retour article original

dimanche 28 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (11ème partie) : Octobre 2004
AP, AFP, 18 octobre 2004

Irak : Canberra n’enverra pas de soldats supplémentaires


BAGDAD (AP) - Un communiqué diffusé sur un site Internet islamiste a annoncé dimanche le décès d’un responsable du groupe terroriste d’Abou Moussab al-Zarqawi. L’homme serait mort en combattant les Américains à Falloujah.


L’annonce, dont l’authenticité n’a pu être confirmée, indique que Cheik Abou Hafs al-Libi "est tombé en martyr sur le champs de bataille alors qu’il combattait les forces américaines et les agents traîtres," désignant les forces du gouvernement irakien.

Le groupe d’Abou Moussab Al-Zarqawi, Tawhid wal Jihad (Unification et guerre sainte), comme les autres groupes insurgés, n’a pas pour habitude d’annoncer la mort de ses membres. Il est également curieux que le groupe précise que l’homme a été tué à Falloujah dans la mesure où les chefs tribaux du "triangle sunnite" ont toujours assuré aux Américains et au gouvernement irakien qu’aucune organisation terroriste n’y combattait.

Le communiqué a été posté sur le site de l’Ansar al-Sunnah, un groupe insurgé indépendant actif dans les régions sunnites du pays. Il précise que cette mort sera vengée.

Explosion d’une voiture piégée à Bagdad, selon le ministère de l’Intérieur

BAGDAD (AP) - Un attentat suicide à la voiture piégée a été commis, dimanche 17 octobre 2004 au soir, devant un café du quartier de Jadiriyah, à Bagdad, faisant sept morts, dont quatre policiers et le kamikaze, et une vingtaine de blessés, selon le ministère de l’Intérieur irakien.

L’explosion, qui visait une patrouille de police irakienne, a eu lieu à quelques centaines de mètres de l’ambassade australienne mais "aucun ressortissant australien ne figure parmi les victimes", a affirmé le commandant des forces australiennes au Moyen-Orient Peter Hutchinson à la télévision. Des ambulances affluaient vers le site. Le quartier de Jadiriyah compte plusieurs ambassades et les bureaux d’entreprises.

Canberra n’enverra pas de soldats en Irak pour protéger l’ONU

CANBERRA, Australie (AP) - L’Australie a refusé, lundi 18 octobre 2004, d’envoyer des soldats supplémentaires en Irak afin de protéger les équipes des Nations Unies sur place, comme le lui avait demandé de manière informelle l’ONU. « Nous avons toujours été très clairs sur notre engagement en Irak », a affirmé Chris Kenny, un porte-parole du ministre des Affaires étrangères Alexander Downer. « Nous resterons dans la course mais nous avons toujours été très clairs, nous n’augmenterons pas le nombre » de soldats australiens stationnés en Irak. Chris Kenny a précisé que la demande émanant de l’ONU en faveur d’une aide militaire avait été formulée « il y a quelques mois ».

L’Australie, puissant allié des Etats-Unis, a envoyé 2000 soldats d’élites pour prendre part à l’invasion de l’Irak. Elle compte aujourd’hui 970 hommes dans la région, qui assurent des fonctions non-combattantes.

La semaine dernière, Canberra avait affirmé qu’elle équiperait et formerait des dizaines de soldats fidjiens qui iraient en Irak pour protéger les équipes des Nations Unies.

Associated Press

Un des négociateurs de Falloujah libéré par l’armée américaine

L’armée américaine a libéré, lundi 18 octobre, à l’aube, l’un des négociateurs de la ville sunnite de Falloujah, arrêté vendredi 15 octobre 2004, a indiqué la police, qui l’a raccompagné chez lui, et un de ses collègues. "Les Américains nous l’ont remis vers 03h30 et nous l’avons raccompagné chez lui", a déclaré à l’AFP Salam Mohammad, de la police de Falloujah, située à 50 km à l’ouest de Bagdad. "Il a été bien traité, il est en bonne santé et se trouve parmi les siens", a indiqué de son côté le commissaire Adnane Ali Hussein, qui s’est présenté comme le cousin de cheikh Khaled Hammoud. L’armée américaine était injoignable pour commenter cette libération.Des proches de cheikh Hammoud avaient annoncé son arrestation, mais l’armée américaine avait refusé de confirmer ou d’infirmer cette information, après l’avoir démentie dans un premier temps.

Un autre membre de la délégation de la ville, cheikh Abdel Hamid Jaddou, qui avait aussi annoncé l’arrestation de cheikh Hammoud, a affirmé de son côté que sa libération était "un pas dans la bonne direction". "Je sors à l’instant de chez lui", a déclaré à l’AFP cheikh Jaddou. Interrogé sur une éventuelle reprise des négociations avec le gouvernement, il a répondu : "Cette libération est un pas dans la bonne direction. Si les bombardements (américains) s’arrêtent, ce sera un autre pas positif et les canaux de la négociation pourront être rouverts". "Depuis le début, nous appelons à une solution pacifique", a-t-il ajouté.

Samedi 16 octobre, cheikh Abdel Hamid Jaddou avait affirmé que les négociateurs étaient prêts à reprendre les tractations avec le gouvernement, à condition que l’armée américaine mette un terme aux raids aériens contre Falloujah et libère cheikh Khaled Hammoud. La délégation de Falloujah avait annoncé, jeudi 14 octobre 2004, la suspension des contacts, pour protester contre les propos du Premier ministre Iyad Allaoui, qui avait menacé la veille la ville d’une offensive d’envergure, si ses habitants ne remettaient pas l’islamiste Abou Moussab Al-Zarqaoui et ses hommes.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source