retour article original

samedi 24 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Bénin
AFP, 22 octobre 2004

Bénin : Fin de la grève générale


Vue de Cotonou

Les fonctionnaires et les employés du privé béninois en grève, depuis mardi 19 octobre, pour protester contre le "mutisme et la passivité habituelle de l’Etat" sur leurs revendications salariales, ont repris le travail, vendredi 22 octobre 2004, a constaté un journaliste de l’AFP.

Bénin


"Nous avons donné un mot d’ordre suspensif des mouvements, afin de donner une dernière chance au gouvernement, qui estime vouloir entamer de nouvelles négociations", a déclaré à l’AFP M. Pascal Todjinou, secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Bénin (CGTB) qui avait appelé à la grève avec la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (CSA-Bénin).

Une audience du roi Gezo, à Abomey, à la fin du 18ème siècle

Vendredi 22 octobre au matin, tous les services publics qui avaient fermées depuis mardi 19 octobre, auxquels s’étaient joints, mercredi 20 octobre 2004, les services privés dont les banques et les stations-service, ont de nouveau ouvert leurs portes.

L’ancien Palais royal d’Abomey, devenu musée d’Histoire

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement béninois, M. Gaston Zossou, avait annoncé, jeudi 21 octobre 2004, au cours d’un point de presse, l’ouverture de nouvelles négociations avec les syndicats, et avait demandé aux fonctionnaires de reprendre le travail. "Le gouvernement soucieux et conscient des revendications des fonctionnaires, a décidé, en conseil des ministres, de l’ouverture de nouvelles négociation, le 25 octobre prochain", avait indiqué M. Zossou.

Gaston Zossou

Les deux confédérations syndicales réclament notamment la diminution du taux de l’Impôt progressif sur traitements et salaires (IPTS) qui peut aller jusqu’à 40 %, le paiement des arriérés de salaires aux fonctionnaires, la mise en place d’un projet de loi devant régir les agents contractuels du secteur public, et la révision à la baisse des inscriptions dans les Universités publiques du Bénin. La semaine dernière, lors d’un mouvement de grève de 72 heures lancé par la CGTB, suivi par les enseignants du public, M. Aboubacar Arouna, ministre béninois de la Fonction publique avait déjà convié les différents syndicats à la reprise du dialogue social. "Le gouvernement ne peut rester sourd à l’appel des travailleurs. Ce que nous demandons, c’est le retour au calme pour continuer les négociations qui aboutiront à coup sûr à une entente entre l’Etat et ses fonctionnaires", avait indiqué M. Arouna, lors d’une conférence de presse.

Aboubakar Arouna

Les étudiants béninois restent en grève illimitée, depuis la semaine dernière, pour protester contre l’augmentation des droits d’inscription à l’université, une décision consécutive à une mesure du conseil des ministres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) d’uniformiser les frais de scolarité dans les universités de la zone.

Paysage du Bénin

La CGTB, créée en 1991 à la faveur de la démocratisation, recrute l’essentiel de ses membres au sein de l’administration et de l’enseignement. Ces dernières années, la confédération a commencé à percer dans le secteur privé et informel et affirme rassembler environ 46000 membres dans tout le pays. La CSA-Bénin, née également en 1991, revendique 53000 adhérents et recrute ses membres dans tous les secteurs d’activité du pays.

Agence France Presse

Un village sur pilotis

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source