retour article original

vendredi 24 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (12ème partie) : Novembre 2004
Genève, 31 octobre 2004

Irak : Les Américains savent qu’ils ont perdu et leur "stratégie" est celle du désespoir

par Frank BRUNNER


Bombardement de Najaf par l’aviation américaine, le 6 août 2004

Le site web de Newseek a publié une série d’articles sur la stratégie américaine en Irak.

Les Américains considèrent que la situation est désespérée pour eux. La Garde nationale irakienne est infiltrée par la résistance à tous les niveaux.

Pour vaincre, les Américains comptent sur les erreurs stratégiques de la résistance irakienne.

Irak


Les Américains espèrent que la résistance irakienne commettra, à Fallujah, l’erreur commise à Najaf. Cette erreur consiste à vouloir défendre un lieu précis (quartier ou pâté de maisons) en y concentrant des résistants que les bombardiers américains peuvent alors exterminer en masse. Plus les résistants sont concentrés et plus les bombardements américains sont efficaces.

Des résistants irakiens à Najaf, le 5 août 2004

L’erreur commise par les résistants à Najaf a été très coûteuse pour eux. Les Américains croient que c’est en raison des pertes subies par ses résistants à Najaf que Moqtada Al-Sadr a décidé de participer aux élections.

Des résistants irakiens à Najaf, le 6 août 2004

Selon les Américains, si la résistance commet la même erreur à Fallujah, il devrait être possible d’y massacrer des centaines de résistants et d’affaiblir considérablement les capacités offensives de la résistance irakienne.

Un résistant irakien à Najaf, le 7 août 2004

La parade évidente, pour réduire à néant la stratégie américaine, consiste à ne défendre aucun lieu en particulier, ni à Fallujah, ni ailleurs ; de ne concentrer nulle part un nombre considérable de résistants mais, au contraire, de disperser les résistants par petits groupes et d’attaquer l’occupant partout.

Des résistants irakiens à Najaf, le 7 août 2004

Autrement dit, si les Américains veulent occuper Fallujah, il convient de les laisser faire, puis de les harceler avec un mimimum de résistants, là comme partout ailleurs. La prise d’une ville ne présente aucun intérêt stratégique pour les Américains, si ils ne parviennent pas à tuer les résistants. Et la nécessité d’occuper une ville absorbe de nombreux effectifs militaires qu’on ne peut plus utiliser ailleurs et qui se retrouvent exposés aux attentats, aux tirs des snipers, etc...

Un résistant irakien, à Najaf, le 7 août 2004

Si la résistance irakienne ne reproduit pas, à Fallujah ou Ramadi, la grossière erreur stratégique commise à Najaf, les Américains ont perdu la guerre et ils le savent.

Frank BRUNNER

Bombardement de Najaf par l’aviation américaine, le 17 août 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Frank BRUNNER

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source