retour article original

vendredi 24 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Côte d’Ivoire (1ère partie) : Du 18 février 2004 au 24 décembre (...)
Le Monde, 8 novembre 2004

Côte d’Ivoire : Le despotisme de Laurent Gbagbo s’exerce d’abord sur les médias

par Jean-Pierre TUQUOI


L’information est à sens unique en Côte d’Ivoire. Depuis moins d’une semaine, les journaux de l’opposition sont empêchés de paraître, la radio et la télévision nationales sont aux ordres du pouvoir et les émetteurs des radios étrangères ont été fermés par les autorités.


Brutale, la reprise en main a été concomitante avec le déclenchement des opérations militaires, par les forces loyalistes, contre les rebelles du nord. Dans l’après-midi du jeudi 4 novembre 2004, trois journaux de l’opposition ont été envahis par les "Jeunes patriotes" fidèles de la présidence. Parmi eux, Le Patriote et 24 Heures, deux quotidiens proches du Rassemblement des républicains (RDR) de l’ancien premier ministre Allassane Ouattara, ont été saccagés et réduits en cendres.

Un autre quotidien, Le Nouveau Réveil, lié au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, l’ancien parti unique) de Konan Bédié, l’ex-chef de l’Etat, a été pillé et son matériel détruit par plusieurs centaines de manifestants armés de barres de fer. C’est un "jeudi noir" pour la liberté d’expression à Abidjan, dénonçait, à Paris, l’association Reporters sans frontières (RSF).

Quelques heures plus tard, une source militaire ivoirienne annonçait qu’aucun journal de l’opposition ne serait plus distribué dans la zone contrôlée par le régime. Accusés par une source militaire anonyme de faire "l’apologie de la rébellion", au moins six titres sont concernés par la mesure.

Climat enfiévré

Les radios étrangères ne sont pas mieux loties. Dans la nuit du 3 novembre au 4 novembre 2004, le sabotage d’installations techniques qui leur étaient communes a interrompu la réception en modulation de fréquence de Radio France Internationale (RFI), très écoutée en Côte d’Ivoire, de la BBC et d’Africa No 1. Elles ne peuvent plus être captées que sur les ondes courtes.

Dans ces conditions, pour s’informer, les Ivoiriens n’ont d’autre choix que des médias, sinon contrôlés par le pouvoir et ses alliés, du moins bienveillants à son égard. C’est spécialement vrai pour la radio et la télévision publiques (la RTI), dont le directeur général a été brutalement évincé, en milieu de semaine dernière, au profit d’un inconditionnel du régime, Jean-Paul Dahily. A la radio, l’émission "Questions d’actualité" caractérisée par des propos enflammés est à nouveau programmée chaque matin.

La télévision n’échappe pas à ce climat enfiévré. Emettant désormais 24 heures sur 24, elle fait la part belle, entre deux chants patriotes, aux voix les plus extrémistes. Charles Blé Goudé, l’un des meneurs des "Jeunes patriotes", Geneviève Bro Grébé, la présidente des "Femmes patriotes", et les dirigeants politiques les plus radicaux y sont conviés pour tenir des discours enflammés.

La presse écrite a un écho bien moindre. Peu d’Ivoiriens achètent des journaux, mais ils en lisent les grands titres étalés dans la rue par une multitude de vendeurs. Qu’il s’agisse du Courrier d’Abidjan, du Temps, de Notre voie ou des Echos du matin, tous font dans la surenchère et la désinformation. "Terreur française à Yamoussoukro et à Abidjan" ; "Comment l’armée française a mitraillé la résidence du président Gbagbo" ; "Complot diabolique des Français" ; "Jacques Chirac déclare la guerre à la Côte d’Ivoire" sont quelques-uns des titres développés par la presse écrite ces derniers jours.

Jean-Pierre TUQUOI

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Jean-Pierre TUQUOI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source