retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (9ème partie) : De septembre 2004 à décembre (...)
AP, 4 novembre 2004

Proche Orient : Réunion d’urgence des dirigeants palestiniens à Ramallah


Vue de la Mouqataa, le QG de l’Autorité palestinienne, à Ramallah, le 4 novembre 2004

RAMALLAH, Cisjordanie (AP) - Des dirigeants palestiniens ont tenu, jeudi 4 novembre 2004 après-midi, une réunion d’urgence, à Ramallah, en Cisjordanie. Un haut responsable a affirmé que Yasser Arafat était dans le coma, ce que trois conseillers du président de l’Autorité palestinienne ont démenti.

Les dirigeants palestiniens, réunis à la Mouqataa, le 4 novembre 2004


Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Nabil Chaath, a affirmé que des responsables étaient en contact, chaque demi-heure, avec l’hôpital militaire français Percy, à Clamart, où Yasser Arafat, âgé de 75 ans, est hospitalisé en soins intensifs. "La direction palestinienne est en réunion constante pour suivre l’état de santé du président", a-t-il déclaré depuis Ramallah, en Cisjordanie, où se réunis des dirigeants de l’OLP (Organisation de la libération de la Palestine) et du Fatah.

Des résistants palestiniens manifestent, à Beit Lahiya, le 4 novembre 2004

Le comité exécutif de l’OLP a transféré au Premier ministre, Ahmed Qoreï, une partie des pouvoirs de Yasser Arafat, afin qu’il puisse accomplir les tâches administratives et financières urgentes, selon un membre du comité, Qaïs Abdel Karim. Le chef du gouvernement devait aussi rencontrer les responsables de la sécurité dans la Bande de Gaza, vendredi 5 novembre 2004, pour éviter tout conflit interne en cette période particulièrement précaire, d’après un repsonsable palestinien ayant requis l’anonymat.

Des Palestiniens manifestent, à Gaza, le 4 novembre 2004

Pendant ce temps, quelque 1500 Palestiniens manifestaient leur soutien à Yasser Arafat, à Qalqiliya, en Cisjordanie, et 500 autres dans le camp de réfugiés de Balata.

Un aperçu des dévastations perpétrées par l’armée israélienne, à Rafah, le 4 novembre 2004

De leur côté, les responsables de l’armée israélienne, dont le ministre de la Défense Shaul Mofaz, se sont rencontrés pour discuter de la dégradation de l’état de santé de Yasser Arafat. L’armée israélienne n’a pas encore avancé ses troupes vers les régions où des problèmes pourraient surgir, mais les commandants militaires ont reçu l’ordre de se tenir prêts à intervenir.

Un blindé israélien à Jenine, le 30 octobre 2004

L’armée israélienne a aussi abordé les différents lieux où Yasser Arafat pourrait être inhumé. Le président palestinien souhaite être enterré à Jérusalem, mais le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, s’y oppose. Des responsables militaires ont précisé qu’ils excluaient aussi un enterrement à Abou Dis, en périphérie de la ville sainte. Yasser Arafat pourrait être inhumé à Ramallah (Cisjordanie), ou dans la Bande de Gaza, où sa famille possède une concession.

Le Mur israélien à Abu Dis, le 4 novembre 2004

A l’annonce, démentie ensuite, de la mort de Yasser Arafat par les médias israéliens, jeudi 4 novembre 2004, des dizaines de juifs se sont rassemblés sur une place du centre de Jérusalem pour chanter, danser et distribuer des bonbons aux passants.

Des Israéliens fêtent l’annonce de la mort de Yasser Arafat, à Jérusalem, le 4 novembre 2004

Admis, vendredi 29 octobre, à l’hôpital Percy, en région parisienne, Yasser Arafat a été transféré, mercredi 3 novembre, en soins intensifs. Un haut responsable palestinien ayant requis l’anonymat a affirmé, jeudi 4 novembre 2004, qu’il était dans le coma. D’autres ont rapporté qu’il avait perdu connaissance à plusieurs reprises. "Il n’est pas dans le coma", a démenti Nabil Chaath. Un autre ministre, Saeb Erekat, a rapporté que Souha Arafat avait assuré que son mari était dans un état "stable, mais difficile".

Vue de l’hôpital militaire de Perçy, à Paris, le 4 novembre 2004

Shimon Pérès, prix Nobel de la paix avec Yasser Arafat en 1994, a déclaré, à la radio de l’armée israélienne : "Ce qui se passe, c’est qu’une nouvelle direction est en train de se former". D’après lui, cette nouvelle direction est déterminée à mettre fin au "terrible problème" de la nation palestinienne. Les Palestiniens "doivent corriger leur principale erreur, qui a été de laisser les terroristes s’emparer de la politique palestinienne".

Associated Press

Un aperçu des dévastations perpétrées par l’armée israélienne, à Beit Hanoun, le 30 juin 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source