retour article original

jeudi 20 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (11ème partie) : Octobre 2004
AFP, Reuters, 27 octobre 2004

Irak : Redéploiement de troupes britanniques ; un otage japonais menacé


BAGDAD (AFP) - La redéploiement de soldats britanniques vers le centre de l’Irak sous contrôle américain a débuté, mercredi 27 octobre 2004, tandis que des diplomates japonais nouaient des contacts pour obtenir la libération d’un de leur compatriote menacé d’exécution par ses ravisseurs.


Quelque 50 chars britanniques, transportés par des véhicules militaires et surveillés par hélicoptères, ont quitté, mercredi 27 octobre au matin, Bassorah, dans le sud du pays, selon un porte-parole militaire.

Londres a accepté, la semaine dernière, la requête de Washington de redéployer quelque 850 soldats dans la zone sunnite, plus résistante et donc plus dangereuse, "pour une période limitée", selon les propos de Tony Blair lundi 25 octobre. Mais, mercredi 27 octobre 2004, le chef du gouvernement britannique a refusé de "garantir" que cette mission s’arrêterait à Noël. Le régiment redéployé des "Black Watch sera de retour d’ici Noël", a-t-il dit, avant d’ajouter : "mais en ce qui concerne ce qui se passera ensuite, rien n’est certain pour l’instant".

Pour sa part, le ministre de la Défense hongrois, Ferenc Juhasz, a déclaré à l’AFP que son pays allait repousser après l’élection présidentielle américaine toute décision sur son contingent de 300 hommes, dont le mandat en Irak expire en décembre 2004. "Nous voulons éviter de devenir une question de politique intérieure aux Etats-Unis, alors qu’il s’agit de notre décision souveraine", a-t-il expliqué.

Le gouvernement japonais a, quant à lui, refusé la demande du groupe de l’islamiste jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui, qui a menacé d’exécuter Shosei Koda, un routard de 24 ans, si Tokyo ne retirait pas d’Irak ses quelque 600 hommes déployés à Samawa. En revanche, des contacts ont été pris pour essayer d’obtenir sa libération. "Nous sommes en train de développer nos recherches et d’avoir des contacts avec le gouvernement" irakien, a déclaré un responsable de l’ambassade du Japon à Bagdad, qui a requis l’anonymat.

Par ailleurs, une polémique s’est engagée sur la date de la disparition des quelque 350 tonnes d’explosifs stockés sur l’ancien site militaire d’Al-Qaaqa, à 50 km au sud de Bagdad. "Il est impossible que ces matériaux aient pu être sortis de ce site avant la chute de (l’ancien) régime", a déclaré à l’AFP Mohammed Al-Chareh, directeur du département de contrôle du ministère de la Technologie et des Sciences. "Il est très possible -et c’est certainement plausible- que le dernier contrôle sur ces choses relevait du régime de Saddam Hussein", a de côté estimé le porte-parole du Pentagone, Larry DiRita.

Autre polémique, à Oslo, où le Premier ministre norvégien, Kjell Magne Bondevik, a défendu l’action de son gouvernement, vivement critiqué pour avoir prêté des équipements militaires aux Etats-Unis juste avant le déclenchement de la guerre en Irak, à laquelle son pays était officiellement opposé.

Sur le terrain, un soldat américain a été tué et un blessé dans une attaque, dans l’est de l’Irak, où trois civils irakiens ont également été blessés dans l’explosion d’une voiture piégée.

Enfin, à cinq jours de l’ouverture des inscriptions sur les listes électorales, des placards publicitaires ont été publiés mercredi dans la presse irakienne appelant partis politiques et indépendants à valider leur candidature.

Agence France Presse

Al-Djazira diffuse une nouvelle video de Margaret Hassan

DOUBAI (Reuters) - L’otage irako-britannique Margaret Hassan, enlevée en Irak, a exhorté la Grande-Bretagne à quitter l’Irak et a réclamé la libération des prisonnières irakiennes, a rapporté, mercredi 27 octobre 2004, la chaîne de télévision qatarie Al Djazira. La chaîne a diffusé une vidéo montrant Margaret Hassan debout dans une pièce faiblement éclairée, sans que l’on entende distinctement aucun son. "Elle a lancé un appel au (...) Premier ministre Tony Blair afin qu’il retire les troupes d’Irak et qu’il ne les déploie pas à Bagdad. Elle a demandé au gouvernement britannique de libérer les femmes irakiennes de prison", a dit Al-Djazira.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source