retour article original

mardi 28 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Côte d’Ivoire (1ère partie) : Du 18 février 2004 au 24 décembre (...)
Reuters, 6 novembre 2004

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo "personnellement responsable" de l’ordre public à Abidjan, avertit Michèle Alliot-Marie


PARIS (Reuters) - Michel Barnier a appelé le président ivoirien, Laurent Gbagbo, à "assumer clairement ses responsabilités" pour "retrouver le chemin de la paix", après l’attaque ayant fait huit morts parmi les soldats français de la force multinationale déployée en Côte d’Ivoire.


Par ailleurs, le ministre français des Affaires étrangères a informé "personnellement et aussitôt" le secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan. Une réunion d’urgence du Conseil de sécurité doit se tenir samedi 6 novembre 2004 au soir.

"Le chef de l’Etat ivoirien doit clairement assumer ses responsabilités et le rôle qui est le sien pour ramener son pays au calme en particulier à Abidjan", souligne le ministre dans un communiqué diffusé en début de soirée. "Il faut immédiatement retrouver le chemin de la paix et reprendre le processus politique tracé par les accord de Marcoussis et d’Accra 3", ajoute-t-il. "La sécurité de nos compatriotes est pour nous une préoccupation fondamentale. Toutes les mesures possibles sont prises sur place et à Paris pour les informer et les aider", assure Michel Barnier.

La France tient le président ivoirien, Laurent Gbagbo, pour "personnellement responsable" de l’ordre public à Abidjan où de violentes manifestations ont visé la communauté française samedi, a déclaré pour sa part la ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie. Laurent Gbagbo "sera personnellement tenu responsable par la communauté internationale de l’ordre public à Abidjan", a-t-elle déclaré lors d’un bref point de presse au ministère. La France prend "toutes les mesures de sécurité nécessaires" pour protéger les ressortissants français installés en Côte d’Ivoire, a-t-elle assuré.

Deux appareils des forces ivoiriennes ont bombardé, en début d’après-midi, une position de la force Licorne, le contingent français de l’Onuci, à Bouaké, dans le centre de la Côte d’Ivoire. Huit soldats français ont été tués et 23 autres blessés. Les deux Sukhoï 25 ont été détruits par l’armée française après leur atterrissage à Yamoussoukro. La France a agi "en état de légitime défense", ajoute le ministre.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source