retour article original

jeudi 27 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Côte d’Ivoire (1ère partie) : Du 18 février 2004 au 24 décembre (...)
AP, 8 décembre 2004

La Côte d’Ivoire demande une enquête internationale sur les événements de novembre 2004


NATIONS UNIES (AP) - La Côte d’Ivoire a exigé, mardi 7 décembre 2004, l’ouverture d’une enquête internationale indépendante sur les événements qui ont secoué le pays début novembre 2004, et notamment la destruction par la France de ses moyens aériens et les violences qui ont suivi à Abidjan.


L’ambassadeur ivoirien aux Nations Unies, Philippe Djangone-Bi, a également demandé que les 5000 soldats français déployés dans le pays soient intégrés à la force onusienne de maintien de la paix (composée de 6000 hommes) présente dans le pays. Selon lui, seule une enquête indépendante permettra de déterminer qui de la Côte d’Ivoire ou de la France est coupable de violations des lois internationales, et de fixer le montant financier des réparations. « Il est impératif que ces enquêtes soient confiées à des organisations internationales indépendantes, qui sont supposées être plus impartiales que la Côte d’Ivoire ou la France, dont les intérêts respectifs, évidents ou cachés, en Côte d’Ivoire, les font naturellement pencher vers la partialité et la subjectivité », a déclaré Philippe Djangone-Bi lors d’une conférence de presse.

Laissant clairement entendre que la Côte d’Ivoire rendait la France responsable de la dégradation de la situation sur le terrain, l’ambassadeur ivoirien a fait part de ses interrogations concernant les « représailles » conduites par les forces françaises, l’empressement de Paris à obtenir une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, son impartialité et son « emploi excessif de la force ».

L’attaque par l’armée ivoirienne d’une base française à Bouaké (centre du pays) a fait dix morts (neuf soldats français et un civil américain), le 6 novembre 2004. L’armée française a riposté en détruisant la force aérienne ivoirienne. Plusieurs civils ivoiriens sont morts dans les violences qui ont suivi à Abidjan.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source