retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Iran (1ère partie) : Du 12 janvier 2004 au 23 juin 2004
AFP, 24 janvier 2004

Iran : Les réformateurs ne se satisferont pas de retouches sur les candidatures


TEHERAN (AFP) - Le président iranien Mohammad Khatami et le président du parlement Mehdi Karroubi ont prévenu samedi 24 janvier 2004 les conservateurs que les réformateurs ne pouvaient se satisfaire de simples retouches, et voulaient une "révision fondamentale" des rejets de candidatures aux législatives.

Dans un peu courant communiqué commun, les chefs de l’exécutif et du législatif ont "demandé une révision fondamentale de la décision du Conseil des gardiens pour avoir des élections justes, libres et ouvertes à la concurrence", a rapporté l’agence officielle Irna. Cette révision doit avoir lieu "le plus vite possible", insistent-ils.


Selon eux, "une démocratie religieuse ne mérite pas un scrutin dans lequel il n’y a pas de compétition possible pour 190 sièges (sur environ 290) et où, pour les autres, la procédure de validation favorise un seul camp".

Mohammad Khatami

Les commissions de contrôle électoral, placées sous l’autorité du Conseil des gardiens, une instance conservatrice, ont provoqué une crise majeure en invalidant 3.605 des 8.157 candidatures aux législatives.

Le droit de se présenter a surtout été dénié à des réformateurs, dont 80 députés sortants et plusieurs personnalités de premier plan, coupables selon les commissions de manque de respect envers l’islam et à la constitution.

Ce rejet a été dénoncé par les réformateurs comme une tentative de "coup d’Etat" de la part des conservateurs pour reprendre tous les leviers du pouvoir.

Les réformateurs ont menacé de démissionner en masse, ce qui risquerait de paralyser le système : démission des ministres, des députés, des gouverneurs, et même du président Khatami.

Selon la presse de samedi, plus de 70 vice-ministres et hauts fonctionnaires, dont 16 d’un ministère aussi vital que celui du Pétrole, ont présenté leur démission, ajoutant leur nom à ceux d’une douzaine de ministres et vice-présidents.

Devant l’ampleur de la crise, et même si ces démissions ne sont pas encore effectives, le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, a donné ordre au Conseil des gardiens de reconsidérer avec moins de sévérité les candidatures.

Ali Khamenei

Le chef du Conseil des gardiens, l’ayatollah Ahmad Janati, s’est employé vendredi à apaiser les esprits en assurant que les candidatures seraient réexaminées avec "indulgence", conformément aux instructions du Guide. Mais MM. Khatami et Karroubi n’ont pas hésité à mettre en doute sa parole dans leur déclaration.

Mehdi Karroubi

"Jusqu’à aujourd’hui 400 candidatures ont été revalidées", a indiqué samedi le porte-parole du Conseil des gardiens, Seyed Mohammad Jahromi, cité par Irna.

Le Conseil, institution clé de la République islamique, a légalement jusqu’au 30 janvier pour remettre les listes révisées au ministère de l’Intérieur.

Même si tous leurs candidats étaient repêchés, les réformateurs s’inquiètent du peu de temps qui leur resterait pour faire campagne. Ils envisagent ainsi de demander un report d’environ un mois du scrutin, ont indiqué samedi à l’AFP des parlementaires qui ont poursuivi leur sit-in de protestation commencé le 11 janvier au parlement.

Des dizaines de parlementaires ont juré de ne pas prendre part à des élections iniques.

Ce serment devait être lu dimanche en session. Une figure réformatrice, le député Ali Tajernia, dont la candidature a été rejetée, a jugé auprès de l’AFP "impossible une quelconque avancée" et très fort le risque d’un boycottage.

"Mardi ou mercredi seront remises les premières démissions de députés, il pourrait y en avoir au bout du compte une cinquantaine", a-t-il ajouté.

Selon lui, le principal parti réformateur, le Front de la participation auquel il appartient, a remis un congrès extraordinaire au 30 janvier pour le faire coïncider avec l’échéance impartie au Conseil des gardiens. Le Front devrait alors décider de sa participation ou non au scrutin.

Agence France-Presse

La mosquée de l’Imam, à Isfahan

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source