retour article original

mardi 28 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (12ème partie) : Novembre 2004
AP, 22 novembre 2004

Irak : L’armée américaine affirme avoir découvert des "sites d’atrocité" à Falloujah


FALLOUJAH, Irak (AP) - Les troupes américaines ont découvert environ vingt "sites d’atrocité" utilisés par des résistants pour emprisonner, torturer et tuer des otages à Falloujah, a déclaré, dimanche 21 novembre 2004, un responsable militaire américain.


Outre les nombreuses caches d’armes, les soldats ont découvert des chambres où se trouvaient des couteaux et des cagoules noires, "nombre d’entre eux couverts de sang", a déclaré le major Jim West des Marines américains. Lors d’une conférence de presse tenue dans une base américaine en dehors de Falloujah, le major West a précisé que les murs d’une chambre était couverts d’empreintes de mains". "Il y avait du sang recouvrant un mur entier et le long du sol". Il a ajouté que des soldats avaient trouvé des signes de "torture, de meurtre, vraiment horribles à voir". "Nous avons trouvé de nombreuses maisons où les gens étaient juste enchaînés à un mur durant de longues périodes de temps", a-t-il assuré.

Au moins 34 otages étrangers, dont trois Américains, et plusieurs Irakiens ont été tués par leurs ravisseurs en Irak cette année.

Selon le major West, plus de 1400 personnes ont été mises en détention à la suite du raid de Falloujah. Plus de 400 d’entre eux ont été libérés après avoir été interrogés.

Selon l’armée américaine, environ 1200 résistants et plus de 50 soldats américains ont été tués durant l’offensive. Les troupes américaines effectuent désormais des fouilles dans 30000 à 50000 bâtiments qui pourraient abriter des poches de résistance dans cette ville située à l’ouest de Bagdad.

Huit gardes nationaux irakiens tués, dix-huit blessés

RAMADI, Irak (AP) - Huit gardes nationaux irakiens ont été tués et 18 autres blessés dans une embuscade tendue, dimanche 21 novembre 2004, par des résistants, dans la ville de Ramadi, à l’ouest de Bagdad, a déclaré la police irakienne.

Les forces irakiennes étaient en patrouille dans le centre de Ramadi, dimanche 21 novembre 2004, lorsque des hommes armés ont ouvert le feu sur leur convoi, vers 16h00, a déclaré le capitaine Nasser Abdullah de la police de la province d’Anbar. Abdul Moneim Aftan, directeur de l’hôpital général de Ramadi, a précisé que toutes les victimes avaient été blessées ou tuées par balles.

Les troupes américaines et irakiennes combattent la résistance depuis des semaines à Ramadi.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source