retour article original

mercredi 22 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Proche Orient (9ème partie) : De septembre 2004 à décembre (...)
Reuters, 3 décembre 2004

Proche Orient : Le Hamas envisagerait un accord sur une trêve

par Mohamed ASSADI


Des soldats de l’ONU serveillent la frontière israélo-syrienne, depuis le côté syrien du Golan. La Syrie souhaite rétablir un dialogue de paix avec Israël, sans conditions préalables, et n’insiste plus pour que les discussions reprennent exactement là où on les avait suspendues en 2000, a déclaré l’ambassadeur de Damas à Londres, le 3 décembre 2004

RAMALLAH, Cisjordanie (Reuters) - Un dirigeant du Hamas a déclaré, vendredi 3 décembre 2004, que le mouvement islamique pourrait accepter la création d’un Etat palestinien en Cisjordanie et à Gaza ainsi qu’une trêve durable avec Israël, laissant ainsi entrevoir la possibilité d’un arrêt des hostilités.

Manifestation du Hamas, à Gaza, le 26 novembre 2004


Le Hamas, voué à la destruction d’Israël, a déjà formulé des ouvertures de ce genre, mais celle-ci, la première depuis la mort de Yasser Arafat, pourrait marquer un changement d’attitude allant dans le sens de la modération avant l’élection présidentielle palestinienne du 9 janvier 2005. "Le monde entier devrait profiter de cette occasion (...) car le mouvement Hamas adopte là une position réaliste", a déclaré Hassan Youssef, principal représentant du Hamas en Cisjordanie, lors d’une interview à Reuters.

Scène de rue à Jérusalem, le 3 décembre 2004

Un haut responsable israélien a toutefois repoussé ce geste en le présentant comme une simple ruse cachant la volonté de détruire Israël par étapes.

Scène de rue à Jérusalem, le 3 décembre 2004

Hassan Youssef a dit que le Hamas accepterait la création d’un Etat palestinien en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, avec une capitale à Jérusalem, si l’Etat juif évacuait toutes ses troupes et les colons juifs et cessait toutes opérations militaires dans les territoires. "Bien entendu, nous accepterions", a dit Hassan Youssef. "Nous pourrions alors conclure un cessez-le-feu pour un certain temps (...) Cela pourrait être une longue période."

Les funérailles de Mahmoud Dobie, tué par l’armée israélienne, à Kabatiah, le 3 décembre 2004

"Un Etat dans les frontières de 1967"

Hassan Youssef n’est cependant pas allé jusqu’à dire que le Hamas reconnaîtrait le droit d’Israël à l’existence ou renoncerait à revendiquer tous les territoires qui formaient la Palestine sous le mandat britannique antérieur à la création de l’Etat juif. "Il s’agit de créer un Etat dans les frontières de 1967", a déclaré Hassan Youssef, par allusion aux territoires conquis par Israël durant la guerre des Six-Jours.

Des résistants palestiniens à Naplouse, le 1er décembre 2004

Un jour plus tôt, Mahmoud Al-Zahar, dirigeant du Hamas à Gaza, avait laissé entendre que son mouvement était prêt à envisager un arrêt des attaques contre Israël pour favoriser le bon déroulement de l’élection du successeur d’Arafat à la présidence de l’Autorité palestinienne. Mais il s’en était tenu aux conditions déjà posées par le Hamas, notamment un arrêt des raids israéliens dans les territoires palestiniens.

Le Mur israélien à Abu Dis, le 29 novembre 2004

Israël a toujours rejeté ce type d’initiatives comme des écrans de fumée derrière lesquels continuent des attentats suicide qui portent la signature du Hamas depuis le début de la seconde intifada en septembre 2000.

Une Palestinienne devant sa maison détruite par l’armée israélienne, à Anata, le 29 novembre 2004

En janvier, le chef du Hamas à Gaza avait proposé une trêve de dix ans à Israël s’il se retirait des territoires occupés, offre que le gouvernement israélien avait promptement rejetée. Le responsable en question, Abdelaziz Rantissi, a été assassiné lors d’un raid de l’aviation israélienne en avril 2004.

Un Palestinien et son enfant contemplent les décombres de leur maison détruite par l’armée israélienne, à Beit Hanina, le 1er décembre 2004

Le nouveau chef de l’OLP Mahmoud Abbas, favori de l’élection présidentielle palestinienne, s’efforce d’amener les résistants à suspendre leurs attaques contre les Israéliens avant une élection palestinienne boycottée par le mouvement radical. Mahmoud Abbas est le candidat du Fatah, principale composante de l’OLP, qui prône la création d’un Etat aux côtés de celui d’Israël.

Mohamed ASSADI

Mahmoud Abbas

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

AUTEURS 

  • Mohamed ASSADI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source