retour article original

dimanche 26 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (12ème partie) : Novembre 2004
AFP, AP, 21 novembre 2004

Irak : Teheran va réclamer le départ des troupes d’occupation américaines


Les violences se sont poursuivies en Irak, à la veille d’une conférence internationale à Charm el-Cheikh appelée à "rétablir un consensus" international sur ce pays, alors que Téhéran a affirmé qu’il allait réclamer, lors de ce forum, le départ des troupes américaines d’Irak.


Les forces américaines continuent leur offensive à Mossoul nouveau champ de bataille avec les résistants, après l’offensive lancée, le 8 novembre 2004, contre Falloujah.

L’armée américaine a annoncé, dimanche 21 novembre, que les neuf corps retrouvés la veille, à Mossoul, étaient ceux de soldats irakiens. "Des soldats de la 1ère Brigade, 25ème Division d’Infanterie ont découvert, samedi 20 novembre 2004, dans le centre de Mossoul, les corps de neuf soldats irakiens. Ils ont été abattus d’une balle dans la tête", a indiqué l’armée dans un communiqué.

A Bagdad, une voiture piégée a explosé, dimanche 21 novembre 2004 au matin, dans un quartier sud, sans provoquer de dégât ni de victime.

Sur le plan politique, le ministre irakien des Affaires étrangères, Hoshyar Zebari, a indiqué qu’il se rendait à Charm el-Cheikh (Egypte), où s’ouvre, lundi 22 novembre 2004, une conférence internationale sur l’Irak, dans l’espoir d’assurer un large soutien au processus de transition dans son pays. "Pour la première fois, il sera possible d’avoir à une même table tous les pays qui ont différents points de vue pour leur demander de soutenir le processus en Irak", a affirmé M. Zebari dans un entretien à l’AFP.

La conférence doit commencer, lundi 22 novembre 2004, par une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays voisins de l’Irak : Iran, Koweït, Arabie saoudite, Syrie, Turquie, Jordanie, ainsi que le pays hôte, l’Egypte. Le principal point à l’ordre du jour est le renforcement du contrôle des frontières de ces pays avec l’Irak, afin de prévenir toute infiltration de terroristes.

La conférence sera élargie, mardi 23 novembre 2004, à tous les autres participants : les membres du G8 (USA, Russie, Japon, Canada, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie), la Chine, en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, la Malaisie en tant que président en exercice de l’Organisation de la conférence islamique (OCI) et les Pays-Bas, président en exercice de l’Union européenne. Selon un diplomate européen, l’objectif de cette conférence est "clairement de rétablir un consensus international sur l’Irak autour de la résolution 1546 du Conseil de sécurité et d’adresser un message encourageant aux Irakiens, en leur montrant le chemin" d’une sortie de crise.

La résolution 1546 prévoit le réexamen du mandat de la Force multinationale (FMN, dirigée par les Etats-Unis) à la demande du gouvernement intérimaire irakien ou 12 mois après son adoption, le 9 juin 2004. Le projet de déclaration finale de la conférence, en 14 points, dont l’AFP a obtenu une copie, réaffirme que le mandat de la Force multinationale "n’est pas indéfiniment ouvert" et "souligne le rôle dirigeant des Nations Unies dans le soutien au processus politique" en Irak, tel que prévu par la résolution.

Cette formulation, qui souligne le caractère temporaire de la présence de la FMN en Irak, est le résultat d’un compromis laborieux entre la France, qui demandait la définition d’un "horizon" au retrait des troupes d’occupation et le refus des Etats-Unis de se laisser lier par un calendrier précis.

A Téhéran, le porte-parole des Affaires étrangères a d’ores et déjà donné le ton en affirmant que son pays allait réclamer lors de ce forum le départ des troupes américaines et dénoncer les agissements américains chez son voisin. "Nous allons participer avec force à la conférence de Charm el-Cheikh, pour protester contre les agissements américains (en Irak), insister sur la nécessité du départ des forces américaines et la tenue d’élections selon le calendrier prévu", a dit Hamid Reza Assefi devant la presse. "Nous allons réclamer le départ des forces américaines et nous allons à Charm el-Cheikh pour en parler", a-t-il insisté.

Par ailleurs, une pacifiste australienne, qui avait été kidnappée en Irak en avril avant d’être relâchée saine et sauve, est retournée dans le pays en guerre, afin de venir en aide aux réfugiés. Donna Mulhearn, qui s’était opposée à l’invasion de l’Irak l’an dernier en faisant partie des pacifistes ayant agi en tant que "boucliers humains", avait été enlevée, en avril 2004, à Falloujah, tandis qu’elle effectuait une mission en tant que travailleuse humanitaire.

Agence France Presse

Raid américain visant une "cible importante"

RAMADI, Irak (AP) - Les forces américaines ont effectué un raid destiné à capturer une "cible importante", proche du chef terroriste Abou Moussab Al-Zarqaoui et ont arrêté trois personnes, a annoncé, dimanche 21 novembre 2004, un porte-parole militaire.

Ce raid a eu lieu, dans la nuit de samedi 20 novembre à dimanche 21 novembre 2004, dans la région d’Haqlaniyah, à environ 220 km au nord-ouest de Bagdad, a précisé le lieutenant Lyle Gilbert, sans dire si la "cible importante" se trouvaient parmi les personnes interpellées. Un important stock d’armes lourdes, fusils d’assaut AK-47 et grenades a également été saisi.

Selon des témoins, les forces américaines ont investi une mosquée, arrêté son imam ainsi que des dizaines d’habitants du quartier dans une opération de ratissage de Haqlaniyah. Les forces américaines ont démenti toute intervention sur une mosquée.

Les chefs religieux sunnites sont actuellement dans le collimateur du gouvernement irakien, qui les accuse d’alimenter la résistance et d’utiliser les mosquées comme caches d’armes et refuge pour les résistants.

Vendredi 19 novembre, la mosquée Abou Hanifa, de Bagdad, l’une des plus importantes du pays, avait été investie, et nombre d’autres imams et leurs partisans ont été arrêtés depuis la mi-novembre 2004.

Par ailleurs, suite à une explosion près d’une mosquée chiite dans la ville de Koufa qui a fait un blessé, la garde nationale irakienne a investi l’édifice religieux et a découvert une cache d’armes. Selon le lieutenant Aquil Jaouad, ces grenades, obus de mortier et un missile appartiendraient à la résistance chiite de l’Armée du Mahdi.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source