retour article original

mardi 27 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (13ème partie) : Décembre 2004
AP, 4 décembre 2004

Irak : Nouvelles photos mettant en cause des commandos de Marine avec des prisonniers


BAGDAD (AP) - Une voiture piégée a explosé, samedi 4 décembre 2004 au matin, près de la « zone verte » à Bagdad, blessant plusieurs civils irakiens, selon l’ambassade des Etats-Unis. Un nuage de fumée noire s’élevait dans le ciel après cette déflagration qui a été suivie de tirs de mitrailleuse.

L’attentat a été commis vers 09h30 heure locale près d’un barrage d’accès à cette zone fortifiée et très surveillée qui abrite les services du gouvernement intérimaire irakien et plusieurs missions étrangères, dont l’ambassade des Etats-Unis.


Bob Callahan, porte-parole de l’ambassade américaine, interrogé par l’Associated Press, a précisé qu’il n’y avait pas de victimes parmi les soldats américains ni les autres forces de la coalition. Le nombre de blessés irakiens n’était pas connu dans l’immédiat. « Une forte explosion a été provoquée par un véhicule transportant un engin explosif improvisé », a déclaré M. Callahan. « Des unités médicales arrivent sur place actuellement, nous savons qu’il y a des victimes irakiennes. » Des tirs d’armes automatiques ont été entendus après l’explosion, tandis que des sirènes de police et d’ambulances hurlaient à travers la capitale et que les forces de sécurité se précipitaient sur le lieu de l’explosion.

La voiture piégée a explosé près du « Checkpoint 3 », situé non loin du palais des congrès, un bâtiment adjacent à la « zone verte » où les autorités américaines organisent régulièrement des réunions, et de l’hôtel Al-Rachid, où sont logés des diplomates et des ressortissants étrangers travaillant pour des entreprises en Irak. Un commissariat de police et divers édifices gouvernementaux se trouvent également à proximité du lieu de l’attentat.

Nouvelles photos mettant en cause des commandos de Marine avec des prisonniers

CORONADO, Californie (AP) - L’armée américaine a ouvert une enquête criminelle après une nouvelle série de photos montrant des SEALs, les commandos de Marine, assis sur des détenus cagoulés et menottés, d’autres images montrant ce qui semble être des prisonniers irakiens ensanglantés, l’un ayant un pistolet à la tempe. Ces photos, rappelant les sinistres souvenirs des mauvais traitements de la prison d’Abou Ghraïb, sont datées de mai 2003, ce qui ferait d’elles les preuves éventuelles les plus anciennes de mauvais traitements de détenus en Irak.

Un journaliste de l’Associated Press a découvert une quarantaine de ces photos sur un site mis en ligne par une femme dont le mari les aurait ramenées d’Irak. Interrogée par l’AP qui lui montrait ces photos pour avoir un commentaire, la Marine a fait savoir qu’elle enquêtait sur l’affaire. "Ces photos posent nombre de questions importantes au sujet du traitement des prisonniers de guerre et détenus", a déclaré vendredi le commandant Jeff Bender, porte-parole du commandement naval spécial de guerre à Coronado. "Je peux vous assurer que cette question fera l’objet d’une enquête approfondie."

Le porte-parole a précisé que ces photos avaient été transmises aux services d’enquêtes criminelles de la Marine (Navy) qui a demandé des comptes au commandement des SEALs. L’enquête devra établir l’identité des soldats apparaissant sur les photos et les faits auxquels ils se livraient.

Sur ces plusieurs de ces photos, on peut voir des hommes tout sourire, portant le drapeau américain sur leur uniforme, dont l’un avec un tatouage de trident -emblème des SEALs-, qui viennent s’asseoir ou s’allonger à tour de rôle sur trois hommes cagoulés et menottés au fond d’une camionnette pickup.

Ces photos figuraient sur le site Internet "Smugmug.com". La femme qui les a diffusées sur ce site a expliqué à l’Associated Press que ces clichés se trouvaient dans l’appareil-photo personnel de son mari, rapporté d’Irak lors d’une permission. Son mari, qui est reparti en Irak, n’apparaît pas sur les photos avec des prisonniers. Ces clichés n’ont pas été rendus publics. Le journaliste d’AP a découvert ces photos alors qu’il se documentait sur les accusations concernant un groupe de SEALs soupçonnés d’avoir battu des prisonniers et d’en avoir photographié un dans des positions dégradantes.

La Marine américaine est toujours très discrète sur les identités et les déplacements de ses 2400 commandos SEALs (SEa, Air, Land) dont beaucoup sont engagés dans des missions anti-terroristes confidentielles à travers le monde.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source