retour article original

jeudi 20 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Ethiopia
ATS, 27 novembre 2004

Ethiopia : Addis Abeba presse l’Erythrée d’accepter son offre de paix


Scène de vie

ADDIS-ABEBA - L’Ethiopie a demandé, vendredi 26 novembre 2004, à l’Erythrée, d’accepter son offre visant à mettre fin au conflit frontalier qui dure depuis 1998. Beaucoup d’Ethiopiens sont opposés à cet accord considéré comme une insulte envers les 70000 morts de la guerre°.

Ethiopia


Le parlement éthiopien a accepté, jeudi 25 novembre 2004, la décision rendue, en 2002, par une commission internationale chargée de définir la frontière entre les deux pays, après une volte-face inattendue du premier ministre Meles Zenawi. L’Ethiopie refusait jusqu’à présent le tracé qui prévoit une cession de territoire à l’Erythrée.

Meles Zenawi

« L’Erythrée doit accepter le plan de paix dans son ensemble, pour mettre fin à l’impasse le long de la frontière entre les deux pays », a dit le ministre éthiopien de l’information Bereket Simin. Le plan en question appelle notamment au dialogue sur la manière d’appliquer la décision frontalière.

Un miséreux

Le pas éthiopien a été salué par le chef de la diplomatie de l’Union européenne, Javier Solana. « J’espère que la décision de l’Ethiopie débouchera sur un démarrage rapide de la démarcation de la frontière et constribuera ainsi à mettre fin à l’impasse dans le processus de paix », a-t-il déclaré.

Des Ethiopiens chassés de leur village par la sécheresse, à Korom, le 24 novembre 2004

En Ethiopie, des voix se sont élevées contre la décision de Meles Zenawi. « Qu’allons-nous dire aux mères et aux pères dont les enfants ont été sacrifiés au cours de la guerre frontalière, si nous nous plions à la décision de la commission frontalière qui a injustement donné une partie de notre territoire à l’Erythrée ? » a dit un parlementaire.

Un Ethiopien chassé de son village par la sécheresse, à Mekele, le 25 novembre 2004

Admasue Melkau, parlementaire d’opposition, a estimé que le premier ministre avait accepté le plan de paix trop vite. Le vice-président du parti d’opposition AEUP a, lui, dit craindre que l’acceptation de la frontière tracée par la commission ne conduise à une nouvelle guerre.

Agence télégraphique suisse

Un blindé détruit en Ethiopie

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source