retour article original

mercredi 29 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (12ème partie) : Novembre 2004
AFP, 29 novembre 2004

Irak : Christian Chesnot et Georges Malbrunot pourraient être libérés "bientôt", inch Allah, selon Mohammad Al-Joundi


BAGDAD (AFP) - Huit Irakiens -quatre gardes nationaux et quatre civils- et deux soldats américains ont été tués, lundi 29 novembre 2004, en Irak, où la question du report des élections, prévues le 30 janvier 2005, continue d’agiter la classe politique.


Pour sa part, en dépit de la poursuite des troubles, le Premier ministre irakien, Iyad Allaoui, a affirmé, lundi 29 novembre, que la violence avait baissé dans le pays depuis l’opération lancée, le 8 novembre 2004, contre Falloujah. "Le niveau des opérations criminelles a baissé et continue de baisser depuis les opérations de Falloujah", a-t-il déclaré. "Le calme a été rétabli dans différentes régions du pays où nous avons constaté un retour à la vie normale. Nous espérons que ce sera le cas à Bagdad et dans d’autres endroits qui connaissent encore des troubles", a dit M. Allaoui qui n’a toutefois pas nié "l’existence de problèmes et la présence de forces hostiles voulant du mal au peuple irakien".

"Une voiture piégée a explosé près d’un barrage de la Garde nationale irakienne à Baghdadi, tuant quatre membres de cette force et en blessant trois", selon le général Mojtaba Al-Hiti, chef de la police de Hit, ville proche de Baghdadi. Cet attentat intervient au moment où les forces américaines et irakiennes s’emploient à contrôler totalement la ville de Falloujah, située dans la même province, où elles ont lancé une opération pour chasser les résistants.

Quatre personnes ont été tuées et deux autres blessées, dans l’explosion d’une bombe artisanale sur une route dans la région de Motassem, ville sunnite située à 125 km au nord de Bagdad, selon la police.

Par ailleurs, deux soldats américains ont été tués par l’explosion d’une bombe artisanale à Bagdad, selon l’armée américaine.

La veille, deux US Marines avaient été tués, au sud de Bagdad. Il s’agissait des premières victimes de l’opération Plymouth Rock, lancée le 23 novembre 2004, pour venir à bout des rebelles sévissant au sud de la capitale irakienne, dans une zone appelée le "triangle de la mort". Le décès des deux soldats américains, lundi 29 novembre, porte à onze le nombre de GI’s tués depuis jeudi 25 novembre 2004, dont sept dans la province d’Al-Anbar, dans l’ouest irakien.

Treize US Marines et deux civils ont par ailleurs été blessés, lundi 29 novembre 2004, dans une attaque au mortier sur une base au sud de Bagdad, a annoncé un porte-parole militaire.

Sur le terrain politique, le débat sur le report des élections ne s’est pas apaisé malgré la volonté affichée par le gouvernement de les organiser à la date prévue, une position qui a la préférence de Washington et de l’opposition des chiites majoritaires. Ainsi l’un des adjoints de l’homme politique sunnite modéré, Adnane Pachachi, à l’origine de l’idée du report, est revenu à la charge en estimant que le climat d’insécurité dissuaderait beaucoup d’Irakiens d’aller voter. "Il y a une réalité indéniable, le climat de sécurité en Irak n’est pas des plus propices à la tenue d’élections", a déclaré Saad Abdelrazzak, numéro deux du mouvement de M. Pachachi, le Rassemblement des démocrates indépendants.

Un ministre proche de M. Pachachi a affirmé, dimanche 28 novembre 2004, que le gouvernement étudierait un report. "Dans les prochains jours, le Conseil des ministres se réunira pour étudier et probablement approuver le report", a dit le ministre du Plan Mahdi al-Hafez.

Le vice-président du Conseil national (Parlement intérimaire), Jawad Al-Maliki, avait estimé la veille que le gouvernement disposait d’un délai raisonnable pour venir à bout des foyers de tension dans le pays.

Pour le Premier ministre britannique Tony Blair : "Ce sera une mission difficile, mais le peuple irakien est habitué à surmonter les épreuves". "L’écrasante majorité des Irakiens veulent pouvoir choisir leur propre gouvernement dans le cadre d’une élection libre", a-t-il affirmé, lundi 29 novembre 2004, après avoir rencontré le vice-Premier ministre irakien Barham Saleh.

Organiser les élections en Irak à la date prévue, le 30 janvier 2005, "sera difficile", a reconnu le secrétaire au Foreign Office Jack Straw. Mais son homologue américain, le secrétaire d’Etat Colin Powell a estimé qu’il ne voyait "pas de raison" pour un éventuel report des élections.

Le 30 janvier 2005, les Irakiens doivent élire leurs représentants à l’Assemblée nationale et aux Conseils régionaux.

Par ailleurs, un oléoduc reliant les raffineries de Baïji, au nord de Bagdad, à celle de Doura, dans la capitale, a été saboté, selon un responsable pétrolier.

Enfin Mohammad Al-Joundi, le chauffeur syrien des deux journalistes français Christian Chesnot et Georges Malbrunot retenus en otages en Irak, a lancé, lundi 29 novembre 2004, à Paris, "un appel" à leur libération. Les deux journalistes français pourraient être libérés "bientôt", a-t-il dit.

M. Al-Joundi avait été enlevé, le 20 août, sur la route, entre Bagdad et Najaf, en même temps que les deux journalistes français. Le 12 novembre, l’armée américaine avait annoncé qu’il avait été retrouvé vivant à Falloujah. Il a été relâché, le 17 novembre 2004, par les forces américaines, à Bagdad.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source