retour article original

mardi 22 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives République démocratique du Congo (1ère partie) : Du 8 février 2004 au (...)
AFP, 24 octobre 2004

République démocratique du Congo : La conférence internationale sur la région des Grands lacs réaffirme l’intangibilité et l’inviolabilité des frontières


Vue de Kinshasa

Les participants à la deuxième réunion préparatoire à la conférence internationale sur la région des Grands lacs ont réaffirmé le respect du principe d’intangibilité et d’inviolabilité des frontières, à l’issue de leurs travaux organisés, du 19 octobre au 23 octobre 2004, à Kinshasa.

République démocratique du Congo


"Sur le plan sécuritaire, nous avons tous réaffirmé le respect du principe d’intangibilité et d’inviolabilité des frontières territoriales tel que prévu dans les Chartes de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et de l’Union africaine (UA)", a déclaré, dimanche 24 octobre 2004, à l’AFP, le chef de la délégation de République démocratique du Congo (RDC), Baudouin Hamuli Kabarhuza, qui a présidé les travaux.

Une scène du massacre de Bunia, en 2003

Les délégués des pays des Grands lacs (Burundi, République démocratique du Congo et Rwanda) et d’Angola, de Centrafrique, du Congo, d’Ouganda, du Soudan, de Tanzanie et de Zambie, ont pris part à cette réunion organisée sous les auspices des Nations Unies, de l’Union africaine et de l’Union européenne (UE). Ces Etats et organismes sont impliqués dans la recherche d’une solution durable aux conflits qui déstabilisent la région depuis plus d’une décennie.

Des rebelles près de Bukavu, le 7 juin 2004

Les participants ont, demandé aux Etats de la région d’oeuvrer dans le sens de "la promotion d’une coopération inter-Etats plus étroite en vue de contrôler et de gérer les frontières", dans un projet de déclaration qui sera soumis aux chefs d’Etat et de gouvernement, lors de la conférence des 19 novembre et 20 novembre 2004, à Dar-es-Salaam. "Nous avons pensé que l’organisation régulière des patrouilles conjointes le long des frontières et dans les zones volatiles, l’harmonisation de la législation en matière de système de gestion des frontières aideraient la région à se stabiliser", a expliqué M. Hamuli.

Vue de Dar Es-Salam

Les délégués ont également demandé aux gouvernements des Etats de la région de mettre en place dans "un bref délai" des mécanismes efficaces pour appuyer et accélérer les programmes de désarmement et de rapatriement des ex-combattants, dont les activités alimentent les tensions dans la zone. L’est de la République démocratique du Congo abrite, depuis dix ans, des milliers d’ex-combattants des Forces armées rwandaises (FAR) et des miliciens hutus rwandais Interahamwe, présumés responsables du génocide qui a fait, selon l’ONU, près d’un million de morts, en avril 1994, au Rwanda. S’y sont réfugiés également des rebelles hutus burundais des Forces nationales de libération (FNL) et plusieurs autres groupes incontrôlés qui terrorisent la région.

Mémorial du génocide rwandais

"Plusieurs autres solutions ont été proposées notamment dans les domaines de la bonne gouvernance, de la démocratie, de l’intégration régionale, du développement économique régional", a encore affirmé M. Hamuli. Ces propositions seront encore discutées de "manière approfondie" du 6 novembre au 10 novembre 2004, à Kampala, avant le sommet de Dar-es-Salaam, a-t-il indiqué.

Vue de Kampala

"Nous sommes satisfaits du travail qui a été fait à Kinshasa", a déclaré un membre de la délégation tanzanienne, Mme Liberata Mulamula. "La paix et la stabilité que nous recherchons dans notre sous-région nécessitent une réelle volonté politique", a estimé pour sa part le chef de la délégation rwandaise, l’ambassadeur Richard Sezibera. L’un des quatre vice-présidents de République démocratique du Congo, Arthur Zahidi Ngoma, qui a clôturé ces travaux, a appelé les Etats de la région "à construire la paix", soutenant que "ce processus requiert l’indispensable exercice de vérité, de justice et de réconciliation".

Agence France Presse

Liberata Mulamula

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source