retour article original

vendredi 18 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives République démocratique du Congo (1ère partie) : Du 8 février 2004 au (...)
AP, 3 décembre 2004

République démocratique du Congo : Kinshasa "ne reculera jamais" face à "l’agression" rwandaise, affirme Joseph Kabila


Le Congo, près de Kinshasa

KINSHASA (AP) - Dans un entretien diffusé par les médias d’Etat, Joseph Kabila, président du Congo-Kinshasa, a dénoncé, vendredi 3 décembre 2004, "l’agression" rwandaise, qualifiée de "défi majeur". "Nous ne reculerons jamais", a-t-il lancé, précisant que son armée était "en alerte" et en train de se renforcer vers l’Est.

République démocratique du Congo


Alors que l’incursion de forces rwandaises sur le territoire de République démocratique du Congo, officiellement pour y traquer les rebelles hutus rwandais, ex-FAR et Interhamwe, auteurs du génocide de 1994, semble se confirmer, le président Kabila juge qu’il s’agit d’"un défi majeur", touchant "à ce qui nous est le plus cher et sur lequel nous ne reculerons jamais, à savoir la souveraineté nationale, l’unité et l’intégrité de notre pays". Appelant les Congolais à la "vigilance et à la cohésion", il a affirmé que son armée était "en alerte" : "ses unités sont en cours de déploiement" vers l’Est, pour en "renforcer la défense (...), bouter les forces d’agression hors de nos frontières, faire face aux groupes armés rwandais encore présents sur notre territoire et assurer la sécurité des personnes et des biens".

Des soldats rwandais à Kigali, le 23 août 2004

C’est la première fois que le président congolais répond en personne aux menaces agitées depuis quelque temps par son homologue rwandais Paul Kagamé, et qui semblent s’être concrétisées, même si Kigali dément toujours avoir franchi la frontière. Joseph Kabila a accusé Kigali de vouloir "entretenir l’insécurité et l’instabilité" dans l’Est, et ce afin "de perturber le processus de la transition et d’empêcher la tenue des élections prévues pour l’année prochaine, " a-t-il ajouté. Car selon lui, la chasse aux Interhamwe est un prétexte pour Kigali, qui veut asseoir sa domination sur son richissime et immense voisin : "si aujourd’hui le Rwanda a été contraint d’étaler au grand jour sa mauvaise foi, c’est parce que nous étions sur le point de vider complètement le prétexte des groupes armés dont il s’est toujours servi pour agresser notre pays". Joseph Kabila estime donc que les véritables objectifs du Rwanda "ont été contrariés" par l’Accord global mettant en route la transition et ouvrant la porte "à la renaissance de notre pays".

Associated Press

Paul Kagame en compagnie de Joseph Kabila, à Dar Es-Salaam, le 20 novembre 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source