retour article original

samedi 25 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (11ème partie) : Octobre 2004
AFP, 29 octobre 2004

Irak : Attentats et prises d’otages au menu


BAGDAD (AFP) - Le gouvernement japonais a été informé, tôt samedi 30 octobre 2004 au matin, que le ressortissant japonais pris en otage en Irak a été tué, a annoncé l’agence Kyodo.

Par ailleurs deux attentats à la voiture piégée ont eu lieu, à Mossoul, contre des convois de la force multinationale, faisant un mort -un civil irakien- et dix blessés, dont cinq soldats américains.


Un corps découvert près de la ville irakienne de Tikrit a été identifié comme étant celui de Shosei Koda, un routard, âgé de 24 ans, enlevé cette semaine en Irak, a ajouté l’agence. Shosei Koda avait été enlevé par "l’Organisation Al-Qaïda du jihad dans le pays du Rafidaïn (Mésopotamie)", le groupe de l’islamiste Abou Moussab Al-Zarqaoui, qui avait menacé de le décapiter si Tokyo ne retirait pas ses troupes d’Irak dans les 48 heures. L’ultimatum avait expiré vendredi 29 octobre 2004 au matin. Malgré l’hostilité de l’opinion publique, M. Koizumi a dépêché 600 soldats en Irak, le premier déploiement militaire nippon sur un théâtre de guerre depuis 1945.

La mère du jeune homme a plaidé en faveur de sa libération dans un message en japonais qu’elle a lu, jeudi 28 octobre 2004, sur la chaîne satellitaire qatarie Al-Jazira, quelques heures avant l’expiration de l’ultimatum. Décrit comme un idéaliste candide qui voulait "voir de ses propres yeux" le calvaire des Irakiens, le sort de Shosei Koda suscite cependant peu de sympathie au sein de l’opinion publique japonaise.

Et tandis que les villes sunnites de Falloujah et Ramadi restaient sous le contrôle de la résistance, le Premier ministre irakien, Iyad Allaoui, a accepté d’envoyer une délégation du Conseil national (assemblée intérimaire) à Falloujah, pour tenter une médiation avec les notables locaux. Ce sera "la dernière tentative" de médiation, a indiqué M. Allaoui, alors que les marines américains resserrent, depuis le 14 octobre 2004, leur étau sur la ville.

Quelque 850 soldats britanniques viennent d’être redéployés au sud de Bagdad, en zone sunnite, en remplacement de troupes américaines, et l’on s’attend à ce que les effectifs ainsi dégagés viennent renforcer ceux qui encerclent Falloujah dans la perspective d’une offensive contre la ville.

Par ailleurs les autorités du Sri-Lanka et du Bangladesh tentaient d’obtenir des informations sur les deux chauffeurs -un Sri-lankais et un Bangladais- dont l’enlèvement a été revendiqué par l’Armée islamique en Irak. Une vidéo, dans laquelle est visible le nom de ce groupe, a été diffusée, jeudi 28 octobre 2004 au soir, sur Al-Jazira, montrant les deux otages filmés séparément. L’Armée islamique en Irak avait revendiqué l’enlèvement des deux journalistes français Christian Chesnot et Georges Malbrunot ainsi que de leur chauffeur syrien Mohammed al-Jundi, kidnappés, le 20 août 2004, au sud de Bagdad. Elle a également enlevé un journaliste italien qu’elle a ensuite décapité.

Les représentants des nouvelles autorités irakiennes sont aussi des cibles privilégiées pour les mouvements rebelles : un responsable du conseil de la province de Diyala, au nord-est de Bagdad, a été tué, vendredi 29 octobre 2004, à Baaqouba, par des tirs d’inconnus, et le groupe d’Abou Moussab Al-Zarquaoui a revendiqué, dans un communiqué, l’assassinat d’un chef tribal et président de conseil municipal de Mahmoudiya.

Le nombre de morts parmi les civils irakiens depuis le début de la guerre en mars 2003 a été estimé à 100000 dans un rapport publié par la revue médicale britannique prestigieuse The Lancet. Le secrétaire au Foreign Office Jack Straw a jugé vendredi cette estimation "très élevée". "C’est effectivement une estimation très élevée", a-t-il déclaré. "Mais comme (ce chiffre) est dans le Lancet, c’est bien sûr quelque chose que nous devrons examiner très sérieusement", "avec beaucoup de précaution", a déclaré M. Straw.

Libération de l’enfant libanais enlevé en Irak

Un enfant libanais de sept ans, enlevé, le 22 octobre, à l’est de Bagdad, par des hommes armés qui réclamaient 150000 dollars pour le libérer, a été relâché, vendredi 29 octobre 2004, contre le paiement d’une rançon inférieure, a indiqué son père à l’AFP. "Il a été libéré vers midi. J’ai négocié avec les ravisseurs, qui ont finalement accepté de baisser la rançon à 3 millions de dinars (environ 2000 dollars)", a déclaré Abdel Ghani Hamad. Mohammad Abdel Ghani Hamad, dont les parents vivent depuis 30 ans en Irak, a été enlevé, alors qu’il rentrait de l’école, sur le chemin le menant à son domicile, à Baaqouba, dans la province de Diyala, au nord-est de Bagdad.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source