j’ai regardé derrière moi et j’ai vu que ma maison était entièrement démolie", dit-elle.

Un aperçu des dévastations perpétrées par l’armée israélienne à Jabalya, le 16 octobre 2004

De nombreux habitants du nord de la Bande de Gaza aimeraient voir les militants cesser de tirer des roquettes sur les colonies juives, car ces attaques déclenchent des ripostes démesurées de l’armée israélienne et entament le soutien au plan de "désengagement".

Un mur criblé de balles, à Jabalya, le 16 octobre 2004

D’une grande violence, l’opération "Jours de pénitence" a été la cible de critiques internationales, alors qu’en Israël, le plan de retrait des 21 colonies juives de la Bande de Gaza et de quatre autres en Cisjordanie suscite l’hostilité grandissante des colons envers Ariel Sharon. Selon les médias israéliens, une soixantaine de rabbins se sont ralliés à un appel lancé aux soldats juifs orthodoxes, leur demandant de refuser d’obéir aux ordres d’évacuation des colonies juives. Yosef Dayan, un rabbin extrémiste de la colonie de Psagot en Cisjordanie, a même appelé au meurtre du Premier ministre israélien.

Associated Press

Un aperçu des dévastations perpétrées par l’armée israélienne, à Rafah, le 14 octobre 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source