retour article original

vendredi 18 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (11ème partie) : Octobre 2004
Reuters, 18 octobre 2004

Irak : Le gouvernement de la collaboration réitère ses menaces contre la population de Fallujah

par Michael GEORGY


BAGDAD (Reuters) - Le gouvernement intérimaire irakien va annoncer la semaine prochaine une amnistie générale sur les armes, mais menace toujours d’attaquer Falloudja si Abou Moussab Al-Zarkaoui et d’autres résistants étrangers ne lui sont pas livrés, a déclaré, à Reuters, le conseiller irakien à la Sécurité nationale, Kassim Daoud.


"La semaine prochaine, nous annoncerons une action de collecte des armes à l’échelle nationale" a déclaré Kassim Daoud, précisant que la date-limite pour la remise des armes serait prorogée jusqu’à jeudi 21 octobre 2004 à Sadr City, un faubourg défavorisé de Bagdad, fief des résistants chiites insurgés contre le pouvoir central soutenu par Washington. "Il y a beaucoup de gens qui veulent déposer les armes à Sadr City. (...) Il ne serait pas juste de procéder à des fouilles dans les maisons alors que ces gens n’ont pas eu assez de temps pour remettre leurs armes", a estimé Kassim Daoud.

Dans l’après-midi, le Premier ministre irakien Iyad Allaoui a confirmé le projet d’amnistie générale qui, en cas de succès, pourrait aider le gouvernement à organiser comme prévu des élections législatives d’ici fin janvier 2005.

Les Irakiens ont le droit d’avoir un fusil kalachnikov par foyer, mais les pistolets sont extrêmement répandus dans le pays et de nombreuses familles possèdent plus d’une arme. On ne sait pas encore si ce nouveau projet de collecte d’armes prévoit des compensations financières.

Le gouvernement irakien tente par ailleurs de reprendre en main la ville de Falloudja, toujours dans la perspective des élections. Le gouvernement a menacé de lancer une offensive sur la ville, située à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Bagdad, si ses habitants refusent de livrer l’activiste jordanien Abou Moussab Al-Zarkaoui et ses partisans.

Kassim Daoud s’est refusé à préciser quand l’offensive pourrait être déclenchée. "Nous avons un calendrier et nous nous y tiendrons" a-t-il déclaré, sans plus de précisions. Interrogé sur les preuves dont disposent les autorités irakiennes sur la présence d’Abou Moussab Al-Zarkoui et de ses résistants à Falloudja, Kassim Daoud a répondu : "Il y a beaucoup de ses partisans, des djihadistes. La preuve est là." Les habitants de Falloudja ont rétorqué qu’il n’y avait aucune preuve de la présence d’Abou Moussab Al-Zarkoui dans leur ville et que les raids aériens de l’aviation américaine n’avaient fait qu’attiser la colère de la population.

Pas de forces britanniques à Bagdad ou à Falloudja

Les forces américaines ont par ailleurs libéré, dans la nuit, Khaled Djoumaïli, chef de la délégation de Falloudja aux pourparlers engagés avec les autorités irakiennes et américaines, qui avait été arrêté vendredi 15 octobre 2004.

Dimanche 17 octobre 2004, les forces américaines et les résistants de Falloudja se sont affrontés pendant neuf heures, et la ville a été la cible de frappes aériennes américaines. Selon des sources hospitalières, quatre civils -dont un enfant- ont été tués et 12 autres blessés. "Je crois que les habitants de Falloudja ne veulent pas de ce type de paix. Ils veulent une paix véritable, pas une paix qui est un coup de poignard dans le dos, qui frappe et détruit les maisons et tue les femmes", a déclaré Khaled Djoumaïli à Reuters. Il a par ailleurs estimé que la traque d’Abou Moussab Al-Zarkaoui n’était qu’un prétexte pour attaquer Falloudja.

Face aux difficultés rencontrées par leur armée sur le terrain, les Etats-Unis ont demandé récemment aux Britanniques de transférer une partie de leurs forces du sud vers le nord de l’Irak. Le ministre britannique de la Défense, Geoff Hoon, a déclaré, lundi 18 octobre 2004, devant les Communes, que Londres donnerait sa réponse dans le courant de la semaine prochaine, mais que cette éventuelle nouvelle affectation ne concernerait ni Bagdad, ni Falloudja.

L’armée américaine a par ailleurs annoncé, lundi 18 octobre, qu’une voiture piégée avait explosé, dimanche 17 octobre 2004 au matin, à Mossoul, après être entrée en collision avec un autre véhicule. Cinq civils ont été tués et quinze autres blessés.

Selon la chaîne de télévision arabophone Al Djazira, deux otages macédoniens accusés d’espionnage au profit des Etats-Unis ont en outre été assassinés par leurs ravisseurs.

Un journaliste de la télévision australienne a de son côté été libéré, dimanche 17 octobre 2004 au soir, après avoir été pris en otage 24 heures plus tôt devant son hôtel à Bagdad.

A Paris, le ministre français de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, a déclaré, lundi 18 octobre, que le gouvernement ne disposait d’aucun élément nouveau, depuis le 13 octobre, concernant les deux otages français en Irak. Les deux journalistes, Christian Chesnot et Georges Malbrunot, qui ont disparu, le 20 août 2004, avec leur chauffeur syrien, en sont à leur 60e jour de détention.

Michael GEORGY

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Michael GEORGY

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source