retour article original

dimanche 20 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (12ème partie) : Novembre 2004
AFP, 1er novembre 2004

Irak : Le vice-gouverneur de Bagdad tué par balles


Quinze personnes ont été tuées et huit autres blessées, dimanche 31 octobre 2004, lorsqu’une roquette s’est abattue près d’une mosquée, à Tikrit, au nord de Bagdad, à la sortie de la prière du soir, a indiqué l’armée américaine.


"Quinze civils ont été tués et huit autres ont été blessés lorsque des forces anti-irakiennes (résistants) ont tiré deux roquettes, aux environs de 19h50, dont l’une s’est abattue près d’une mosquée, dans le nord de Tikrit", a indiqué à l’AFP un porte-parole de l’armée. Les victimes ont été évacuées vers les hôpitaux, a ajouté le porte-parole.

Tikrit, située à 180 km au nord de Bagdad, est l’ancien fief du président déchu Saddam Hussein. Les habitants de cette ville sont hostiles à la présence des forces étrangères et aux nouvelles autorités irakiennes.

Un Marine américain a été tué et quatre autres ont été blessés, dimanche 31 octobre, dans des accrochages, près de la ville de Ramadi, à l’ouest de Bagdad, a affirmé, lundi 1er novembre 2004, l’armée américaine. "Un Marine a été tué en action et quatre autres blessés près de Ramadi", a déclaré à l’AFP un responsable militaire.

L’armée américaine confirme un raid aérien sur Falloujah

L’armée américaine a confirmé, lundi 1er novembre, qu’elle avait mené, dimanche 31 octobre 2004, un raid aérien contre la ville de Falloujah, à l’ouest de Bagdad, menacée d’une offensive imminente par le gouvernement provisoire du Premier ministre Iyad Allaoui. "Il y a eu des raids aériens", a affirmé à l’AFP un porte-parole militaire. "Il s’agissait d’une mission de soutien aux troupes au sol, particulièrement au 1er régiment des Marines" déployé autour de la ville, a ajouté le porte-parole sous le couvert de l’anonymat.

Des habitants de Falloujah, située à 50 km à l’ouest de Bagdad, avaient fait état, dimanche 31 octobre 2004 au soir, de raids de l’armée américaine contre une maison inhabitée du quartier Al-Askari.

L’armée américaine a lancé, vendredi 29 octobre, un raid sur une "cache d’armes", à Falloujah qui, selon des sources médicales, a fait six morts et quatre blessés irakiens. Elle avait lancé, jeudi 28 octobre 2004, avant l’aube, un autre raid sur un repaire présumé du réseau de l’islamiste jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui, faisant trois morts, selon l’hôpital de la ville.

Depuis le 14 octobre 2004, l’armée américaine a resserré son étau autour de Falloujah, où elle multiplie les raids aériens et les opérations terrestres. Iyad Allaoui a menacé de lancer une offensive sur Falloujah, si une issue pacifique n’était pas trouvée avec les dignitaires de la ville.

Les Etats-Unis ont mis à prix la tête d’Abou Moussab Al-Zarqaoui, leur ennemi numéro un en Irak, pour 25 millions de dollars. Son réseau, qui a prêté allégeance à Oussama Ben Laden, a revendiqué de nombreux attentats sanglants dans le pays.

Le vice-gouverneur de Bagdad tué par balles

Le vice-gouverneur de la ville de Bagdad, Hassan Kamel Abdel Fattah, a été tué, lundi 1er novembre au matin, par balles, dans le quartier sud de Dora, par des hommes armés inconnus, a indiqué à l’AFP le porte-parole du ministère de l’Intérieur. Le colonel Adnane Abdelrahmane a précisé que "Hassan Kamel Abdel Fattah se rendait, lundi 1er novembre 2004, à 07H45, à son bureau, à bord de son véhicule, quand il a été la cible de tirs nourris de la part d’inconnus". Deux des gardes du corps du vice-gouverneur ont été blessés dans l’attaque qui "a eu lieu à Dora, non loin de son lieu de résidence", a-t-il dit.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source