retour article original

vendredi 24 février 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (12ème partie) : Novembre 2004
AFP, 26 novembre 2004

Irak : Dix partis demandent le report des élections


BAGDAD (AFP) - Dix partis irakiens, dont celui du Premier ministre, Iyad Allaoui, ont demandé, vendredi 26 novembre 2004, le report de six mois des élections générales, prévues le 30 janvier 2005, tandis que le président américain, George W. Bush, a indiqué qu’il espérait que ces élections se tiennent comme prévu.


Ces formations, réunies à l’initiative du sunnite Adnane Pachachi, ancien candidat à la présidence, ont estimé qu’il serait opportun de retarder les élections dans l’attente d’une amélioration de la situation sécuritaire dans le pays. Le texte appelle à "un report de six mois des élections" et souligne que "les troubles et les actes terroristes ainsi que les préparatifs insuffisants aux niveaux administratif, technique et politique, imposent de revoir la date des élections".

La Commission électorale irakienne examinera, samedi 27 novembre 2004 au matin, la demande formulée par les dix partis, a indiqué à l’AFP son président Abdel Hussein al-Hindaoui. Auparavant, la Commission avait décidé de prolonger le délai de l’enregistrement des candidats jusqu’au 5 décembre en province, et jusqu’au 10 décembre 2004 à Bagdad, "pour permettre la formation de listes communes et favoriser la plus large participation possible".

Jusqu’à présent, les autorités irakiennes avaient affirmé leur détermination à tenir les élections à la date prévue et les chefs religieux chiites, en premier lieu leur figure la plus prestigieuse, le grand ayatollah Ali Sistani, ont insisté sur la date du 30 janvier 2005 et appelé les électeurs à participer massivement à la consultation.

"La Commission électorale a prévu que les élections se tiennent en janvier et j’espère qu’elles se tiendront en janvier", a indiqué M. Bush lors d’une déclaration à la presse à Crawford (Texas) où il passe des vacances. M. Bush n’a pas fait d’autres déclarations concernant l’Irak. Son administration a prévu d’organiser des élections en janvier 2005, après avoir désigné, en juin 2004, un gouvernement intérimaire dirigé par M. Allaoui pour les organiser.

La Constitution provisoire, adoptée le 8 mars 2004, stipule "qu’en aucun cas les élections peuvent avoir lieu après le 31 janvier". Elle ne fait mention d’aucune autorité ayant le pouvoir de reporter le scrutin.

Sur le terrain, la Force multinationale a pris le contrôle de Latifiyah. Les US Marines et les Gardes nationaux irakiens patrouillaient dans la ville, d’où les résistants ont disparu, a constaté un journaliste de l’AFP. Des tireurs d’élite ont été postés sur des toits, tandis que la circulation a repris sur l’axe routier reliant Bagdad au centre de l’Irak.

C’est sur cette route que les journalistes français Christian Chesnot et George Malbrunot ont été enlevés, le 20 août -cela fera 100 jours samedi 27 novembre-, alors qu’ils se rendaient à Najaf, pour couvrir la résistance du chef chiite Moqtada Al-Sadr. Un camionneur égyptien, pris en otage et relâché le 13 novembre 2004, avait affirmé à l’AFP avoir été détenu, jusqu’à sa libération, avec deux Français, dans une maison à Latifiyah.

En lançant, mardi 23 novembre, son offensive au sud de Bagdad, l’armée américaine avait souligné que l’objectif était de prendre "en tenailles les rebelles" qui chercheraient à fuir la zone communément appelée le "triangle de la mort". Elle a annoncé, jeudi 25 novembre, avoir arrêté 116 personnes. Un porte-parole des US Marines, le capitaine David Nevers, a précisé, vendredi 26 novembre 2004, à l’AFP, que d’autres résistants présumés avaient été interpellés depuis. "Jusqu’ici, il n’y a pas eu de résistance lors des raids lancés mais nous avons noté un accroissement des attaques à la bombe artisanale", a-t-il dit.

A Mahmoudiyah, au nord de Latifiyah, des barrages militaires ont été mis en place et la situation était calme dans la ville, selon le correspondant de l’AFP.

Ailleurs, les attaques et attentats se sont poursuivis. Un civil irakien a été tué et quatre autres ont été blessés, vendredi 26 novembre 2004, dans un attentat suicide à la voiture piégée, à Baïji, à 200 km au nord de Bagdad, a-t-on affirmé de source policière et hospitalière.

Quatre gardes de nationalité inconnue, employés par une compagnie de sécurité britannique, ont été tués, jeudi 25 novembre, dans une attaque contre la "zone verte", dans le centre de Bagdad, a indiqué, vendredi 26 novembre 2004, un porte-parole de la compagnie à Dubaï.

A Baaqouba, au nord de Bagdad, quatre civils ont été blessés dans l’explosion d’une voiture piégée, au passage d’une patrouille de l’armée américaine, qui a découvert 700 obus de mortier et RPG dans la région.

Dans la ville sunnite de Samarra, plus au nord, un membre d’un parti accusé, par les résistants, d’entretenir des relations avec les forces américaines, a été abattu par des inconnus.

A Mossoul, au moins 12 corps ont été découverts par l’armée américaine, ce qui porte à 40 le nombre de dépouilles trouvées cette semaine dans cette ville, théâtre de récents affrontements.

Près de Falloujah, un poseur de bombe, qui attendait le passage d’un convoi américain, et un civil, ont été tués dans l’explosion d’un engin piégé qui a également fait un blessé grave. Des tirs et explosions étaient audibles dans la ville, située à 50 km à l’ouest de Bagdad, selon un correspondant de l’AFP accompagnant les forces américaines. Les résistants locaux ont affirmé avoir réorganisé leurs rangs et repris leurs opérations, d’après un communiqué publié sur un site internet islamiste.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source