retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (12ème partie) : Novembre 2004
AFP, AP, 20 novembre 2004

Irak : Violents combats dans l’ouest de Bagdad


Au moins un policier a été tué et un autre a été blessé, lors de violents accrochages, samedi 20 novembre 2004 au matin, dans le quartier sunnite d’Azamiyah, entre des résistants et des membres des forces de sécurité irakiennes appuyées par des soldats américains, a-t-on indiqué de source hospitalière.


"Nous avons reçu le corps d’un policier, alors qu’un second est grièvement blessé", a affirmé à l’AFP un responsable de l’hôpital Nomane, précisant que la voiture des deux hommes avait "essuyé des tirs".

Les accrochages ont commencé vers 07h00 heure locale, quand des résistants ont attaqué le principal poste de police de ce fief sunnite dans la capitale irakienne, a indiqué un habitant de ce quartier nord-ouest de Bagdad. "J’ai été reveillé vers 07h00 par des tirs d’armes automatique, et j’ai vu, dehors, une voiture de police mitraillée avec, à l’intérieur, un policier tué et un autre blessé. Puis les combats ont éclaté partout", a affirmé Imad Fouad, qui habite près du poste de police.

La zone a été totalement bouclée par les forces américaines et irakiennes et les deux ponts y menant ont été fermés avec des barbelés, alors que les habitants restaient terrés chez eux et que des hélicoptères survolaient le secteur.

Ces combats interviennent après que deux personnes aient été tuées et neuf autres blessées, vendredi 19 novembre 2004, lors d’un raid de la Garde nationale irakienne contre la mosquée sunnite Abou Hanifa, dans ce quartier de Bagdad, au cours duquel 30 personnes ont été arrêtées.

Agence France Presse

Violents combats dans l’ouest de Bagdad

BAGDAD (AP) - De violents combats opposant des hommes armés à des soldats de la Garde nationale irakienne et des militaires américains ont éclaté, samedi 20 novembre 2004 au matin, dans le quartier d’Azamiyah, dans l’ouest de Bagdad. Trois hommes de la Garde nationale irakienne ont été tués par l’explosion de bombes dans le même secteur, selon la police.

Les combats se concentraient le long de la rue Amal Al-Shabi, la principale du quartier. Dans le secteur voisin de Khadra, deux GI’s ont été blessés par l’explosion d’une bombe au passage de leur convoi, selon la police.

Des résistants on,t par ailleurs, attaqué, samedi 20 novembre 2004 au matin, un poste de police d’Azamiyah, à coups de lance-roquettes et d’armes automatiques, selon des témoins. Trois véhicules blindés américains ont été vus en flammes, selon les témoins. L’armée américaine n’a fait aucun commentaire dans l’immédiat. "La police irakienne garde le contrôle, mais nous combattons", a déclaré le chef du poste de police d’Azamiyah, Khalid Hassan.

Par ailleurs, les forces américaines ont découvert quatre corps décapités, jeudi 18 novembre 2004, à Mossoul, selon un porte-parole militaire américain. Les corps, qui n’ont pas été identifiés, ont été remis aux autorités irakiennes.

Vendredi 19 novembre 2004, un communiqué diffusé sur un site Internet islamiste au nom du groupe terroriste du Jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui a affirmé que deux membres de la Garde nationale irakienne ont été "massacrés", à Mossoul, "en présence d’une grande foule". Ces affirmations n’ont pas pu être confirmées.

Associated Press

Les Etats-Unis vont envoyer 3500 soldats supplémentaires en Irak

BAGDAD (AFP) - L’armée américaine prévoit d’étoffer ses effectifs en Irak de l’équivalent d’une brigade, soit environ 3500 hommes, jusqu’aux élections de janvier 2005, alors que Bagdad a connu samedi de violents combats entre résistants et forces armées.

L’offensive américaine lancée, le 8 novembre 2004, contre Falloujah a suscité une vague d’attaques ailleurs dans la région sunnite de l’ouest de Bagdad, mais aussi dans le nord du pays, comme à Mossoul, ville qui se préparait au choc annoncé entre troupes américano-irakiennes et résistant. Des centaines de membres des commandos irakiens ont pris position, vendredi 19 novembre 2004, dans le vieux Mossoul, où ils ont mené dans la soirée des raids contre une mosquée et un café.

Aux Etats-Unis, le général Lance Smith, commandant adjoint du Commandement central de l’armée américaine, a déclaré, vendredi 19 novembre 2004, que les élections prévues en Irak pourraient se tenir le 27 janvier 2005 et que, dans cette perspective, certaines unités pourraient voir leur mission prolongée de deux mois. Le nombre de militaires nécessaires sur place d’ici là dépendra de la situation sur le terrain après l’assaut lancé pour reprendre Falloujah, a-t-il dit, évoquant la nécessité "sans doute de l’équivalent d’une brigade supplémentaire".

"Nous discutons principalement de l’option d’étendre (le déploiement) de certaines unités", a indiqué Lance Smith, lors d’une conférence de presse. "Nous procéderons de nouveau à une évaluation lorsque nous serons un peu plus près (de l’élection) et que nous aurons déterminé l’impact de Falloujah sur l’ensemble du pays", a-t-il ajouté. "La question n’est d’ailleurs pas le nombre. Il s’agit d’avoir des militaires expérimentés pendant cette période où l’on peut s’attendre à des violences accrues", a-t-il souligné.

Le Pentagone avait annoncé, en octobre 2004, son projet de retarder le retour des 3500 hommes de la 2e brigade de la 1ère division de cavalerie, ce qui devrait porter le nombre des militaires américains en Irak à 142000 avant les élections.

Sur le plan diplomatique, le secrétaire d’Etat adjoint américain, Richard Armitage, a attaqué, vendredi 19 novembre, le président français, Jacques Chirac, affirmant que celui-ci "craignait" que les Etats-Unis réussissent en Irak. "Le président français n’engage que lui. Je pense qu’il a peur que nous réussissions", a dit M. Armitage, numéro deux du département d’Etat, sur la chaîne satellitaire qatariote Al-Jazira. "Puisqu’il a pris la décision de ne pas s’engager en Irak, il pense peut-être que nous n’allons pas réussir. Je ne veux pas aller plus loin que cela. Mais il y a beaucoup de gens qui parient que nous allons réussir", a-t-il ajouté, répondant à M. Chirac qui avait estimé, jeudi 18 novembre 2004, que, "au regard de la sécurité et du développement du terrorisme, pas seulement au Moyen-Orient, (... on ne peut) pas dire de façon crédible que la situation s’est améliorée".

Par ailleurs, Mohammad Al-Joundi, le chauffeur syrien des deux journalistes français Christian Chesnot et Georges Malbrunot, pris en otage en Irak il y a trois mois, est arrivé, samedi 20 novembre 2004, en France.

Enfin, à Washington, un haut responsable a indiqué que les Etats-Unis s’impatientaient du refus de cinq pays membres de l’OTAN (Allemagne, Belgique, France, Luxembourg et Espagne) d’autoriser l’envoi en Irak de leurs officiers affectés sur des bases de l’Alliance atlantique pour des missions de formation de l’armée irakienne.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source