retour article original

dimanche 26 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (12ème partie) : Novembre 2004
AFP, AP, 4 novembre 2004

Irak : 3 Britanniques tués


BAGDAD (AFP) - Au lendemain de la réélection du président américain, George W. Bush, le Premier ministre irakien, Iyad Allaoui, a invité, jeudi 4 novembre 2004, les "pays spectateurs" à s’impliquer davantage dans la reconstruction de l’Irak, alors que trois militaires britanniques ont été tués dans une embuscade.

D’autre part, un attentat a tué quatre Irakiens et blessé 18 autres au nord de Bagdad.


Les trois militaires britanniques tués faisaient partie du régiment des Black Watch, redéployé la semaine dernière au sud de Bagdad, a précisé aux députés des Communes le secrétaire d’Etat aux Forces armées Adam Ingram. "Nous avons subi un certain nombre de pertes, y compris (les) trois morts", a déclaré M. Ingram, qualifiant les faits de "grave incident".

A Rome, M. Allaoui a déclaré être "déterminé à aller de l’avant vers la démocratie et l’Etat de droit. A cette occasion, je veux m’adresser aux pays qui se sont contentés d’un rôle de spectateur pour leur demander leur soutien afin de reconstruire un Irak meilleur", a-t-il dit. La remarque visait clairement les pays européens opposés à la politique américaine en Irak, en premier lieu la France, l’Allemagne et l’Espagne, peu avant une rencontre au sommet à Bruxelles entre les dirigeants de l’Union européenne (UE) et le Premier ministre irakien.

Réagissant à ce propos, le chef de la diplomatie néerlandaise, Bernard Bot, dont le pays préside l’Union européenne, a déclaré que "les termes utilisés ne sont pas les plus heureux et nous allons certainement dire un mot à ce sujet ce soir", à l’ouverture du sommet. M. Bot a souligné que les Européens avaient l’intention de "discuter avec M. Allaoui de l’avenir et pas trop du passé". "C’est le message que nous allons lui délivrer", a-t-il ajouté.

De son côté, le président George W. Bush, tout juste réélu, a déclaré dans une conférence de presse que les Etats-Unis "travailleraient" en Irak avec le gouvernement de M. Allaoui en faveur des élections et de la "stabilité" dans le pays. M. Bush a assuré que "des progrès dans l’entraînement des forces irakiennes" étaient réalisés, promettant une nouvelle fois que le nombre de ces troupes formées d’ici aux élections prévues en janvier serait de 125000 hommes.

Le Pentagone a annoncé, lundi 1er novembre 2004, une augmentation du nombre de soldats américains stationnés en Irak, à 141500 contre 138000 actuellement, jusqu’aux élections irakiennes.

Le président Bush a affirmé qu’il continuerait "de tendre la main à nos partenaires de l’Union européenne et de l’OTAN", mais s’est toutefois montré sans remords sur sa décision d’attaquer, en mars 2003, l’ex-dictateur irakien, Saddam Hussein, qui avait suscité de fortes réserves au sein de la communauté internationale.

A l’occasion de la visite officielle de M. Allaoui à Rome, où il a rencontré son homologue italien Silvio Berlusconi, le quotidien Corriere della Sera a publié, jeudi 4 novembre 2004, l’interview d’un patron américain d’une société privée de protection estimant qu’"à court terme, l’Irak va devenir impossible, ingouvernable". "Tout étranger sera un otage potentiel et la guérilla va rendre les villes invivables", affirme George Haddad, 35 ans, Américain d’origine libanaise, en annonçant sa décision de liquider sa société.

Sur le dossier des otages, le sort de la responsable de l’organisation humanitaire CARE, Margaret Hassan, enlevée, le 19 octobre, à Bagdad, suscitait une grande inquiétude, dont s’est fait l’écho, jeudi 4 novembre, le chef de la diplomatie australienne Alexander Downer. Mme Hassan, qui a les nationalités britannique, irakienne et irlandaise, est employée par la branche australienne de CARE. Ses ravisseurs ont menacé, mardi 2 novembre, de la livrer au groupe du terroriste jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui, si la Grande-Bretagne ne retirait pas ses troupes d’Irak dans les 48 heures. L’ultimatum expire jeudi 4 novembre 2004, alors que Londres a réaffirmé ne pas vouloir céder aux preneurs d’otages.

Le ressortissant américano-libanais enlevé à son domicile à Bagdad il y a deux jours, a été identifié. Sadek Mohammad Sadek a émigré aux Etats-Unis depuis 30 ans, et est le petit-fils d’un haut dignitaire chiite, a indiqué, jeudi 4 novembre 2004, à l’AFP, un membre de sa famille au Liban sud.

A Genève, l’organisation humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) a annoncé qu’elle mettait fin à ses activités en Irak "à la lumière des risques extrêmes encourus actuellement dans le pays par les travailleurs humanitaires".

Sur le terrain, les violences se sont poursuivies. L’explosion d’une voiture piégée devant le conseil municipal à Doujail, au nord de Bagdad, a coûté la vie à quatre Irakiens et en a blessé 18 autres, selon la police irakienne.

A Kirkouk, le corps d’un homme tué par balles, qui "coopérait probablement avec l’armée américaine", a été découvert, jeudi 4 novembre 2004, a annoncé le chef de la police locale.

Près de Baaqouba, le chef du village de Heb Heb, Jassem Ali, a été grièvement blessé, par balles, au cours d’une tentative d’assassinat dans laquelle deux de ses gardes du corps ont également été atteints, a indiqué son chauffeur.

A Falloujah, la population craint une offensive militaire américano-irakienne imminente, au lendemain de la réélection de M. Bush.

L’aviation américaine a mené, mercredi 3 novembre 2004, deux raids nocturnes contre des repaires présumés de rebelles dans le nord-est et le sud-est de la ville, et les a détruits, selon un communiqué militaire.

Agence France Presse

La Géorgie va envoyer des renforts en Irak pour l’ONU

WASHINGTON (AP) - Le Département d’Etat américain a annoncé, jeudi 4 novembre 2004, que la Géorgie allait déployer 691 soldats supplémentaires en Irak, pour assurer la sécurité des responsables des Nations Unies.

Le porte-parole des Affaires étrangères, Richard Boucher, a salué cette décision qui portera à 850, au lieu de 159 actuellement, le contingent de l’ancienne république soviétique.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source