retour article original

lundi 24 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Erythrée
AFP, 7 décembre 2004

Erythrée : Le président rejette la proposition de paix éthiopienne


Vue d’Asmara

Le président érythréen, Issaias Afeworki, a rejeté, mardi 7 décembre, la proposition de paix avancée, fin novembre 2004, par l’Ethiopie, à propos de leur frontière commune, lors de sa première déclaration sur le sujet, selon un communiqué officiel publié à Asmara.

Erythrée


Le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi a annoncé le 25 novembre 2004, devant son Parlement à Addis Abeba, que son pays acceptait le "principe" de la décision de la commission indépendante qui a fixé sa frontière avec l’Erythrée.

Meles Zenawi

La proposition éthiopienne "ne contient pas de nouveaux développements" et "tirerait le processus de paix un nouveau pas en arrière", a déclaré le président Issaias dans un communiqué publié par le ministère érythréen de l’Information. L’Erythrée "n’acceptera aucune alternative à la décision de la commission frontalière et aux accords d’Alger", a prévenu le président Issaias.

Issaias Afeworki

Les deux pays ont signé un accord de paix à Alger en 2000, après deux ans d’une guerre frontalière, et se sont engagés à respecter la démarcation qui serait choisie par une commission frontalière indépendante (EEBC). Jusqu’à la déclaration de M. Meles, Addis Abeba rejetait le tracé défini par l’EEBC en septembre 2003. Tout en annonçant qu’il acceptait le "principe" de la décision de l’EEBC, le Premier ministre éthiopien avait toutefois demandé des "ajustements".

Scène de rue à Asmara

Les autorités érythréennes avaient déjà fait savoir qu’elles rejetaient cette proposition, mais le président Issaias ne s’était pas encore exprimé lui-même. "Il n’y a aucune raison pour que la communauté internationale ne puisse adopter une résolution pour mettre la pression sur l’Ethiopie, afin qu’elle retire ses troupes du territoire souverain érythréen, qu’elle continue d’envahir, quand la communauté internationale peut persuader les Syriens de se retirer des territoires libanais", déclare-t-il dans le communiqué publié mardi 7 décembre 2004. Ces déclarations ont été faites par M. Issaias lors d’un entretien avec la ministre néerlandaise de la Coopération internationale, Agnes Van Ardern, précise le texte.

Agence France Presse

Scène de marché à Asmara

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source